Les employeurs du port de Montréal révèlent les détails de l’offre rejetée par les débardeurs

 

Par Leo Ryan, rédacteur en chef

Dans ce que l’on croit être une décision sans précédent, l’Association des employeurs maritimes (AEM) a divulgué publiquement aujourd’hui, dans une annonce pleine page dans La Presse+ et The Montreal Gazette, les détails de son offre pour une nouvelle convention collective qui a été massivement rejetée le 21 mars par les débardeurs de Montréal. Le vote des 1125 débardeurs syndiqués représentés par le SCFP 375 a eu lieu le jour même de l’expiration d’une trêve de sept mois dans le conflit amer et prolongé pour remplacer l’accord qui a expiré le 31 décembre 2018. Les horaires de travail ont été un enjeu majeur.

«Les débardeurs de l’Association des employeurs maritimes savent-ils vraiment ce qu’ils refusent?» annonce un titre d’ouverture.

Dans les conditions de travail actuelles, le salaire annuel moyen d’un débardeur était de 120 000 $. Les employés permanents doivent être disponibles pour travailler 19 sur 21, et en 2020, ils ont travaillé en moyenne 16 jours sur 21. Les heures supplémentaires sont effectuées sur une base volontaire uniquement.

Les paiements de la caisse de retraite et de l’assurance sont entièrement couverts par l’employeur.

Tous les quarts de soir sont payés à temps et demi, tandis que les quarts de nuit et de fin de semaine sont payés en double.

Tous les employés réguliers ont un salaire garanti. En fonction de leur ancienneté, ils sont payés entre 32 et 40 heures par semaine – qu’ils travaillent ou non.

Pour un quart de travail rémunéré de 8 heures, plus de 95% des employés travaillent entre 4 heures et 5 heures et 20 minutes au total.

Pour la convention collective 2019-2023, l’AEM propose des augmentations salariales annuelles de 2% les 3 premières années et de 2,5% les 2 années suivantes.

Le taux horaire du quart de jour passera de 36,09 $ en 2018 à 40,24 $ en 2023. Le taux horaire double passera de 72,18 $ l’heure à 80,48 $ l’heure.

Pour favoriser un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée, le MEA a proposé:

Cinq jours de week-end supplémentaires par an par employé.

La possibilité d’échanger des quarts de travail entre les employés.

La création de postes à horaires fixes du lundi au vendredi, sur les quarts de jour et de soir.

La création d’un comité paritaire pour la réforme des horaires de travail.

En plus: Une augmentation de 38% du salaire garanti pour les employés du premier groupe de réserve.

Plus de 150 salariés verront leur salaire garanti passer de 9 mois à 12 mois.

Une prime de retraite de 25 000 $ par employé pour 50 employés.

Une augmentation de 25% de la couverture d’assurance-vie pour chaque salarié atteignant 65 ans.

(photo Port de Montréal)

Annonce paru dans La Presse+ aujourd’hui
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email

Articles récents

Abonnement

Recevez Maritime Magazine directement chez vous!

Magazine en ligne

Accédez à notre espace virtuel dans lequel vous trouverez nos différents magazines en format numérique ! Tout à un même endroit !

Catégories