Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content

Le géant des glaces Sibir entreprend son voyage inaugural autour de la Scandinavie

Le brise-glace géant à propulsion nucléaire se dirige actuellement vers Mourmansk pour s’approvisionner avant de commencer à travailler le long de la route maritime du Nord.

Deuxième de la nouvelle classe de puissants brise-glaces russes nucléaires chargés de maintenir la route maritime du Nord ouverte à la navigation toute l’année, Sibir a quitté le port du chantier naval de la Baltique à Saint-Pétersbourg à 5h17 du matin le 13 janvier et il est attendu à son nouveau port d’attache, Mourmansk, le 20 janvier. La construction du nouveau brise-glace a duré six ans et le certificat d’acceptation a été signé le 24 décembre.

La transition à travers la mer Baltique et autour de la Scandinavie devrait prendre 8 à 9 jours selon son armateur Rosatomflot (la Russie possède la seule flotte de brise-glaces nucléaires au monde).

Après quelques jours au port de Mourmansk, Sibir entamera son premier voyage de travail dans le secteur ouest de la route maritime du Nord, principalement dans la zone de l’embouchure des fleuves Ob et Yensei et dans la mer de Kara. La navigation vers et depuis des ports comme Sabetta et Dudinka dans l’Arctique russe est déjà prise en charge par son jumeau Arktika mis en service à la fin de 2021. 

Alimentés par deux réacteurs à eau légère RITM-200 conçus pour produire 55 MWe, les navires de la classe 22220 sont les brise-glaces les plus puissants jamais construits. 

Trois brise-glaces supplémentaires de cette classe sont en construction au chantier naval de la Baltique, les Ural, Yakutia  et Chukotka, dont les mises en service sont prévue de 2022 à 2025.

Rosatom a également laissé entendre que deux autres brise-glaces de la classe seraient nécessaires pour gérer les expéditions toute l’année sur la route maritime du Nord.

Cette saison, la banquise hivernale est arrivée étonnamment tôt. La majeure partie des eaux lointaines de l’Arctique était couverte d’une nappe blanche à croissance rapide dès la fin octobre, et début novembre, la route maritime était à peine navigable pour les navires sans la plus haute classe de glace.

À la mi-novembre, plus de 20 navires étaient bloqués ou luttaient pour sortir des eaux glacées de la mer de Sibérie orientale et de la mer de Laptev.

En plus des brise-glaces de la classe 22220, la Russie développe également le Lider (meneur), un navire encore plus puissant qui sera capable d’ouvrir de larges voies de navigation à travers les glaces pour les grands convois. Le Lider sera construit au chantier naval de Zvezda en Extrême-Orient russe.  Photos: Rosatomflot (Avec des informations du Barents Observer)

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email

Articles récents

Abonnement

Recevez Maritime Magazine directement chez vous!

Magazine en ligne

Accédez à notre espace virtuel dans lequel vous trouverez nos différents magazines en format numérique ! Tout à un même endroit !

Catégories