Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors

La Journée mondiale de la mer de l’OMI met l’accent sur le bien-être des gens de mer


Les voix des gens de mer étaient au centre de la Journée mondiale de la mer de l’OMI, avec un panel de tous les gens de mer discutant d’un certain nombre de questions liées au thème de cette année « Les gens de mer au cœur de l’avenir de la navigation ». L’événement du 30 septembre a vu le capitaine du port Ayse Basak, les marins ordinaires Yrhen Balins et les capitaines de navire Marwa El Selehdar et Thomas Madsen partager leurs points de vue sur des sujets qu’ils considèrent comme importants pour l’avenir de l’industrie et de leurs carrières.

« Cet événement place les gens de mer là où ils devraient être – au centre de notre attention », a déclaré le secrétaire général de l’OMI, Kitack Lim, dans son discours de bienvenue, rappelant aux auditeurs qu’il vient également d’un milieu marin. « Je pense que c’est peut-être la première fois que nous organisons ce genre de panel composé uniquement de marins – mais je crois vraiment que ce ne sera pas la dernière. Nous devons écouter et nous devons apprendre. »

Animés par le directeur des affaires juridiques et extérieures de l’OMI, Frederick Kenney, également un ancien marin, les panélistes ont abordé des sujets tels que le changement d’équipage, la diversité, l’environnement et la sécurité et ont fait des déclarations fortes sur la façon dont ils aimeraient que leur avenir soit façonné.

Se référant à la crise du changement d’équipage, Yrhen Balinis a fait valoir que l’industrie et les marins eux-mêmes doivent « cesser de romancer la résilience » et se rappeler que les marins sont des êtres humains. « Nous n’avons pas à rester plus longtemps que nos contrats et à souffrir en silence en attendant que cette crise de changement d’équipage se dénoue », a-t-il déclaré.

Thomas Madsen a souligné l’importance du leadership dans la création d’une bonne culture de travail. « Les dirigeants doivent montrer la voie et communiquer de manière continue et proactive des règles et des valeurs qui garantiront un environnement inclusif à bord, c’est-à-dire que tout le monde dans la même pièce parle la même langue, le harcèlement ou l’intimidation ne seront pas acceptés. Et ils doivent montrer l’exemple et prêcher par eux-mêmes », a-t-il souligné.

Abordant le sujet de l’environnement et de la manière dont le transport maritime peut évoluer vers la neutralité carbone, Marwa El Selehdar a déclaré que « comme tout navire mis en service d’ici 2030 fonctionnera probablement pendant au moins 12 à 15 ans, le seul moyen de respecter les objectifs réglementaires est d’avoir des navires à zéro émission. »

Ayse Basak était particulièrement passionnée lorsqu’elle a parlé de sécurité, soulignant que « avec la technologie, nous devons nous concentrer sur les facteurs humains pour rendre l’environnement de travail plus sûr pour tous les gens de mer. Un environnement de travail sûr ne fait pas seulement référence aux aspects techniques, il s’applique également à un comportement sûr afin de créer un environnement de travail sûr. »

Les questions posées aux gens de mer par un auditoire de plus de 400 personnes du monde entier ont stimulé les discussions sur ce que signifie être un marin, sur les réglementations que les panélistes changeraient et plus encore.

Le président de l’IMPA et de l’APMC, le capitaine Simon Pelletier, faisait partie des participants à la Journée maritime mondiale de l’OMI. Il est ici avec le Secrétaire général de l’OMI Lim

 

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
Email
Retour haut de page