Les expéditions de céréales de la Voie maritime poursuivent leur forte progression

Port de Thunder Bay

La pandémie mondiale a continué d’avoir une incidence sur le volume de cargaison de certains produits sur la Voie maritime du Saint-Laurent, mais les expéditions de céréales canadiennes ont continué d’afficher des gains impressionnants, dépassant 6,2 millions de tonnes du 1er avril à la fin de la période de navigation commerciale. Cela représentait une augmentation de 20% par rapport à l’année précédente. Les expéditions globales par la voie navigable nord-américaine ont totalisé 23,2 millions de tonnes, soit une baisse de 8%.

Alors que la ruée vers les céréales a contribué à augmenter les totaux de fret, le transport maritime Grands Lacs-Voie maritime a également enregistré une baisse des produits liés à la production d’acier et aux secteurs de l’énergie et de la construction. Le minerai de fer a reculé de 20,6% à 4,2 millions de tonnes, le vrac sec de 12,6% à 6,5 millions de tonnes et le vrac liquide de 27,4%. Le fret général, qui comprend le fret projet, est resté assez stable avec une baisse modérée de 2,8%.

«Au cours d’une année de haut et de bas, nous sommes heureux de voir que les exportations de céréales se comportent remarquablement bien», a déclaré Terence Bowles, président et chef de la direction de la Corporation de gestion de la Voie maritime du Saint-Laurent. «Les nouvelles récoltes de blé et de canola des Prairies sont arrivées par train au cours des dernières semaines au port de Thunder Bay et la récolte de soja en Ontario est en cours. Nous prévoyons que de fortes expéditions de céréales se poursuivront pendant le reste de l’année. »

Le port de Thunder Bay a indiqué que les expéditions de grain jusqu’à la fin de septembre ont totalisé 5,97 millions de tonnes métriques, une augmentation de 23% par rapport à la même période en 2019.

«Les expéditions de céréales au port ont augmenté chaque mois cette saison pour répondre à la demande mondiale de pain et de pâtes. Tout ce grain provenait des récoltes des Prairies de l’année dernière », a déclaré Tim Heney, président et chef de la direction de l’Administration portuaire de Thunder Bay. «Nous avons maintenant plus de 500 000 tonnes métriques de la nouvelle récolte en stock en attente d’être expédiées sur des navires. Les déchargements de wagons au port au cours des dernières semaines continuent d’être en forte hausse par rapport à 2019. Nous avons un automne bien rempli devant nous. »

 Parmi les autres ports canadiens, les revenus maritimes du port de Johnstown ont augmenté de plus de 30 pour cent à la fin du troisième trimestre, en raison du fait que les cargaisons de projets sont stockées dans les installations nouvellement développées du port. Les mouvements de fret maritime sont inférieurs d’environ 50000 tonnes aux chiffres de septembre 2019 en raison du retard de deux navires hauturiers jusqu’en octobre.

 «Le port de Johnstown est bien placé pour connaître une année record; cependant, beaucoup dépendra de la récolte de 2020 et de la capacité de faire circuler le grain dans le système. Cela dépendra en grande partie du moment et de la disponibilité des navires hauturiers et des laquiers pour retirer le grain des silos du port. La baisse de la valeur marchande du soja a également contribué au retard des ventes des agriculteurs aux courtiers, cependant, une récente augmentation des prix du soja a entraîné une augmentation des ventes en octobre et nous devrions voir plus de mouvements de soja », a déclaré le directeur général du port, Robert Dalley.

 Le mois de septembre a donné à l’Administration portuaire Hamilton-Oshawa de nombreuses raisons de sourire. Au 30 septembre, la cargaison totale du port de Hamilton était en hausse de 15% par rapport au même mois en 2019. Ses totaux cumulatifs pour les céréales, les engrais, le sel, le coke et le gypse ont également augmenté considérablement par rapport à l’année précédente. Bien que le total de fret total depuis le début de l’année pour le port de Hamilton soit toujours de 13% inférieur au total de 2019, l’écart se réduit. (En août, il était en baisse de 18%.)

 De l’autre côté du lac Ontario, le port d’Oshawa a défié toute attente – son tonnage total depuis le début de l’année est en hausse de 15%, mené par la cargaison d’acier et de ciment, malgré le COVID-19.

 «Cet été, nous nous préparions à une baisse significative des résultats, car tous les types de fret étaient touchés», a déclaré Ian Hamilton, président et chef de la direction de HOPA Ports. « Bien qu’il soit encore tôt, nous sommes très heureux de voir la tendance s’inverser. Cette pandémie a peut-être changé notre façon de travailler, mais nous n’avons jamais arrêté – l’intégrité de nos chaînes d’approvisionnement a été maintenue et, en ce moment, plus de 21 millions de dollars de projets de construction sont en cours au port de Hamilton. C’est le plus que nous n’ayons jamais eu à la fois. » 

 

 

 

 

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest
Share on email
Email

Articles récents

Abonnement

Recevez Maritime Magazine directement chez vous!

Magazine en ligne

Accédez à notre espace virtuel dans lequel vous trouverez nos différents magazines en format numérique ! Tout à un même endroit !

Catégories