Banner
Banner
Banner
Banner
E-mail

Une histoire de réfugiés méconnue

2018-08-08

par Hubert Desgagnés

McKeil Marine's Evans Spirit  won the International Bulk Journal's 2016 Ship of the Year Award during the IBJ's Salute to Excellence in the Maritime Bulk Industry gala awards ceremony in London, UK on November 21.
"It's a fantastic way to closeout our 60th anniversary year: having a vessel named after our founder, Evans McKeil, win this prestigious international award," said Steve Fletcher, President and CEO of McKeil Marine.
Acquired by McKeil in 2015, the Evans Spirit is a cargo ship with the shallow draught characters of a tug and barge; however, compared to a tug-and-barge unit, she can transport approximately 40 per cent more cargo about 50 per cent faster on a very similar amount of fuel.  She is in service throughout the Great Lakes and St. Lawrence River.
Evans Spirit was shortlisted for 2016 Ship of the Year competing with three other vessels: CS Bright, Mitsui OSK Lines, Japan;  Damen Shipyards, Netherlands; and MN Baroque, Swiss Marine, Switzerland. The award is presented to the owner, operator or builder of an outstanding individual bulk ship. Judged on operational efficiency, design innovation, safety and environmental protection, the Evans Spirit was selected as winner. (Photo Paul Beesley).

On parle beaucoup des bateaux qui transportent des migrants en Méditerranée mais nous avons eu nos bateaux de migrants.

Les caboteurs Guard Mavoline et Keta ont été des bateaux ayant transportés des réfugiés fuyant l'Europe vers le Canada.

Alors que la seconde Guerre fait rage, plusieurs populations se retrouvent coincées entre les forces soviétiques et allemandes. Venant de la Pologne et des pays Balte comme la Lettonie, l'Estonie et la Lituanie, des familles passeront des années à fuir devant l'ennemi. Et s'ils sont capturés, ce sont les camps de prisonniers qui attendent ces témoins de populations orphelines.

Alors que l'avance soviétique se fait inexorable à la fin de la guerre, les survivants s'enfuient, une fois de plus, cette fois vers des camps de réfugiés en Europe de l'ouest et dans des pays neutres, principalement en Suède.

 

Le Keta a été construit en 1939 par Smith's Dock Co., Ltd. (South Bank-on-Tees, U.K.) . Cet ancien dragueur de mines britannique de classe « Tree » (dont certaines sources disent qu'il était avant la guerre un chalutier construit en 1919!) s'appelait le Walnut (T 103). D'une longueur de 164 pieds, et jaugeant 550 tonneaux, il était propulsé par une machine à vapeur de 850 HP.

Le H.M.S. Walnut a été vendu aussitôt la guerre terminée mais a conservé son nom d'origine. Le navire s'est alors retrouvé en Suède et a été transformé en petit cargo mixte.

Acheté en 1948 par Alexander Kalbus, commanditaire suédois au nom d'un groupe de réfugiés, le navire est confié au capitaine August Linde, un ancien résident d'Estonie. Ayant des accommodations pour recevoir un équipage de 18 marins, le navire est sommairement transformé pour recevoir 200 réfugiés. Il faut malgré tout montrer patte blanche aux autorités suédoises. Ainsi, le droit de passage exigé de la part de chacun des réfugiés sert à créer une coopérative qui se porte acquéreur de 70% des parts du navire. De cette façon, les autorités ne peuvent empêcher le départ du navire qui transporte non pas des passagers payants mais plutôt des copropriétaires !!! Cette technique sera répétée pour d'autres navires.

Même si les autorités consulaires canadiennes en Suède ont prévenu le commandant de l'illégalité du voyage, le Walnut embarque ses passagers au cours d'une nuit de novembre 1948. Il est officiellement autorisé par les autorités suédoise à transporter 261 « co-propriétaires » de la toute nouvelle compagnie « Compania Maritima Walnut S.A » . Le Quai 21, dans le port d'Halifax est identifié comme étant le point de destination des navires transportant de façon illégale ces réfugiés venus d'Europe.

Le Walnut navire appareille de Göteborg avec en réalité plus de 347 personnes à bord incluant l'équipage de 17 marins. 90% des réfugiés sont originaire d'Estonie. Le départ se fait de justesse, les autorités soviétiques ayant eu vent de l'aventure et ordonnant aux autorités suédoises de retenir le navire. Or les fonctionnaires suédois suspectant le contenu du télégramme envoyé par les soviétiques, ont attendu le départ du bâtiment pour ouvrir le document. Le capitaine Linde entreprend la difficile traversée de l'Atlantique nord à une vitesse de 9.5 n?uds (incluant une courte escale en Irlande pour réparer les pompes), traversée qui prendra fin le 13 décembre 1948 lorsque le Walnut s'amarre au quai 21 dans le Port d'Halifax.

Le navire devait effectuer d'autres traversées mais la coopérative propriétaire du navire a mis celui-ci en vente. L'ancien chalutier devenu dragueur de mine, puis navire de réfugiés, est une fois de plus été transformé, cette fois en caboteur à propulsion diesel par le capitaine Borromée Verreault de les Méchins. Baptisé Keta en 1953, le surnom affectueux qu'il donnait à son épouse, le Capitaine Verreault a navigué son navire pendant quelques années. Le navire a finalement été démantelé à Les Méchins en 1975

 

Le capitaine August Linde, commandant du Walnut lors de sa traversée de l'Atlantique.

D'autres photos du Keta et ses contemporains sont visibles sur Facebook, Caboteurs en acier sur le Saint-Laurent.

 
Banner
Banner
Banner
Banner