Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors

ICS exhorte les transporteurs à renforcer leurs actions pour protéger les espèces de baleines en voie de disparition

La Chambre internationale de la marine marchande (ICS) a encouragé l’industrie mondiale du transport maritime à prendre davantage de mesures pour réduire le risque de nuire aux espèces de baleines en voie de disparition.

Il s’agit d’un problème que l’industrie du transport maritime prend au sérieux et qui a abouti à la mise en œuvre de mesures visant à prévenir les collisions entre les baleines et les navires, de la réduction de la vitesse des navires et du réacheminement à l’engagement des parties prenantes pour accroître la sensibilisation.

Guy Platten, secrétaire général de l’ICS, a déclaré : « Les baleines sont une espèce vulnérable et en voie de disparition. L’océan est leur maison, et nous devons nous assurer que les activités maritimes internationales tiennent compte de leur présence. Il est vraiment positif de voir nos membres travailler avec des ONG sur des initiatives qui traitent de ce grave problème. Il y a toujours plus à faire. »

Des mesures importantes ont déjà été prises par l’industrie pour aider à protéger les mammifères marins. Cela comprend les régions du monde où des limites de vitesse s’appliquent aux navires, comme le fleuve Saint-Laurent au Canada et le détroit de Gibraltar. Il existe également des conseils sur les «zones maritimes particulièrement sensibles» qui mettent en garde les navigateurs sur «l’évitement des baleines». Les armateurs sont encouragés à suivre les orientations nationales et internationales pertinentes.

L’Association des armateurs allemands (VDR) a annoncé cet été son soutien à deux initiatives de protection des baleines par les ONG OceanCare et le Fonds international pour la protection des animaux (IFAW). Les deux initiatives visent à protéger les baleines en redirigeant les navires pour éviter les zones à haut risque de collisions. L’initiative OceanCare vise à protéger les cachalots en Méditerranée orientale, et l’initiative IFAW vise à protéger les baleines bleues dans les eaux côtières au large de la pointe sud du Sri Lanka.

« Après avoir été approchés par les ONG pour demander notre soutien à leurs deux initiatives, nous avons accueilli avec empressement la proposition des ONG et en avons discuté avec nos membres », a déclaré le Dr Martin Kröger, directeur général du VDR. « Les commentaires ont indiqué sans ambiguïté que nous sommes tous heureux de faire des détournements mineurs pour protéger les baleines là-bas. »

Les plus de 150 entreprises membres du VDR ont maintenant été officiellement invitées à dérouter leurs navires pour éviter ces habitats critiques des baleines. Christian Naegeli, conseiller maritime du VDR pour la sécurité maritime, les affaires nautiques et techniques et l’environnement, a ajouté : « Il existe des possibilités de contourner les habitats des baleines de quelques milles marins seulement aux deux endroits – en toute sécurité, légalement et sans trop de frais supplémentaires, effort ou dépense.

Nicolas Entrup, directeur des relations internationales chez OceanCare, a déclaré : « Le réacheminement sauve la vie des baleines et nous apprécions vraiment les mesures prises par VDR, mais aussi les compagnies maritimes elles-mêmes, comme Mediterranean Shipping Company (MSC). L’approche scientifique pour identifier les zones importantes pour les mammifères marins telles que la fosse hellénique et les eaux au sud du Sri Lanka permet au secteur du transport maritime de prendre des mesures, mais fournit également des orientations aux décideurs politiques ».

L’initiative IFAW et OceanCare complètent l’initiative du World Shipping Council et de l’ICS de l’Organisation maritime internationale (OMI) visant à déplacer le dispositif de séparation du trafic de la pointe sud du Sri Lanka plus au large afin de réduire le risque de collisions entre les navires et les baleines. L’OMI a travaillé avec les législateurs et les associations professionnelles, y compris l’ICS, pour mettre à jour ses directives sur la protection des baleines. Les compagnies maritimes ont mis en pratique leurs conseils. MSC est devenue cette année la plus grande compagnie maritime à rediriger les voies de navigation en Méditerranée et au Sri Lanka, des zones connues comme des points chauds pour l’activité des baleines. Les modifications ont été apportées suite aux conseils de scientifiques du secteur maritime.

Stefania Lallai, vice-présidente du développement durable chez MSC a déclaré : « Nous pensons que le secteur de la navigation commerciale a un rôle important à jouer dans la réduction du risque de collisions entre les navires et les baleines grâce au réacheminement, à la réduction de la vitesse et à d’autres mesures. En nous tenant à l’écart de certaines zones où se trouvent les baleines menacées les plus vulnérables, nous pouvons contribuer à jouer notre rôle dans la protection de la faune marine et la préservation des écosystèmes, en suivant toujours les conseils des scientifiques et en évaluant à l’avance la sécurité de la navigation. « Nous pensons qu’il est essentiel de sensibiliser à ces problèmes et d’encourager la collaboration entre l’industrie, les organismes scientifiques, la société civile et les gouvernements, alors que nous nous efforçons collectivement de faire davantage pour minimiser le risque de collision avec des navires. »

L’impact du bruit sous-marin rayonné induit par les navires sur les mammifères marins est également un sujet de préoccupation. Le bruit causé par la navigation peut perturber la capacité des baleines à naviguer sous l’eau, ce qui entraîne des difficultés à trouver de la nourriture et à communiquer entre elles. La réduction de la vitesse des navires réduit non seulement la probabilité que les navires heurtent des baleines, mais a également un effet bénéfique sur le niveau de bruit sous-marin. (Photo Dreamstime)

 

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
Email
Retour haut de page