Premier maître Syrien rentre chez lui après quatre ans en enfer

 

Le sort de quatre années d’un seul marin piégé sur son navire incapable de rentrer chez lui en raison d’obstacles politiques et juridiques a été enfin résolu. La Fédération internationale des ouvriers du transport (ITF) rapporte que son représentant syndical local, qui avait plaidé la cause auprès des responsables égyptiens des ports et de l’immigration, a pu trouver une solution et hier, le marin Mohammad Aisha a pris un vol pour rentrer chez lui auprès de sa famille.

Le marin Mohammad Aisha est libre parce que l’ITF a proposé que l’un de ses représentants syndicaux en Égypte prenne la place de M. Aisha et devienne le tuteur légal du navire.

M. Aisha était le premier officier à bord du MV Aman battant pavillon Bharani (OMI 9215517) pendant deux mois seulement avant que le navire ne soit arrêté par les autorités égyptiennes en raison de l’expiration des certificats d’équipement de sécurité.

Lorsque le propriétaire a abandonné le navire, un tribunal égyptien a désigné M. Aisha comme «tuteur légal» du navire – l’empêchant de quitter l’Aman jusqu’à ce que le navire soit vendu ou qu’un tuteur de remplacement soit trouvé.

Le navire n’avait aucune puissance et était infesté d’insectes et de rongeurs. M. Aisha a dû nager à terre pour recharger son téléphone et ramener de la nourriture et de l’eau.

Mohamed Arrachedi, coordinateur du réseau ITF pour le monde arabe et le réseau iranien, a déclaré qu’après des mois de frustration face à l’inaction de l’armateur, du registre bahreïni et des autorités égyptiennes, une percée est intervenue la semaine dernière. L’ITF a proposé au tribunal de faire remplacer M. Aisha par un de ses représentants syndicaux en Égypte comme tuteur légal du navire.

«Lorsque nous avons proposé l’un de nos contacts ITF pour prendre la place de Mohammad Aisha, le tribunal a accepté et nous avons ensuite pu faire avancer les processus d’immigration nécessaires et organiser les tests PCR Covid pour commencer à le ramener chez lui.»

«Mohammad a perdu quatre ans de sa vie.»

«C’est l’un des cas d’abandon les plus frustrants sur lesquels j’ai travaillé, car la situation est si désespérée pour Mohammad depuis si longtemps. Il faut dire que les souffrances causées à Mohammad auraient pu être parfaitement évitées si l’armateur et les autres parties ayant des obligations envers lui et le navire avaient fait ce qu’il fallait dès le départ.

«Tant de choses ont changé au cours des quatre dernières années. Le chez-soi de Mohamed en Syrie pourrait être méconnaissable. Certains membres de sa famille sont morts il y a des années. Les retards signifient qu’il ne reverra plus jamais sa mère, et c’est terriblement triste.

Arrachedi a déclaré que M. Aisha n’arrivait pas à croire que son cauchemar pris au piège à bord de l’Aman soit enfin terminé.

«Il est naturellement ravi, mais il est très fatigué. Il y a eu tellement de faux départs pour le ramener à la maison. Jusqu’à ce que ses pieds soient dans cet avion – nous n’avons rien tenu pour acquis », a déclaré Arrachedi.

Le marin a expliqué à la BBC ce qu’il ressentait quelques minutes avant le décollage de son avion: «Comment est-ce que je me sens? Comme si je sortais enfin de prison. Je vais enfin être rejoint avec ma famille. Je vais les revoir. »

Sans se laisser décourager par ses quatre années à bord de l’Aman, M. Arrachedi a déclaré que Mohammad souhaitait toujours une carrière dans la navigation.

«Nous lui souhaitons tout l’amour du monde pour reconstruire sa vie», a déclaré le coordinateur.

Cependant, le cas de M. Aisha n’est pas encore terminé, car la fédération syndicale mondiale se bat pour récupérer le salaire du marin – une bataille souvent requise lorsque les armateurs abandonnent leurs navires.

«Il est absolument inacceptable que ce soient toujours les gens de mer qui doivent payer les coûts très élevés de l’abandon. L’abandon est le cancer de l’industrie maritime et il doit être éradiqué », a déclaré Arrachedi.

Le système de «tutelle légale» doit être réformé

M. Arrachedi a déclaré que le cas de Mohammad Aisha avait mis en lumière le système problématique de «tutelle légale» en Égypte dans les cas d’abandon de gens de mer.

«La nomination des marins comme tuteurs légaux crée d’énormes difficultés et souffrances pour les gens de mer.»

Le cas de M. Aisha est similaire à celui de Vehbi Kara, un capitaine turc qui a été piégé à bord d’un navire dans le canal de Suez pendant des mois quand un tribunal égyptien l’a nommé gardien légal du MV Kenan Mete abandonné (OMI 8701935). Le plaidoyer de l’ITF a vu le capitaine Kara relâché dans un hôtel voisin, mais il reste incapable de quitter l’Égypte.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email

Articles récents

Abonnement

Recevez Maritime Magazine directement chez vous!

Magazine en ligne

Accédez à notre espace virtuel dans lequel vous trouverez nos différents magazines en format numérique ! Tout à un même endroit !

Catégories