Les secteurs minier et forestier du Canada urgent le gouvernement fédéral d’intervenir face à la grève des débardeurs de Montréal

OTTAWA – Des groupes de l’industrie des ressources se sont unis pour demander au gouvernement fédéral d’intervenir dans la grève en cours au port de Montréal.

Après une longue grève ferroviaire en novembre, des blocages ferroviaires en février et la perturbation continue et importante de la chaîne d’approvisionnement en raison de la pandémie COVID-19, la grève du port de Montréal aggrave une situation déjà stressante en entraînant l’expédition d’articles essentiels comme les minéraux, les métaux, les produits forestiers et le carburant au point mort dans la région, ont déclaré des associations minières et forestières.

«L’exploitation minière est un client de premier plan du port de Montréal, transportant de grands volumes de minerai de fer, de nickel, de gypse et de métal recyclé vers les fonderies et les raffineries de la région. Sur fond de perturbations massives de la chaîne d’approvisionnement et de dommages sans précédent à la réputation du Canada, partenaire commercial international fiable, cette grève et le manque de mesures efficaces pour la résoudre démontrent une incapacité incompréhensible à donner la priorité à la reprise économique du Canada dans l’un des plus grands moments de besoin de notre pays », a déclaré Pierre Gratton, président et chef de la direction de l’Association minière du Canada ( MAC).

 « Si le gouvernement veut attirer les investissements de fabrication de pointe pour la fabrication de batteries et de véhicules électriques nécessaires pour soutenir la transition vers une économie à faible émission de carbone, une chaîne logistique fiable et efficace est essentielle », a ajouté M. Gratton.

 «Le port de Montréal est une infrastructure absolument essentielle pour le secteur des produits forestiers du Canada. Nous exportons des centaines de produits dans le monde et recevons des expéditions de l’étranger chaque jour», a confirmé Derek Nquart, président et chef de la direction de l’Association des produits forestiers du Canada (APFC). «Nous estimons que cette perturbation a déjà imposé près d’un million de dollars américains en coûts supplémentaires et a perdu des ventes pour notre secteur en Ontario et au Québec – et c’est à un moment où nous sommes confrontés à une forte demande de bois d’œuvre et à un secteur des pâtes et papiers en difficulté en raison de la COVID-19. Cette perturbation met à l’épreuve notre capacité à livrer à nos clients et à maintenir notre personnel au travail. Nous avons besoin que le gouvernement fédéral déploie toutes les ressources nécessaires pour résoudre ce différend.  » (photo MPA)

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest
Share on email
Email

Articles récents

Abonnement

Recevez Maritime Magazine directement chez vous!

Magazine en ligne

Accédez à notre espace virtuel dans lequel vous trouverez nos différents magazines en format numérique ! Tout à un même endroit !

Catégories