Sea-Intelligence lance un pavé dans l’eau de la décarbornisation

Alors que les chargeurs sont de plus en plus intéressés à suivre leur empreinte carbone, Sea-Intelligence de Copahagen, un des principaux fournisseurs d’analyses innovantes dans le secteur du transport de conteneurs, révèle dans un rapport explosif que les données sur le CO2 fournies par les grandes lignes de conteneurs peuvent être extrêmement trompeuses. L’organisme va jusqu’à affirmer que les calculateurs en ligne de CO2 utilisés par dix des 15 plus grands transporteurs sont nuls.

Selon les analystes «Aucune ne peut être validée», ajoutant: «Ils sont criblés de données d’une qualité incroyablement médiocre citant comme exemple les distances de navigation entre la Chine et New York qui peuvent varier de 878 km à une fois et demie le tour du monde. Un de ses calculateurs de CO2 n’a pas été mis à jour depuis au moins 2,5 ans. Évitez-les tous!»

En comparant les données de deux services identiques opérés par OOCL et CMA-CGM entre Shanghai et New York un des services émettrait 96,84 tonnes alors que l’autre en émettrait 56,80 tonnes soit une réduction de 41,3%.

«Ce qui rend cet exploit encore plus incroyable (littéralement incroyable), c’est que ce sont exactement les mêmes services! Les mêmes navires! Même rotation! Tout est identique sauf la couleur des conteneurs souligne ironiquement la firme dans une section intitulée «La couleur de la boîte permet d’économiser 77% de CO2».

Un autre exemple décapant relate que COSCO, la société mère d’OOCL, propose un service identique aux services cités plus haut, avec des émissions de CO2 déclarées de seulement 22,36 tonnes, soit une réduction «stupéfiante» de 76,9%. Le transporteur chinois ne doit pas briller en géographie, supposant que la distance parcourue entre Shanghai et New York n’est que de 878 km, soit à peu près la même distance qu’entre Québec et Toronto.

«Les calculateurs de CO2 sont totalement inutiles: non seulement ils regorgent de données ahurissement pauvres et obsolètes – pour certains services, les données datent d’au moins deux ans et demi – même lorsqu’elles sont calibrées un peu comme prévu, l’absence de toute méthode de calcul déclarée et aucune norme appliquées par tous les transporteurs signifie que les calculateurs de CO2 seraient toujours totalement inutiles, même s’ils fonctionnaient » rajoute la firme de recherche.

Selon l’analyste de Sea-Intelligence, Lars Jensen, «la version très courte(du rapport publié sur leur Sunday Spotlight-abonnement requi) est qu’ils sont incroyablement peu fiables et toute notion selon laquelle il est possible de comparer les performances d’un transporteur à un autre devrait être abandonnée.

Dans un exemple simple, il s’avère que vous pouvez réduire votre empreinte CO2 de 77% en passant d’un transporteur à un autre, même si le conteneur se déplaçait littéralement sur le même bateau, car les deux transporteurs faisaient partie de la même alliance.

Sunday Spotlight contient beaucoup plus de détails, mais le résultat final est très simple: ces calculatrices sont jolies, et dans de nombreux cas, elles font également autorité, et même quelques-unes certifiées par des sociétés de classification. Cependant, sur la base des chiffres réels qu’ils produisent, personne ne devrait les utiliser comme base de la prise de décision, et personne ne devrait croire qu’ils peuvent être utilisés pour une quelconque comparaison environnementale entre transporteurs.»
Avec fichiers de SPLASH 24/7. Image Michael Zöllner Pixabay

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest
Share on email
Email

Articles récents

Abonnement

Recevez Maritime Magazine directement chez vous!

Magazine en ligne

Accédez à notre espace virtuel dans lequel vous trouverez nos différents magazines en format numérique ! Tout à un même endroit !

Catégories