L’OMI salue une transition «relativement douce» vers la nouvelle limite de soufre

Depuis le 1er janvier, la limite supérieure mondiale de la teneur en soufre du fioul des navires a été réduite à 0,5% contre 3,5% en vertu du règlement dit « IMO 2020 ». Cela réduit considérablement la quantité d’oxyde de soufre émanant des navires et aura des avantages majeurs pour la santé et l’environnement, en particulier pour les personnes vivant à proximité des ports et des côtes. L’Organisation maritime internationale a déclaré que des informations provenant de diverses sources indiquaient «une transition relativement douce vers la limite de 0,50% de soufre».

Les prix des carburants conformes – le mazout à très faible teneur en soufre (VLSFO) et le gazole marin (MGO) ont augmenté rapidement au début, mais semblent maintenant se stabiliser. Au 20 janvier, 10 cas de carburant non disponible avaient été signalés dans le Système mondial intégré d’information sur les expéditions (SIGIS) de l’OMI; et l’adresse e-mail dédiée établie par le Secrétariat de l’OMI ( imo2020@imo.org ) n’a reçu aucun problème de rapport de correspondance spécifique avec la mise en ?uvre.

Le Secrétaire général de l’OMI, Kitack Lim, a déclaré: « Je pense que cela témoigne de la diligence et du dévouement de l’OMI, de ses États membres, de l’industrie du transport maritime, de l’industrie de l’approvisionnement en carburant et d’autres industries concernées qu’un tel changement majeur de règle est mis en ?uvre avec succès sans interruption significative. aux transports maritimes et à ceux qui en dépendent. « 

Il a ajouté: « La prochaine cible importante approche à grands pas, lorsque le transport de mazout non conforme à bord des navires devient interdit le 1er mars 2020. J’exhorte tous les armateurs, opérateurs et capitaines à respecter l’interdiction de transport, le cas échéant, lorsqu’elle arrivera. L’OMI restera vigilante et prête à répondre et à fournir tout soutien. Je tiens à remercier sincèrement les gouvernements membres de l’OMI, l’industrie du transport maritime et toutes les parties prenantes, y compris les expéditeurs et l’industrie de l’approvisionnement en mazout, pour leurs efforts jusqu’à présent et de demander une coopération accrue pour garantir la bonne mise en ?uvre de l’OMI 2020.  » (photo Hapag-Lloyd)


Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest
Share on email
Email

Articles récents

Abonnement

Recevez Maritime Magazine directement chez vous!

Magazine en ligne

Accédez à notre espace virtuel dans lequel vous trouverez nos différents magazines en format numérique ! Tout à un même endroit !

Catégories