Oceana Canada exhorte le gouvernement à agir dès maintenant et bannir les plastiques à usage unique inutiles

 OTTAWA – Un nouveau rapport d’Oceana Canada, publié aujourd’hui, démontre que le Canada est un pays plastique. Le Canada génère un énorme volume de déchets plastiques, qui contribue de manière disproportionnée au désastre du plastique qui étouffe nos océans et les animaux marins. Ce rapport indique aussi comment le gouvernement canadien peut aider à renverser la vapeur sur l’une des problématiques environnementales les plus urgentes, en commençant par respecter son engagement d’interdire les plastiques à usage unique inutiles d’ici 2021.

Le Canada utilise 4,6 millions de tonnes métriques de plastique chaque année, soit environ 125 kg par personne. Selon les prévisions, ce volume continuerait d’augmenter pour atteindre plus de 6 millions de tonnes métriques en 2030. 

Puisque le Canada possède fièrement le plus long littoral du monde, touchant à trois océans, nous avons une responsabilité nationale et mondiale, tout comme une excellente opportunité, de faire preuve de leadership et d’offrir aux Canadiens ce qu’ils veulent : des choix sans plastique.

« Le Canada doit s’éloigner du système de gaspillage actuel où le plastique, un matériau conçu pour durer éternellement, est produit, utilisé une seule fois puis immédiatement éliminé. L’approche actuelle, qui consiste à recycler peu, à exporter nos déchets plastiques à l’étranger et à transférer la responsabilité aux consommateurs, est dispendieuse, irresponsable et peu efficace ; et n’aide en rien à résoudre ce fléau, » affirme Kim Elmslie, directrice de campagne chez Oceana Canada.

« Le désastre du plastique ne peut se résorber sans le leadership de notre gouvernement. Oceana Canada exhorte le premier ministre Trudeau et le ministre de l’Environnement Jonathan Wilkinson de mettre en œuvre une interdiction solide et significative sur les plastiques à usage unique d’ici 2021, » explique Mme Elmslie. « Le gouvernement canadien s’est engagé à protéger nos océans… poser des gestes concrets et définitifs doit faire partie du plan afin de cesser d’alimenter le désastre du plastique. »

Pour mettre un terme à la catastrophe du plastique, Oceana Canada exhorte les gouvernements et les entreprises à interdire tous les plastiques à usage unique inutiles au Canada d’ici 2021; dès maintenant, les municipalités, les universités, les institutions publiques et les entreprises devraient proposer des options sans plastique; soutenir les politiques et les infrastructures de réutilisation des plastiques, y compris le remplissage des contenants de boissons; et arrêter l’exportation de déchets plastiques vers les pays en développement, directement ou indirectement, et promouvoir des solutions basées sur la réduction au niveau international.

Alexandra Cousteau, exploratrice et conseillère principale d’Oceana : « Tout comme mon grand-père, Jacques-Yves Cousteau, j’ai eu la chance de constater comment nos océans sont affectés par l’activité humaine, et comment la situation a changé au fil du temps. Aujourd’hui, l’un des plus grands problèmes environnementaux est la pollution plastique, qui remplit nos océans à une vitesse alarmante et dévastatrice pour la vie marine. La Grande zone de déchets du pacifique, découverte l’année où mon grand-père est décédé, est maintenant trois fois plus grande que la France. ».

«Le Canada est dans une position où nous pouvons faire preuve de leadership et nous attaquer à ce problème. En réalisant une interdiction nationale sur les plastiques à usage unique, qui représentent près de la moitié de tout le plastique jeté à travers le pays, le Canada peut véritablement contribuer à mettre fin à cette crise de la pollution plastique. Voilà l’héritage que nous devrions laisser à la prochaine génération d’explorateurs et à notre planète. »

Alexandra Weston, DVP, Stratégie de marque et de création, Holt Renfrew : « Les océans du monde nous relient tous. Ils maintiennent la vie sur cette planète, ils nous nourrissent, et nous les détruisons. Pour sauver cette ressource vitale, nous devons résoudre le problème de la pollution plastique mondiale. Nous ne pouvons pas résoudre ce problème individuellement ; il nous faut tous travailler ensemble et nous soutenir les uns les autres. Holt Renfrew s’est engagé à faire sa part en abandonnant les plastiques à usage unique et en utilisant des emballages et des matériaux plus durables dans nos magasins et nos produits. »

Kathleen Martin, Directrice générale, Canadian Sea Turtle Network: « Les facteurs affectant la survie des tortues de mer à l’échelle mondiale sont d’une complexité phénoménale. L’élimination des plastiques à usage unique est un facteur relativement simple que nous pouvons contrôler ; il nous incombe donc moralement de le faire. Les Canadiens sont des gens créatifs, travaillants et empathiques qui vivent dans un environnement qui les rend particulièrement sensibles à la nature. Nous avons à la fois une responsabilité et même une formidable opportunité d’être un leader mondial dans ce domaine. Comme toutes les espèces menacées, le temps file sans cesse pour les tortues de mer. Elles ne peuvent pas attendre. Nous devons commencer dès maintenant. »

Les débris marins échoués couvrent une plage de l’île Laysan, dans la réserve faunique nationale des îles hawaïennes. (Susan White / USFWS)

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest
Share on email
Email

Articles récents

Abonnement

Recevez Maritime Magazine directement chez vous!

Magazine en ligne

Accédez à notre espace virtuel dans lequel vous trouverez nos différents magazines en format numérique ! Tout à un même endroit !

Catégories