Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content

(sur notre Forum) Fantasy Island et les réalités de la décarbonisation…


Par Michael Grey*

L’une de mes missions les plus heureuses a eu lieu dans les années 1970, lorsque je me suis retrouvé à temps partiel « rédacteur maritime » du nouvel hebdomadaire pour enfants « Speed ​​and Power ». C’était un rôle merveilleux, avec un lectorat sur lequel on pouvait compter pour répondre vigoureusement à à peu près tout ce que les journalistes disaient dans leurs pages. Et l’une des meilleures friandises a été de servir de juge au concours annuel au cours duquel nos lecteurs ont été invités à imaginer à quoi ressembleraient les transports au 21e siècle. Il y avait des prix, et la brillante équipe d’artistes de Speed ​​& Power travaillerait les entrées des finalistes dans des illustrations qui montraient leurs créations à leur meilleur avantage.

Je me souviens que dans l’imagination de nos lecteurs, il y aurait des aéroglisseurs à propulsion nucléaire de 20 000 tonnes qui traverseraient l’Atlantique à 60 nœuds ou plus, des navires construits de segments qui pourraient se détacher rapidement à leur arrivée d’un port, laissant le reste du navire pour continuer. Avec un clin d’œil à l’environnement (bien que la religion de l’environnementalisme n’ait pas encore été inventée), une entrée a vu un navire traîné par une série d’énormes cerfs-volants volant dans le Courant-jet. Il y avait au moins un transporteur de fret sous-marin proposé – à propulsion nucléaire, bien sûr.

J’ai repensé à ces moments innocents l’autre jour et je me suis demandé si le secrétaire britannique aux Transports Grant Shapps aurait pu être l’un de nos lecteurs, il y a toutes ces années, après avoir lu ses prédictions confiantes sur des sous-marins autonomes de transport de fret à hydrogène bientôt disponibles dans les environs de ces rives. Cela aurait vraiment dû être le premier ministre, auteur de projets de capitaux extravagants comme le pont de la mer d’Irlande, qui aurait obtenu le maximum d’attention pour cette proposition spectaculaire, mais peut-être était-il occupé.

Des sous-marins de fret autonomes « verts » qui collectent des microplastiques !

Il y avait peu de boutons politiquement astucieux que les sous-marins de transport de marchandises n’appuyaient pas. Ils devaient être « alimentés » – peut-être voulait-il vraiment dire alimentés – par de l’hydrogène « vert », il n’y aurait pas de chauffeurs à bord – ce qui résoudrait parfaitement la pénurie de chauffeurs de poids lourds – tandis que leurs références environnementales seraient encore plus polies, car ils collecteraient des microplastiques au fur et à mesure qu’ils patrouillaient nos mers. Tout ce qui manquait vraiment, c’était la promesse qu’ils seraient construits avec des parties avant en caoutchouc souple, en cas de collision avec des baleines et des dauphins. Ce sera peut-être dans le cahier des charges final.

Nous vivons des temps très étranges et alors que nous nous rassemblons pour le spectacle Great Green Glasswegian Enviro dans quelques mois, il y aura beaucoup plus de ce genre de choses. Il faut espérer que toutes les lumières ne s’éteignent pas pendant les débats, si le vent venait à manquer comme l’autre jour et qu’il fallait faire exploser les pauvres vieilles centrales à charbon.

Si vous y réfléchissez, c’est pourquoi les premiers navires à vapeur à long rayon d’action étaient tous équipés d’un jeu complet de voiles. Les Victoriens, contrairement à leurs successeurs du XXIe siècle, qui préfèrent écouter les militants plutôt que les ingénieurs, n’étaient pas stupides.

Vous ne vous tournez probablement pas vers les secrétaires aux transports pour des mots sensés sur le transport maritime, car ils sont toujours beaucoup plus à l’aise de parler de trains, de bus et d’avions que de tout ce qui flotte sur l’eau. Mais il faut espérer que les gens qui font de sérieux efforts pour faire face aux réalités de la décarbonisation ne soient pas rebutés par ce genre de bêtises. Avant que quoi que ce soit soit dépensé pour des sous-marins autonomes, il pourrait être utile d’examiner ce que font les personnes qui transportent du fret autour de ces côtes pour rendre leurs navires plus durables.

Peut-être que Shapps devrait faire un voyage sur l’un des nouveaux traversiers « E-Flexer » que Stena met sur la mer d’Irlande, ou examiner les performances environnementales réelles des derniers grands navires de Cobelfret. Il devrait également voir ce que l’industrie fait réellement en évaluant de nouveaux carburants verts tels que le biométhanol ou l’ammoniac vert.

Mais la réalité ne résonne malheureusement pas chez les militants parmi nous comme quelque chose de vraiment spectaculaire, alors que le battage médiatique pré-Glasgow s’intensifie et que les petits enfants disent à leurs enseignants qu’ils ont vraiment peur du « changement climatique ». Quelqu’un pourrait dire à ce politicien qu’il y a une petite différence entre un navire qui peut transporter environ sept milles de fret sur ses ponts et une proposition tout droit sortie du manuel de Speed ​​& Power.

C’était un grand magazine, tant qu’il a duré. Le carburant était encore bon marché, les émissions jugées inoffensives et l’accent était mis sur la vitesse, à l’ère des Sea-Land SL7 à 33 nœuds et des porte-conteneurs à moteurs multiples et une soif colossale. Des jours heureux.

* Michael Gray est l’ancien rédacteur en chef de Lloyd’s List. Sa dernière chronique perspicace est publiée avec l’aimable autorisation de Maritime Advocate Online.

 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email

Articles récents

Abonnement

Recevez Maritime Magazine directement chez vous!

Magazine en ligne

Accédez à notre espace virtuel dans lequel vous trouverez nos différents magazines en format numérique ! Tout à un même endroit !

Catégories