Le chien de garde du budget fédéral suggère que la marine pourrait acheter des navires ravitailleurs Davie convertis

Selon la Presse canadienne, le chien de garde parlementaire du budget Yves Giroux a suggéré que le gouvernement fédéral pourrait acheter deux navires civils convertis au chantier naval Davie à Lévis, au Québec, pour servir de navires de soutien à la Marine royale canadienne pour une fraction du coût de construction de nouveaux navires.

Dans un nouveau rapport, M. Giroux estime que le prix d’achat des deux porte-conteneurs convertis au Chantier Davie serait d’environ 1,4 milliard de dollars. Cela se compare à environ 4,1 milliards de dollars pour la construction de deux tout nouveaux navires de soutien interarmées, dont le premier est déjà en construction à Vancouver et devrait être livré en 2023.

Les résultats font suite à des années de lobbying intense de Davie, qui loue l’un des deux navires civils converti à la Marine depuis 2018 et souhaite qu’Ottawa aille de l’avant avec le second. Le premier est connu sous le nom de MV Asterix et le second sous le nom de MV Obelix.

Le gouvernement fédéral a résisté à ces appels malgré les pressions du chantier naval, des partis d’opposition et du gouvernement du Québec, et a plutôt poursuivi ses travaux sur les nouveaux navires de soutien interarmées.

M. Giroux estime que le gouvernement a jusqu’à présent dépensé 1 milliard de dollars pour les nouveaux navires, qui sont construits par Seaspan Marine.

Le directeur du budget n’a pas pu se prononcer sur la question de savoir si les deux navires de soutien interarmées à construire à Vancouver sont plus capables que le MV Asterix et le MV Obelix, affirmant que de telles comparaisons sortaient du cadre de son examen, qui avait été demandé par un comité parlementaire.

M. Giroux n’a pas non plus quantifié les avantages potentiels pour l’économie canadienne de la construction de deux nouveaux navires plutôt que de l’achat de l’Astérix et de l’Obélix. Ils ont été construits sous forme de porte conteneurs en Allemagne il y a une dizaine d’années.

Il a plutôt dit que c’était au gouvernement fédéral et au ministère de la Défense nationale d’expliquer pourquoi dépenser plus d’argent pour construire deux nouveaux navires était plus logique que d’acheter les deux navires convertis de Davie.

«Il se peut que cela ait tout à fait du sens», a déclaré M. Giroux aux journalistes mardi lors d’un breffage technique. «Mais les experts du MDN seraient vraisemblablement bien placés ou devraient être bien placés pour faire valoir ce point auprès des parlementaires et du public canadien.

En même temps, M. Giroux a reconnu qu’il est peu probable que le gouvernement annule ses projets de construction des deux nouveaux navires à Vancouver, étant donné le temps et l’argent déjà investis dans le projet. Le deuxième navire devrait être terminé vers 2025.

Le ministère de la Défense a défendu son projet de construire les deux nouveaux navires de soutien dans une déclaration non signée mardi, car il a énuméré un certain nombre de façons dont ils sont différents des navires de Davie.

Ceux-ci incluent des systèmes pour éviter les mines, se protéger contre les menaces chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires, un meilleur système de propulsion, un plus grand hangar pour hélicoptères et davantage de capacités d’autodéfense.

« Lorsque nous envoyons nos marins dans des situations dangereuses, nous insistons pour leur fournir le meilleur équipement et le plus sûr possible », a déclaré le département. « Le MV Astérix et le MV Obelix proposé n’ont pas les mêmes capacités que les futurs navires de soutien interarmées. Les navires de soutien interarmées ont été conçus pour pouvoir se déployer en danger, élément clé de la conception militaire. »

Davie a déjà repoussé les affirmations selon lesquelles ses navires sont moins capables, notant que le MV Asterix a navigué à côté et fourni un soutien à de nombreux navires de guerre canadiens dans le monde au cours des deux dernières années.

Le chantier naval de Québec n’a pas tardé à accueillir le rapport de Giroux mardi comme preuve de la valeur du MV Astérix et de l’Obélix – et pourquoi Ottawa devrait aller de l’avant en achetant les deux.

« Il a également été largement reconnu que le Canada a besoin de quatre navires de ravitaillement pour répondre à ses besoins opérationnels croissants », a déclaré le porte-parole de Davie, Frederik Boisvert, dans un courriel. « Il y a donc une raison claire et convaincante pour le Canada d’exercer ses options d’achat pour à la fois l’Astérix et le futur Obélix.

Le directeur de la Fédération canadienne des contribuables, Aaron Wudrick, a également accueilli favorablement le rapport étant donné la situation financière actuelle d’Ottawa.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email

Articles récents

Abonnement

Recevez Maritime Magazine directement chez vous!

Magazine en ligne

Accédez à notre espace virtuel dans lequel vous trouverez nos différents magazines en format numérique ! Tout à un même endroit !

Catégories