Tony Boemi du port de Montréal laisse un grand héritage

 

Par Leo Ryan, rédacteur en chef

Le dernier jour d’avril, l’un des principaux artisans du succès et de la croissance du port de Montréal au cours des dernières années a officiellement pris sa retraite de son poste de vice-président, croissance et développement. Quel héritage significatif Tony Boemi a laissé!

Par coïncidence, son départ après 13 ans avec le port est intervenu quatre mois seulement après que Sylvie Vachon a cédé la place à Martin Imbleau au poste de président et chef de la direction après avoir dirigé le deuxième plus grand port du Canada pendant 11 ans.

Les commentaires transmis par Tony Boemi sur LinkedIn et à Maritime Magazine ont offert un bel aperçu sur les facteurs qui ont contribué à ses propres réalisations.

Il faut probablement commencer par ce message: «Qu’il suffise de dire que je n’aurais pas pu rêver d’une carrière plus épanouissante et enrichissante, et je dirais que l’une des principales raisons de mon succès est d’avoir travaillé pour et avec des personnes exceptionnelles – apprendre de leurs forces et les appliquer tout au long de ma carrière. »

Vient ensuite une liste des personnes qu’il a identifiées comme ayant eu le plus grand impact sur sa vie professionnelle, l’aidant notamment à surmonter de nombreux défis professionnels. Des noms comme: John J. Ryan, Paul Jones, Peter Petsanis, Cully Keane, Bill Newton, Jeremy Masters, Michel Beauregard, Holger Oetjen, Sylvie Vachon.

Au cours d’une carrière de 45 ans, M. Boemi a parcouru les quatre coins du monde et a eu l’occasion de rencontrer des premiers ministres, des présidents, des gouverneurs et des fonctionnaires de différents paliers de gouvernement.

 Lorsqu’il tente de résumer les principaux traits de caractère qui surgissent lors de ses rencontres avec des gens de tous les milieux, des mots comme l’intensité, le dévouement et l’enthousiasme viennent à l’esprit. Ajoutez ce rire contagieux à l’occasion.

Au début, il faisait partie d’une organisation qui a acquis neuf porte-conteneurs sous l’égide de CP Ships. Puis il a travaillé brièvement pour Hapag-Lloyd avant de se joindre à l’Administration portuaire de Montréal en 2008.

Il y a un nombre impressionnant de faits saillants marquant ses initiatives de développement des affaires au Port de Montréal.

Parmi celles-ci figurait la création d’un réseau d’agences avec une représentation en Europe, en Asie et aux États-Unis – une première du genre pour le port.

Ce réseau a favorisé l’expansion du marché du port en Asie, qui représente désormais plus de 25% de l’activité conteneurs de Montréal (totalisant 1,6 million d’EVP).

Trois accords majeurs de collaboration portuaire ont été conclus, impliquant le port d’Anvers (premier partenaire commercial maritime de Montréal), les ports d’Adani (Inde) et HAROPA (regroupant Le Havre, Rouen et Paris).

M. Boemi a eu l’occasion de rencontrer les autorités portuaires égyptiennes et de visiter le canal de Suez sur le bateau (notre photo) qui avait appartenu à l’ancien président Hosni Moubarak.

Il a animé des réceptions annuelles à Montréal, Toronto et dans les centres stratégiques du Midwest de Chicago et Detroit ainsi que des réceptions à Mumbai et Ho Chi Min (anciennement Saigon).

À cet égard, M. Boemi fait remarquer: «Je dirais que c’est ce qui distingue Montréal des autres ports, car cela crée des liens solides avec nos clients, et les clients ont un contact direct avec les intervenants portuaires lors d’événements critiques.

M. Boemi a participé à une mission commerciale avec le port de Halifax qui comprenait des escales en Inde, au Vietnam et à Hong Kong. Rappelant un moment particulièrement mémorable, il a noté: «Pendant notre séjour au Vietnam, nous avons mangé à l’hôtel REX à Ho Chi Min que les généraux américains ont fréquenté pendant la guerre du Vietnam.

Pour compléter la liste des réalisations, M. Boemi a joué un rôle déterminant dans le développement de l’activité de croisière à Montréal, qui a quadruplé au cours des 10 dernières années pour atteindre 110 000 passagers. Cela a incité la construction d’un tout nouveau terminal de croisière ultramoderne.

Pendant ce temps, des sources bien informées au moment de la rédaction de cet article ont indiqué que Tony Boemi avait déjà commencé à célébrer sa retraite en s’adonnant à son passe-temps favori – essayer de battre 100 sur divers terrains de golf de la région de Montréal …

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email

Articles récents

Abonnement

Recevez Maritime Magazine directement chez vous!

Magazine en ligne

Accédez à notre espace virtuel dans lequel vous trouverez nos différents magazines en format numérique ! Tout à un même endroit !

Catégories