Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors

Un rapport de l’ICCT prévoit un triplement de la demande en Europe de GNL comme carburant maritime entre 2019 et 2030

AIDAnova prenant du GNL à Tenerife. Photo: Cruisetricks

L’ICCT (International Council on Clean Transportation) a publié un rapport, axé sur les navires faisant du commerce avec l’Union européenne, prédit un triplement de la demande de GNL comme carburant maritime entre 2019 et 2030, sur la base des tendances de la consommation de carburant.

L’idée que le gaz naturel liquéfié (GNL) peut aider à atténuer les impacts climatiques du secteur du transport maritime repose sur l’hypothèse que les navires peuvent passer au bio et au e-GNL (GNL « renouvelable ») à l’avenir et que le changement entraînerait une faible émission de gaz à effet de serre (GES). Pour que cela se produise, il doit y avoir suffisamment de GNL renouvelable pour répondre à la demande future et son utilisation doit entraîner une réduction substantielle des émissions de GES sur la base du cycle de vie par rapport au GNL fossile. Comprendre si ces hypothèses sont réalistes est important pour les décideurs politiques, y compris dans l’Union européenne, qui s’est engagée à réduire ses émissions de GES d’au moins 55 % en dessous des niveaux de 1990 d’ici 2030 (ce qui équivaut à une réduction de 41 % par rapport aux niveaux de 2019).

Le rapport estime également que le GNL renouvelable coûtera sept fois plus cher que le GNL fossile en 2030 et que, par conséquent, des subventions ou d’autres politiques seraient nécessaires pour encourager son utilisation.

Les émissions d’équivalent dioxyde de carbone (CO2e) Well to Wake (WTW) associées à trois scénarios 2030 dans l’Union européenne sont présentées dans la figure ci-dessous.

Comparez le scénario dans lequel les navires utilisent du GNL 100 % renouvelable en 2030 (extrême droite, représentant une subvention de 50 € par gigajoule) aux émissions résultant de l’utilisation de 100 % fossile en 2019 (extrême gauche). Comme indiqué, l’utilisation de GNL renouvelable pourrait réduire les émissions de CO2e WTW de 38 % sur la base des potentiels de réchauffement planétaire sur 100 ans (GWP, étiqueté CO2e100), mais augmenter les émissions de 6 % sur la base du GWP sur 20 ans (CO2e20) en raison de la forte concentration à court terme du méthane sur les effets de réchauffement. Se concentrer sur les portions orange des barres, même en utilisant du GNL 100 % renouvelable, double les émissions de méthane par rapport à 2019 ; cela est principalement dû au glissement de méthane des moteurs marins.

Pour que le GNL renouvelable contribue de manière significative à la réalisation des objectifs climatiques, la fuite de méthane des moteurs marins doit être pratiquement éliminée et les fuites de méthane en amont doivent être considérablement réduites. De plus, les fuites de méthane des réservoirs de carburant à bord et des citernes à cargaison, que les chercheurs s’efforcent toujours de quantifier de manière adéquate, devraient être proches de zéro. Il est important que les décideurs politiques et les parties prenantes comprennent que d’autres carburants, y compris le diesel synthétique et le méthanol vert, pourraient offrir de faibles émissions tout au long du cycle de vie sans le problème du méthane. Télécharger le rapport ICI    Source ICCT

 

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
Email
Retour haut de page