Damen Shipyards Cape Town lance le premier navire de patrouille côtière multimissions pour la Marine SA

 

Le 25 mars 2021, Damen Shipyards Cape Town (DSCT) a lancé le premier des trois navires de patrouille côtière multimissions (MMIPV) achetés par ARMSCOR pour la marine sud-africaine (SAN).

Les navires augmenteront la sécurité maritime de l’Afrique du Sud en améliorant la capacité du pays à répondre efficacement, rapidement et à moindre coût aux menaces telles que le trafic et la pêche illégaux.

Selon Ian Stewart, chef de projet DSCT, le lancement est une étape importante pour le chantier naval. «C’est l’aboutissement de trois années de travail acharné par une équipe de personnes dévouées. À terme, plus d’un million d’heures de travail seront investies dans la construction des trois MMIPV. »

Le navire de plus de 600 tonnes a été transporté du chantier naval de la DSCT dans la soirée du 23 mars 2021 au synchrolift de la Transnet National Ports Authority (TNPA) au Victoria & Alfred (V&A) Waterfront Basin. Le transfert a été mené par Mammoet Afrique du Sud, en utilisant 48 lignes d’essieux de transporteurs mobiles automoteurs (SPMT) pour fournir un mouvement de précision. Le chef de projet de Mammoet, Uzayr Karimulla, a déclaré que si le déplacement du navire de nuit signifiait moins d’impact sur le trafic, la réduction de la lumière avait ses propres défis. «Grâce à une planification minutieuse, une collaboration étroite et le travail d’équipe entre DSCT et Mammoet Afrique du Sud, notre équipe a fait de cette démarche un succès. Nous sommes très heureux d’avoir fait partie du projet, contribuant à l’avancement des eaux plus sûres en Afrique australe. »

Une fois le navire monté sur le synchrolift, l’équipe a attendu que la marée haute arrive avant de le déplacer hors du bassin V&A via des remorqueurs TNPA en direction de l’Elliot Bason. Les essais des systèmes du navire vont maintenant commencer avant que le navire ne soit officiellement livré à ARMSCOR / SAN, avant la fin de l’année.

Les MMIPV sont construits selon la conception brevetée de l’étrave Damen Axe, qui garantit une faible résistance, une vitesse élevée soutenue dans les vagues et des caractéristiques de maintien en mer supérieures dans les conditions les plus difficiles.

Les accélérations verticales étant réduites de manière significative et le tapage d’étrave presque éliminé, la sécurité du navire et de l’équipage augmentent considérablement, ce qui réduit les risques opérationnels. Le pont multimissions est utilisé pour soutenir les opérations de plongée, de recherche et de sauvetage et de lutte contre la piraterie.

La responsable des ressources humaines et de la transformation de DSCT, Eva Moloi, déclare que DSCT est particulièrement fier des nombreuses années qu’il a investies dans le transfert de compétences, la formation et le développement et la collaboration de l’entrepreneuriat sud-africain, qui ont abouti à un solide bassin sud-africain de compétences commerciales rares et de partenariats avec les fournisseurs.

«Nos initiatives de transfert de compétences locales et de développement des entreprises et des fournisseurs (ESD) signifient que nous contribuons non seulement à l’économie sud-africaine, mais que nous veillons à ce que notre marché maritime sud-africain local soit moins dépendant des importations en provenance de fournisseurs internationaux. DSCT soutient pleinement le transfert de technologie, l’inclusion d’entreprises locales dans les projets d’exécution et la stimulation des transactions d’exportation dans le cadre du programme de participation industrielle de la défense (DIP), qui se concentre particulièrement sur les PME, les entités appartenant à des vétérans militaires (MV) et Entités conformes à l’autonomisation économique des Noirs (BBBEE). Les partenariats noués au cours de ce projet ont permis le lancement réussi du MMIPV. On peut vraiment affirmer que les MMIPV ont été construits en Afrique du Sud, par des Sud-Africains pour l’Afrique du Sud », ajoute-t-elle.

L’ingénierie du navire a commencé en 2018 et la quille a été posée en février 2019. «Malgré la période de fermetures COVID, nos compétences et nos partenariats locaux, le calendrier de production résilient et les capacités de planification avancées de notre équipe du Cap, ont permis aux différents sous-traitants et équipes de travailler en toute sécurité sur le navire », note Moloi.

Source: Damen

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email

Articles récents

Abonnement

Recevez Maritime Magazine directement chez vous!

Magazine en ligne

Accédez à notre espace virtuel dans lequel vous trouverez nos différents magazines en format numérique ! Tout à un même endroit !

Catégories