Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors

Une chef inuit a soulevé la question du noir de carbone dans l’Arctique canadien à la COP26

Selon un reportage paru dans Nunatsiaq News, Lisa Koperqualuk, vice-présidente du Conseil circumpolaire inuit (CCI) est montée sur scène lors du sommet sur le climat de la COP26, qui se terminait aujourd’hui, pour parler d’un enjeu touchant particulièrement les communautés arctiques canadiennes : le noir carbone émis par les navires brûlant du fioul lourd.

« Nous pouvons prendre des jours et des jours pour nous asseoir ensemble et en parler, c’est à quel point [le débat sur le carbone noir] est important », a déclaré Koperqualuk dans son discours la semaine dernière.

Le noir de carbone augmente la température de l’air qui l’entoure et lorsqu’il se dépose sur la glace, il rend la glace plus sombre et moins réfléchissante, ce qui la fait fondre plus rapidement.

Les prévisions selon lesquelles la navigation dans l’Arctique pourrait augmenter suggèrent que ce problème pourrait s’aggraver.

Mme Koperqualuk a déclaré qu’elle souhaitait la mise en place de mesures plus strictes pour interdire l’utilisation de mazout lourd utilisé par les navires traversant l’Arctique, a rapporté Nunatsiaq News.

Actuellement, l’Organisation maritime internationale a approuvé une interdiction progressive de l’utilisation de fioul lourd dans l’Arctique qui entrerait pleinement en vigueur en 2029.

Le gouvernement du Nunavut et le gouvernement fédéral se sont tous deux opposés à une interdiction immédiate de l’utilisation de mazout lourd dans les eaux arctiques, affirmant qu’une telle interdiction augmenterait le coût de la vie dans les collectivités éloignées qui dépendent des marchandises livrées par transport maritime. Une étude a conclu que le ménage moyen du Nunavut paierait 1 400 $ de plus par année si le carburant était interdit.

Mais l’ICC et les groupes de conservation ont fait valoir qu’une interdiction progressive d’ici 2029 est trop faible.

Dans un courriel à Nunatsiaq News, Mme Koperqualuk a déclaré que le coût de la transition vers des carburants d’expédition plus propres ne doit pas être imputé aux collectivités. Un fonds de transition pour le transport maritime dans l’Arctique établi par le gouvernement fédéral est la meilleure solution, a-t-elle déclaré, ajoutant qu’investir 15 millions de dollars sur trois ans devrait suffire à compenser toute augmentation des coûts.

Lors d’un événement de la COP26 axé sur les émissions de carbone noir dans l’Arctique, Mme Koperqualuk a décrit ces défis et a évoqué la nécessité d’inclure les intérêts des Inuits dans la prise de décision concernant les décisions relatives au transport maritime dans l’Arctique. « Cela peut avoir un impact sur notre culture et notre langue. »

La dirigeante inuite a déclaré que son organisation avait fait un autre pas en avant dans ses efforts de plaidoyer la semaine dernière, lorsque la CPI est devenue la première organisation autochtone à recevoir le statut de consultant auprès de l’OMI. Ce développement aidera l’ICC à être plus impliqué dans la prise de décision pour le transport maritime dans la patrie des Inuits. « Nous pouvons aller de l’avant avec l’OMI et faire entendre notre voix. » (Photo Conseil circumpolaire inuit)

 

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
Email
Retour haut de page