Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors

La CNUCED prévient que les taux de fret élevés jettent une ombre sur la reprise économique

Selon l’examen du transport maritime 2021 de la CNUCED, les prix à la consommation mondiaux augmenteront considérablement au cours de l’année à venir jusqu’à ce que les perturbations de la chaîne d’approvisionnement du transport maritime soient débloquées et que les contraintes portuaires et les inefficacités des terminaux soient résolues. La reprise de l’économie mondiale est menacée par les taux de fret élevés, qui devraient se poursuivre dans les prochains mois.

L’analyse de l’agence des Nations Unies montre que la flambée actuelle des taux de fret conteneurisé, si elle se maintient, pourrait augmenter les niveaux des prix mondiaux à l’importation de 11% et les niveaux des prix à la consommation de 1,5% d’ici 2023.

« La flambée actuelle des taux de fret aura un impact profond sur le commerce et sapera la reprise socioéconomique, en particulier dans les pays en développement, jusqu’à ce que les opérations de transport maritime reviennent à la normale », a déclaré la secrétaire générale de la CNUCED, Rebeca Grynspan.

“Le retour à la normale impliquerait d’investir dans de nouvelles solutions, y compris les infrastructures, la technologie du fret et la numérisation, et des mesures de facilitation du commerce”, a-t-elle déclaré.

La demande de biens a augmenté au second semestre 2020 et en 2021, les consommateurs dépensant leur argent en biens plutôt qu’en services pendant les blocages et les restrictions pandémiques, selon le rapport. Le travail à domicile, les achats en ligne et l’augmentation des ventes d’ordinateurs ont tous exercé une demande sans précédent sur les chaînes d’approvisionnement.

L’importante variation des flux commerciaux conteneurisés s’est heurtée à des contraintes de capacité du côté de l’offre, notamment la capacité de transport des porte-conteneurs, les pénuries de conteneurs, les pénuries de main-d’œuvre, la poursuite des restrictions COVID-19 dans les régions portuaires et la congestion dans les ports.

Cette inadéquation entre une demande en forte hausse et une capacité d’offre réduite de facto a ensuite conduit à des taux de fret conteneurisé record sur pratiquement toutes les routes commerciales de conteneurs.

Par exemple, le taux au comptant de l’indice de fret conteneurisé de Shanghai (SCFI) sur la route Shanghai-Europe était inférieur à 1 000 $ par EVP en juin 2020, a bondi à environ 4 000 $ par EVP fin 2020 et est passé à 7 395 $ fin juillet. 2021. En plus de cela, les propriétaires de marchandises ont dû faire face à des retards, des suppléments et d’autres coûts, et ont toujours rencontré des difficultés pour s’assurer que leurs conteneurs étaient déplacés rapidement.

Tout le monde est touché, mais pas de la même manière

L’impact des frais de transport élevés sera plus important dans les petits États insulaires en développement (PEID), qui pourraient voir les prix à l’importation augmenter de 24 % et les prix à la consommation de 7,5 %. Dans les pays les moins avancés (PMA), les niveaux des prix à la consommation pourraient augmenter de 2,2 %.

Les chaînes d’approvisionnement seront affectées par la hausse des coûts du commerce maritime. Les articles à faible valeur ajoutée produits dans les petites économies, en particulier, pourraient subir une grave érosion de leurs avantages comparatifs.

En outre, les inquiétudes abondent quant au fait que la hausse soutenue des coûts d’expédition ne pèsera pas seulement sur les exportations et les importations, mais pourrait également nuire à la reprise de l’industrie manufacturière mondiale.

Le rapport indique que des taux élevés et soutenus affectent déjà les chaînes d’approvisionnement mondiales, notant que l’Europe, par exemple, est confrontée à des pénuries de biens de consommation importés d’Asie tels que les articles d’ameublement, les vélos, les articles de sport et les jouets.

Selon le rapport, une augmentation des taux de fret par conteneurs augmentera les coûts de production, ce qui peut augmenter les prix à la consommation et ralentir les économies nationales, en particulier dans les PEID et les PMA, où la consommation et la production dépendent fortement du commerce.

Les taux élevés auront également un impact sur les articles à faible valeur ajoutée tels que les meubles, les textiles, les vêtements et les produits en cuir, dont la production est souvent fragmentée entre les économies à bas salaires, bien loin des principaux marchés de consommation ; la CNUCED prévoit des augmentations de prix à la consommation de 10,2% sur ces derniers.

L’analyse prévoit en outre une augmentation de 9,4% pour les produits en caoutchouc et en plastique, une augmentation de 7,5% pour les produits pharmaceutiques et les équipements électriques, 6,9% pour les véhicules à moteur et 6,4% pour les machines et équipements.

L’impact des taux de fret élevés ne sera pas uniformément réparti, même au sein de l’Europe, et sera généralement plus important dans les petites économies.

Il est suggéré que les prix augmenteraient de 3,7 % en Estonie et de 3,9 % en Lituanie, contre 1,2 % aux États-Unis et 1,4 % en Chine. Ce différentiel reflète également une plus grande « ouverture aux importations », le ratio des importations au PIB, qui est généralement plus élevé dans les petites économies.

Les fabricants aux États-Unis dépendent principalement des approvisionnements industriels de la Chine et d’autres économies d’Asie de l’Est, de sorte que les pressions continues sur les coûts, les perturbations et les retards dans le transport conteneurisé entraveront la production, selon le rapport.

Une augmentation de 10 % des taux de fret conteneurisé, associée à des perturbations de la chaîne d’approvisionnement, devrait entraîner une baisse de la production industrielle aux États-Unis et dans la zone euro de plus de 1 %, tandis qu’en Chine, la production devrait diminuer de 0,2 %.

La CNUCED souligne que les coûts de transport sont également influencés par des facteurs structurels, notamment la qualité des infrastructures portuaires, l’environnement de facilitation des échanges et la connectivité des transports maritimes, et qu’il existe un potentiel d’améliorations significatives. (Photo :Evergreen)

 

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
Email
Scroll to Top