Banner
Banner
Banner
Banner
E-mail

 


CTA finds breach in CN service obligations

L'OTC conclut à un manquement aux obligations de service du CN

2019-04-20

Following an investigation authorized by the Minister of Transport, the Canadian Transportation Agency (CTA) has found that Canadian National Railway Company (CN) breached its level of service obligations.

In September, CN announced its intention to impose embargoes on wood pulp shipments, several months before rail congestion and other challenges emerged in the Vancouver area, and imposed those embargoes in December 2018, rather than making every reasonable effort to deal with those challenges before unilaterally restricting the transportation of the shippers' traffic.

The CTA ordered CN to develop and submit a plan to respond to future traffic surges in the Vancouver area and to avoid, or minimize, the use of embargoes. The determination also sets out criteria for the lawful use of embargoes, including that they be imposed only on an exceptional basis, be targeted to address specific challenges, and be lifted as soon as possible.

The CTA found that Canadian Pacific Railway Company (CP) and BNSF Railway Company (BNSF), the two other railway companies investigated, had not breached their service obligations. As published in COS Weekly Newsletter 19 April 2019.


À la suite d'une enquête autorisée par le ministre des Transports, l'Office des transports du Canada (CTA) a conclu que la Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada (CN) avait manqué à ses obligations en matière de niveau de service.

En septembre, le CN a annoncé son intention d'imposer des embargos sur les cargaisons de pâte de bois plusieurs mois avant la congestion des chemins de fer et d'autres problèmes dans la région de Vancouver et a imposé ces embargos en décembre 2018 au lieu de déployer tous les efforts raisonnables pour relever ces défis avant d'unilatéralement restreindre le transport du trafic des expéditeurs.

L'OTC a ordonné au CN d'élaborer et de présenter un plan pour faire face aux futures augmentations de la circulation dans la région de Vancouver et éviter ou limiter le recours aux embargos. La détermination énonce également des critères pour l'utilisation licite des embargos, notamment qu'ils ne doivent être imposés qu'à titre exceptionnel, qu'ils doivent être ciblés de manière à relever des défis spécifiques et être levés dès que possible.

La CTA a conclu que la Compagnie de chemin de fer Canadien Pacifique (CP) et la Compagnie de chemin de fer BNSF (BNSF), les deux autres compagnies de chemin de fer faisant l'objet de l'enquête, n'avaient pas manqué à leurs obligations de service. Tel que publié dans la Lettre hebdomadaire du COS du 19 avril 2019

 
E-mail

 


La FIM-CSN souhaite que lke fédéral choisisse Davie pour le remplaçant du Madeleine.

FIM-CSN wants  federal to choose Davie to build the Madeleine replacement.

2019-04-20

MONTRÉAL, le 18 avril 2019 -À la suite de l'annonce de Marc Garneau, ministre fédéral des Transports, de remplacer l'actuel navire Madeleine sans avoir recours à un appel d'offres, la Fédération de l'industrie manufacturière (FIM-CSN) souhaite que le gouvernement fédéral choisisse les chantiers Davie pour mener à bien la construction de ce nouveau navire.
«?Depuis l'annulation du contrat de construction du navire qui devait remplacer le CTMA Madeleine, nous attendions cette nouvelle avec impatience. Or, nous savons très bien qu'actuellement, le seul chantier disposé à accepter un tel projet est celui de la Davie, puisque les autres chantiers canadiens peinent déjà à livrer au gouvernement fédéral plusieurs navires attendus depuis fort longtemps, de préciser Louis Bégin, président de la FIM-CSN. Il est grand temps que le gouvernement fédéral reconnaisse l'importante expertise du plus grand chantier canadien qui fut laissé pour compte dans le cadre de la Stratégie nationale de construction navale du Canada. Il est également temps de rassurer les Madeliniennes et les Madelinots qui attendent aussi cette annonce qui, à terme, garantira le service essentiel de traversier auquel ils ont droit.?»
Le 18 janvier dernier, à la suite de l'annulation du contrat de desserte maritime des Îles-de-la-Madeleine liant le gouvernement du Québec et la Coopérative de transport maritime et aérien (CTMA), la FIM-CSN avait formulé le souhait que le gouvernement du Québec favorise un investissement local. SOURCE Fédération de l'industrie manufacturière (FIM-CSN)  Photo de Yvon Maurice - Flickr: Traversier, Îles-de-la-Madeleine, Quebec, CC BY-SA


