Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors

Un rapport de la CNUCED souligne l’impact de la guerre en Ukraine sur le commerce maritime mondial

 

La Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) affirme que la guerre en Ukraine étouffe le commerce et la logistique du pays et de la région de la mer Noire, augmentant la demande mondiale de navires et le coût du transport maritime dans le monde.

Dans un rapport intitulé « Le commerce maritime perturbé : la guerre en Ukraine et ses effets sur la logistique du commerce maritime » publié le 28 juin, la CNUCED indique que les partenaires commerciaux de l’Ukraine doivent désormais se tourner vers d’autres pays pour les produits qu’ils importent.

Il attribue les obstacles à la navigation et au transport dans la région de la mer Noire aux perturbations de la logistique régionale, à l’arrêt des opérations portuaires en Ukraine, à la destruction d’infrastructures importantes, aux restrictions commerciales, à l’augmentation des coûts d’assurance et à la hausse des prix du carburant.

Les distances d’expédition ont augmenté, ainsi que les temps et les coûts de transit.

« Les céréales sont particulièrement préoccupantes compte tenu du rôle de premier plan de la Fédération de Russie et de l’Ukraine sur les marchés agroalimentaires, et de leur lien avec la sécurité alimentaire et la réduction de la pauvreté », indique le rapport.

La flambée des frais de transport fait grimper les prix des denrées alimentaires

La diminution des expéditions de céréales sur de plus longues distances entraîne une hausse des prix des denrées alimentaires.

Les prix des céréales et les frais d’expédition sont en hausse depuis 2020, mais la guerre en Ukraine a exacerbé cette tendance et inversé une baisse temporaire des prix d’expédition.

Le rapport indique qu’entre février et mai 2022, le prix payé pour le transport de marchandises en vrac sec tel que les céréales a augmenté de près de 60 %.

L’augmentation concomitante des prix des céréales et des taux de fret entraînerait une augmentation de 3,7 % des prix des aliments à la consommation à l’échelle mondiale.

La Fédération de Russie est un géant sur le marché mondial des carburants et des engrais, qui sont des intrants essentiels pour les agriculteurs du monde entier.

Des perturbations de leur approvisionnement peuvent entraîner une baisse des rendements céréaliers et une hausse des prix, avec de graves conséquences pour la sécurité alimentaire mondiale, en particulier dans les économies vulnérables et dépendantes des importations alimentaires.

La hausse des prix de l’énergie exacerbe les défis pour les expéditeurs

La Fédération de Russie est également un important exportateur de pétrole et de gaz.

« Confronté aux restrictions commerciales et aux défis logistiques, le coût du pétrole et du gaz a augmenté à mesure que d’autres sources d’approvisionnement, souvent dans des endroits plus éloignés, sont sollicitées », indique le rapport.

Les tarifs journaliers pour les pétroliers de plus petite taille, qui sont essentiels pour le commerce régional du pétrole dans les régions de la mer Noire, de la mer Baltique et de la mer Méditerranée, ont considérablement augmenté.

Les coûts énergétiques plus élevés ont également entraîné une hausse des prix des soutes maritimes, augmentant les coûts d’expédition pour tous les secteurs du transport maritime.

Selon le rapport, fin mai 2022, le prix moyen mondial du fioul à très faible teneur en soufre avait augmenté de 64 % depuis le début de l’année.

Pris dans leur ensemble, ces coûts accrus impliquent des prix plus élevés pour les consommateurs et menacent d’élargir l’écart de pauvreté.

Actions politiques nécessaires pour maintenir la fluidité du commerce mondial

La CNUCED appelle à une action urgente pour ouvrir les ports ukrainiens au transport maritime international afin que les céréales du pays puissent atteindre les marchés étrangers, à des coûts de transport réduits.

L’organisation affirme qu’une collaboration continue est nécessaire entre les États du pavillon des navires, les États du port et d’autres acteurs de l’industrie du transport maritime pour maintenir tous les services nécessaires, y compris les fournitures de soutage, les services de santé pour les marins et la certification de la conformité réglementaire.

Cela contribuera à réduire au minimum les impacts négatifs sur les coûts, les primes d’assurance et les opérations.

La CNUCED affirme également que des moyens de transport alternatifs doivent être recherchés et que faciliter le transit et la circulation des travailleurs des transports – même temporairement – peut réduire la pression sur le commerce et le transit transfrontaliers.

En outre, la CNUCED appelle à davantage d’investissements dans les services de transport et la facilitation du commerce et du transit.

Et davantage de soutien international aux pays en développement, en particulier les économies les plus vulnérables, alors que la guerre en Ukraine s’ajoute aux défis posés par la pandémie de COVID-19 et la crise climatique.

(Photo Dreamstime des installations de séchoir à grains d’Odessa bloquées pour l’exportation)

 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email