Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors

L’OMI et l’OIT appellent à une plus grande action en matière de soins médicaux pour les gens de mer


Le Secrétaire général de l’Organisation maritime internationale (OMI) et le Directeur général de l’Organisation internationale du Travail (OIT) ont publié une déclaration commune appelant les États du port et côtiers à faciliter le débarquement rapide des gens de mer pour des soins médicaux dans le cadre de « vie ou mort. » Ils demandent que les gens de mer soient prioritaires pour la vaccination contre le COVID-19 et qu’ils désignent les gens de mer comme travailleurs clés, reconnaissant la précieuse contribution des gens de mer au commerce mondial.

Dans la déclaration commune, le Secrétaire général de l’OMI, Kitack Lim, et le Directeur général de l’OIT, Guy Rider, déclarent que les gens de mer ont des difficultés à accéder aux soins médicaux et soulignent « l’obligation morale de garantir que les gens de mer puissent accéder aux soins médicaux à terre sans délai, chaque fois qu’ils en ont besoin, et d’étendre l’assistance médicale à bord en cas de besoin en autorisant des médecins et des dentistes qualifiés à visiter les navires. Il est également important qu’une évaluation médicale soit effectuée avant d’administrer tout traitement, qui pourrait inclure une évaluation de télémédecine fournie par des prestataires de santé internationaux. »

« Recevoir de tels soins peut être une question de vie ou de mort pour les marins qui tombent malades en travaillant sur des navires. La communauté internationale devrait faire tout son possible pour soutenir ceux qui ont maintenu la chaîne d’approvisionnement mondiale dans des conditions de pandémie au cours des 18 derniers mois et continuer à transporter souvent malgré d’énormes difficultés personnelles », déclarent le Directeur général de l’OIT et le Secrétaire général de l’OMI.

La déclaration commune note que « près de 14 mois après avoir publié les « Recommandations pour les États du port et côtiers sur le débarquement rapide des gens de mer pour des soins médicaux à terre pendant la pandémie de COVID-19 », les gens de mer ont toujours du mal à accéder à ces soins en cas de besoin. Plaidoyer des membres Les États, l’industrie maritime, les partenaires sociaux et les marins eux-mêmes ont une fois de plus mis le sort des marins au premier plan. »

Conformément à la Convention du travail maritime de 2006 de l’OIT (MLC 2006), il incombe aux États membres de veiller à ce que les gens de mer à bord des navires sur leur territoire aient accès à des installations médicales à terre, s’ils ont besoin de soins médicaux immédiats, y compris des soins dentaires (voir la résolution concernant la mise en œuvre et l’application pratique de la MLC, 2006 pendant la pandémie de COVID-19, adoptée par la commission tripartite spéciale de la MLC, 2006 en avril 2021.) L’obligation légale de porter assistance aux marins en détresse, y compris une assistance médicale, est également une composante intrinsèque des conventions de l’OMI, à savoir la Convention internationale pour la sauvegarde de la vie humaine en mer (SOLAS) ; la Convention internationale sur la recherche et le sauvetage maritimes (SAR); et la Convention pour la facilitation du trafic maritime international (FAL).

Les gouvernements sont instamment priés de donner la priorité aux gens de mer dans leurs programmes nationaux de vaccination contre le COVID-19, conformément à la feuille de route SAGE de l’OMS pour la priorisation des utilisations des vaccins contre le COVID-19 dans le contexte d’approvisionnements limités, mise à jour le 16 juillet 2021, et d’offrir Vaccins inscrits sur la liste d’utilisation d’urgence (EUL) pour garantir que leur statut vaccinal est reconnu à l’échelle internationale.

Les dirigeants de l’OIT et de l’OMI encouragent également les gouvernements à reconnaître le rôle que jouent les autres personnels maritimes dans la facilitation du commerce mondial et, dans la mesure du possible, à les vacciner également en priorité.

Les informations reçues par l’OMI et l’OIT indiquent que 24 pays ont jusqu’à présent répondu à l’appel du clairon en mettant en œuvre des programmes de vaccination des gens de mer, ou en signalant leur intention de le faire, dans des ports désignés relevant de leur juridiction. (Image de marin par Dreamstime)

 

 

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
Email
Retour haut de page