MONTREAL, April 18, 2019 -Following the announcement by Marc Garneau, Federal Minister of Transport, to replace the current vessel Madeleine without a call for tenders, the Fédération de l'Industrie (FIM-CSN) wants the federal government to choose Davie shipyards to complete the construction of this new vessel.
"Since the cancellation of the shipbuilding contract to replace the CTMA Madeleine, we have been waiting for this news with impatience. However, we know very well that the only shipyard currently willing to accept such a project is Davie, since other Canadian shipyards are already struggling to deliver to the federal government a number of long-awaited ships, 'said Louis Bégin, President. FIM-CSN. It is high time for the federal government to recognize the important expertise of Canada's largest shipyard, which was ignored by Canada's National Shipbuilding Strategy. It is also time to reassure the Madelineans who are also waiting for this announcement which will eventually guarantee the essential ferry service to which they are entitled. '
On January 18, following the cancellation of the Îles-de-la-Madeleine maritime service contract between the Government of Québec and the Co-operative for Sea and Air Transport (CTMA), FIM-CSN expressed the wish that the Québec government promote local investment.
SOURCE Federation of Manufacturing Industry (FIM-CSN)  Phioto by Yvon Maurice - Flickr: Traversier, Îles-de-la-Madeleine, Quebec, CC BY-SA 2.0,

 
E-mail

 


Première femme à la barre de l'IMQ

2019-04-18

Rimouski, Québec - M. Raymond Lacroix, président du conseil d'administration du Collège de Rimouski est fier d'annoncer la nomination de madame Mélanie Leblanc à titre de directrice de l'Institut maritime du Québec (IMQ) qui entrera en fonction le 3 juin 2019. « Nous sommes très enthousiastes à l'idée de travailler avec Mme Leblanc, d'autant plus que nous célébrons cette année les 75 ans de l'IMQ », a exprimé M. Lacroix.

Mme Leblanc aura comme principales responsabilités la gestion de l'ensemble des programmes, des activités et des ressources contribuant à la mission de l'IMQ dans le cadre de son mandat exclusif d'enseignement collégial maritime. En plus d'animer et de diriger les équipes multidisciplinaires sous sa responsabilité, elle aura notamment comme mandat de représenter l'établissement dans le milieu maritime, de présider le conseil de direction de l'IMQ et de siéger au comité de direction du Collège de Rimouski. Elle sera également membre du conseil d'administration d'Innovation maritime ainsi que de celui de la Fondation de l'Institut maritime.

Diplômée de l'Institut maritime du Québec au programme de Navigation et détentrice d'un brevet de Premier officier au long cours/Capitaine à proximité du littoral, madame Leblanc ?uvre à l'IMQ depuis 2008, d'abord à titre d'enseignante en navigation, puis, depuis 2012, à titre de directrice adjointe au Service aux élèves. Dans ses fonctions actuelles, elle était notamment responsable du registrariat de l'IMQ, des différents services aux élèves, des communications, de la promotion et du recrutement, des stages en mer, des relations avec l'industrie tant au niveau local qu'international ainsi que des relations avec les autres centres de formation maritime et auprès de Transports Canada. Son bagage d'expériences constituera assurément un atout dans le cadre de ses nouvelles fonctions.

M. François Dornier, directeur général du Collège de Rimouski, s'est dit enchanté par l'arrivée de Mme Leblanc au sein du comité de direction du Collège. « Mme Leblanc sera sans aucun doute une joueuse importante dans notre équipe de direction. Nous lui souhaitons la bienvenue parmi nous », mentionne M. Dornier.

Reconnu pour son leadership, l'Institut maritime du Québec (IMQ), fondé en 1944, est le plus important établissement francophone de formation maritime au Canada. Il assure la formation et le perfectionnement de la main-d'oeuvre dans cinq domaines de spécialisation : l'architecture navale, la navigation, le génie mécanique de marine, la plongée professionnelle et la logistique du transport. Pour remplir sa mission de soutien à l'industrie maritime, l'IMQ offre également un Service de formation continue par le biais de son Centre de formation aux mesures d'urgence (CFMU) et son Centre de formation en plongée professionnelle (CFPP). L'IMQ travaille aussi en étroite collaboration avec Innovation maritime (IMAR), son centre de recherche appliquée en technologies maritimes. Photo: Institut Maritime du Québec

 

 

 
Banner
Banner
Banner
Banner
Banner