Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors

Un croisiériste du Saint-Laurent fait appel à Trudeau pour intervenir dans la réparation du pont de Kingston

Un opérateur de bateau de croisière de Kingston a écrit au premier ministre Justin Trudeau pour intervenir personnellement dans un travail de réparation de pont bâclé qui a paralysé le trafic maritime commercial dans le port de la ville de l’est de l’Ontario.

« Je vous demande de prendre des mesures immédiates pour que le gouvernement fasse partie de la solution plutôt que du problème », a écrit le président de St. Lawrence Cruise Lines, Jason Clark, dans la lettre envoyée au cabinet du premier ministre Trudeau.

Il s’agit du pont jeté de LaSalle, qui divise les ports intérieurs et extérieurs de Kingston.  Un accident survenu pendant les réparations de la travée a bloqué l’arrière-port, piégeant un certain nombre de navires commerciaux et coupant l’accès à la seule cale sèche de l’est de l’Ontario.

Le gouvernement fédéral avait promis à l’origine que le pont jeté rouvrirait d’ici le 1 mai, mais il n’a donné qu’un vague délai de 8 à 10 semaines pour la réouverture du chenal navigable.

« Nous avons navigué dans une tempête parfaite de cafouillage bureaucratique et d’apathie ministérielle », a déclaré M. Clark.

Les intervenants maritimes locaux ont présenté aux fonctionnaires fédéraux une solution à un coût raisonnable qui ouvrirait un chenal de navigation entre l’intérieur et l’extérieur du port de Kingston, et une entreprise de construction locale a fourni un devis écrit qu’elle pourrait effectuer le travail dans les trois semaines. Cependant, près de trois semaines plus tard, aucun progrès n’a été réalisé pour rouvrir un chenal pour le trafic maritime, ce que le gouvernement fédéral est tenu par la loi d’assuré.

« J’ai rencontré de nombreux fonctionnaires fédéraux et on m’a donné le tour de passe-passe, a déclaré M. Clark. J’ai écrit aux ministres compétents du Cabinet qui ne semblent pas prêter attention. Apparemment, aucune de ces personnes ne comprend ce que c’est que d’avoir une masse salariale aujourd’hui. »

St. Lawrence Cruise Lines peut poursuivre le gouvernement fédéral en justice pour l’obliger à respecter ses obligations en vertu de la loi fédérale, et cette option demeure sur la table, a déclaré M. Clark.

St. Lawrence Cruise Lines exploite le Canadian Empress, qui offre des visites à Montréal, à Québec et dans la région de la capitale nationale.  M. Clark a déjà dû annuler des croisières à venir et il a averti que lui et d’autres exploitants commerciaux risquent de licencier du personnel si l’inaction se poursuit.

« Ce n’est pas un problème local qu’un groupe de bureaucrates assis dans des cubicules à Ottawa peuvent lever les épaules », a déclaré M. Clark.  « Les entreprises touchées injectent des dizaines de millions de dollars dans les économies de l’est de l’Ontario et du Québec, et même certaines entreprises de la circonscription du premier ministre pourraient être touchées.  Il est temps d’agir. »

St. Lawrence Cruise Lines est une entreprise de Kingston exploitée sur le fleuve Saint-Laurent depuis 1981.

(Photo de Canadian Empress de St. Lawrence Cruise Lines et photo de pont fermé de Services publics et Approvisionnement Canada)

 

 

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
Email

Recent articles

Subscription

Receive your print copies at home or at work so you can read and consult them comfortably and at your leisure!

Online magazine

Access our virtual space where you will find our different issues in digital format! All in one place!

Categories