Shell et Deloitte publient un rapport sur les objectifs de la réduction des émissions de carbone 

Photo: ABS

Alors que l’Organisation maritime internationale (OMI) a redémarré ses travaux de comité en mettant l’accent sur les mesures d’efficacité des progrès vers la réduction des gaz à effet de serre (GES) dans le secteur, un nouveau rapport publié le 7 juillet par Shell et Deloitte constate que 95% des cadres supérieurs du transport maritime considèrent la décarbonisation comme importante ou comme l’une des trois premières priorités de l’industrie.

Le rapport rassemble les résultats d’entretiens approfondis avec plus de 80 cadres supérieurs du transport maritime et d’organisations à travers l’Europe, l’Amérique du Nord et l’Asie, représentant des clients, des armateurs, des exploitants, des affréteurs, des autorités portuaires, des régulateurs, des fournisseurs de technologie, des financiers, des fabricants d’équipement et les fournisseurs de carburant. Il présente une vision de l’industrie des obstacles à la décarbonisation auxquels l’industrie est confrontée et des solutions qui lui permettraient de répondre à l’ambition de l’OMI de réduire les émissions de GES d’au moins 50% d’ici 2050.

En Europe, les dirigeants ont ressenti une incitation sociale et réglementaire plus forte, et en Asie, les dirigeants ont principalement estimé que l’incitation provenait de la réglementation. Mais dans toutes les régions, la décarbonation est à l’ordre du jour.

Tout au long des entretiens, on a demandé aux participants ce qu’ils considéraient comme les principaux obstacles à la décarbonisation des transports. Trois facteurs clés sont apparus : un manque de demande du marché et des clients; aucun alignement technologique sur ce que seraient les nouveaux carburants; et un manque d’incitations réglementaires harmonisées.

«De plus en plus, il est temps d’agir pour que l’industrie réponde à l’ambition de l’OMI.»

Malgré les inquiétudes quant à l’impasse que ces obstacles peuvent créer, avec peu de clarté  par où commencer et qui devraient diriger, il y avait un optimisme énorme dans ce qui a été entendu. De plus en plus, il est temps d’agir pour que l’industrie réponde à l’ambition de l’OMI. Les dirigeants du secteur maritime ont noté que pour y parvenir, les premiers navires à taux zéro devraient entrer dans la flotte mondiale vers 2030, ce qui a également été reconnu par les objectifs de la coalition Getting to Zero. Cela crée un réel sentiment d’urgence.

12 solutions ont été identifiées, cinq d’entre elles étant considérées comme les plus critiques pour réaliser des progrès à court terme:

Augmentation de la demande des clients: créer une demande d’expédition à émissions faibles ou nulles grâce aux engagements des affréteurs et des clients, ce qui inclut des contrats à long terme et des critères d’approvisionnement écologique.

Alignement réglementaire mondial: créer des conditions de concurrence équitables à l’échelle mondiale et réduire l’incertitude concernant les réglementations et les délais. Les nouvelles directives de l’OMI attendues en 2023 devraient clarifier les choses et être alignées sur les principaux organismes de réglementation locaux et régionaux (par exemple, l’UE, la Chine et les États-Unis). Des incitations réglementaires à court terme devraient également être envisagées.

Recherche et développement intersectoriel: intensifier les partenariats pour développer des carburants à émissions nulles ou à faibles émissions grâce à une recherche et développement (R&D) conjoint dans le transport maritime, d’autres secteurs plus difficiles à réduire ainsi que l’industrie de l’énergie. Créer un bassin beaucoup plus grand de capital et d’expertise pour faire évoluer les nouvelles technologies et augmenter la probabilité que les infrastructures de production et de transport soient disponibles une fois que les futurs carburants seront commercialement viables.

Projets pilotes contrôlés à grande échelle: augmenter l’efficacité de la R&D en exécutant des projets pilotes verts de bout en bout impliquant des clients, des affréteurs, des opérateurs, des propriétaires et des ports sur des routes et des types de navires spécifiques.

Engagements coordonnés de l’industrie: Accroître la portée des initiatives existantes – telles que la Coalition Getting to Zero, le Clean Cargo Working Group et autres – en consolidant les objectifs et en renforçant la coordination de divers axes de travail simultanés.

Le développement et la mise à l’échelle de l’une de ces solutions nécessiteront une collaboration sans précédent entre un groupe large et diversifié dans le domaine de l’expédition. Non seulement les armateurs, les opérateurs et les régulateurs traditionnels sont nécessaires, mais dans de nombreux cas, les clients, les ports, les financiers et autres doivent également jouer un rôle important.

Pour lire l’article complet de Grahaeme Henderson Vice-président, Shell Shipping & Maritime et accéder au rapport cliquez ICI

Shell & Deloitte: Decarbonising shipping roadmap
Pour regarder de plus près l’image, veuillez cliquer ici. 


Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest
Share on email
Email

Articles récents

Abonnement

Recevez Maritime Magazine directement chez vous!

Magazine en ligne

Accédez à notre espace virtuel dans lequel vous trouverez nos différents magazines en format numérique ! Tout à un même endroit !

Catégories