Oceanex sollicite l’aide d’Ottawa pour maintenir ses activités

Les bouleversements économiques de la pandémie pourraient forcer un transporteur vital de nourriture et de médicaments à Terre-Neuve-et-Labrador à immobiliser sa flotte de navires et à cesser de livrer jusqu’à la moitié des approvisionnements alimentaires de l’île, a rapporté la CBC. Oceanex Inc. – qui organise des voyages hebdomadaires de Montréal et d’Halifax à St. John’s – dit qu’elle perd des millions par semaine en raison d’une baisse des volumes causée par la pandémie de COVID-19. La société demande au gouvernement fédéral de compenser ses pertes afin qu’elle puisse continuer à approvisionner St. John’s.

« Nous ne pouvons tout simplement pas continuer », a déclaré Sid Hynes, président exécutif de la société. « Cela nous coûte 5 millions de dollars par semaine pour fonctionner et nous manquons d’environ 2 millions de dollars. »

Hynes a déclaré que l’entreprise devra presque certainement annuler l’un de ses voyages hebdomadaires au départ de Montréal, amarrer ce bateau et licencier des personnes.

Il a dit que l’autre voyage à Montréal et l’hebdomadaire Halifax-St. John’s devra peut-être aussi s’arrêter si Oceanex ne peut pas obtenir de soutien financier fédéral.

« La situation empire progressivement. Elle ne s’améliore pas », a déclaré M. Hynes. « La semaine dernière a été pire que la semaine précédente. »

La fermeture d’Oceanex entraînerait une crise immédiate de la sécurité alimentaire et de la sécurité publique dans la province.

Oceanex a déclaré qu’elle livrait 50% de tout le fret à Terre-Neuve – et 75% de toutes les marchandises à la région de St. John’s, la plus peuplée du nord-est de la péninsule d’Avalon.

Il s’agit du principal fournisseur de Costco, Walmart et d’autres grandes épiceries de Terre-Neuve-et-Labrador et elle livre une quantité importante de médicaments et de fournitures médicales à la province.

Le premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador Dwight Ball a averti que l’île ne dispose que d’un approvisionnement alimentaire de cinq jours et que la perte des services d’Oceanex pourrait entraîner des pénuries critiques.
Le reportage de la CBC indique qu’Oceanex avait des difficultés financières avant la pandémie. La société est lourdement endettée et la plupart de ses coûts – comme le carburant – ne peuvent pas être compensés par des programmes d’aide gouvernementale en cas de pandémie tels que la subvention salariale. (photo Oceanex)

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest
Share on email
Email

Articles récents

Abonnement

Recevez Maritime Magazine directement chez vous!

Magazine en ligne

Accédez à notre espace virtuel dans lequel vous trouverez nos différents magazines en format numérique ! Tout à un même endroit !

Catégories