Un brise-glace de la Garde côtière américaine traversera le passage du Nord-Ouest cet été

 

En collaboration avec le Canada, la Garde côtière américaine traversera le passage du Nord-Ouest (PNO) cet été, a annoncé l’amiral Karl L. Schultz dans son discours annuel.

«Aujourd’hui, en collaboration avec Affaires mondiales Canada, nous prévoyons un transit dans le passage du Nord-Ouest pour le brise-glace Healy plus tard cette année», a révélé l’amiral Schultz le 11 mars.

Le plus grand brise-glace de la flotte de la Garde côtière américaine, le Healy a subi des réparations cet hiver, a déclaré le commandant, «le renvoyant à son port d’attache en vue d’une patrouille historique dans l’Arctique cet été. Le Healy a commencé sa vie de service avec un transit par le PNO en 2000.

Un porte-parole de la Garde côtière américaine a déclaré au bulletin ArcticToday que la mission n’était «certainement pas une opération FONOP (Freedom of Navigation Operation) – elle est planifiée en coordination avec le Canada».

Le Healey sera déployé dans l’Arctique pendant quatre mois et demi, a déclaré le porte-parole, y compris trois semaines d’essais opérationnels sur la glace « pour calibrer les systèmes d’ingénierie critiques et les engagements avec les pays partenaires. »

Le transit par le passage du Nord-Ouest est un partenariat avec la communauté scientifique internationale et les institutions des États-Unis, du Canada et du Danemark.

Selon un document publié par le US University-National Oceanographic Laboratory System Arctic Icebreaker Coordinating Committee, la mission débutera dans le port néerlandais de l’Alaska à la mi-août et se terminera à Nuuk, au Groenland, à la mi-septembre, avec des exercices opérationnels dans la baie de Baffin au Canada le long du chemin.

La mission s’inscrit dans le cadre du traité de 1988 sur la coopération entre les États-Unis et le Canada dans l’Arctique, plutôt que dans le cadre d’une opération de liberté de navigation (FONOP), comme cela a été lancé ces dernières années.

En 1985, le brise-glace lourd Polar Sea a transité le passage du Groenland à l’Alaska sans en informer le Canada au préalable, déclenchant une controverse diplomatique. Les États-Unis estiment que le passage du Nord-Ouest est une route maritime ouverte, tandis que le Canada affirme que la route se compose d’eaux intérieures qui relèvent de sa compétence, a noté Arctic Today. Mais depuis la signature d’un traité en 1988, les États-Unis ont avisé le Canada – et collaboré avec la Garde côtière canadienne – des voyages dans ces eaux.

Le traité est «plus ou moins un document officiel« d’accord pour ne pas être d’accord », a déclaré à ArcticToday Troy Bouffard, un instructeur à l’Université de l’Alaska à Fairbanks. L’accord permet aux États-Unis et au Canada de travailler en coopération dans l’Arctique sans céder aucune reconnaissance de revendications ou de souveraineté de part et d’autre.

Le dernier passage des États-Unis à travers le PNO remonte à 2017, lorsqu’un brise-glace de la Garde côtière canadienne a aidé le patrouilleur américain Maple à traverser la route. (photo de la Garde côtière américaine)

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email

Articles récents

Abonnement

Recevez Maritime Magazine directement chez vous!

Magazine en ligne

Accédez à notre espace virtuel dans lequel vous trouverez nos différents magazines en format numérique ! Tout à un même endroit !

Catégories