Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content

Nouvelle mobilisation des Nations Unies pour résoudre la crise du changement d’équipage

Genève – Quatre organisations des Nations Unies ont appelé à une collaboration mondiale pour résoudre la crise du changement d’équipage qui a bloqué en mer jusqu’à 400 000 marins à certains moments de la pandémie de la COVID-19.

Dans une déclaration commune publiée le 28 février, l’Organisation internationale du travail (OIT), l’Organisation maritime internationale (OMI), la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) affirment que de nouveaux défis et des variants préoccupants comme Omicron menacent d’aggraver le sort des gens de mer à travers le monde, lesquels jouent un rôle essentiel dans le commerce mondial.

Ils notent qu’avec l’assouplissement des restrictions de voyage liées à la COVID-19 et l’augmentation des taux de vaccination du personnel maritime, la crise humanitaire qui se joue en mer a montré des signes d’amélioration avant l’apparition de la variante Omicron.

Selon l’indice du changement d’équipage de la Déclaration Neptune, qui repose sur les données de dix grands gestionnaires de navires employant quelque 90 000 marins, le pourcentage de marins embarqués à bord de navires au-delà de leur contrat est passé de 9 % en juillet 2021 à 3,7 % en décembre 2021.

Mais cette part a bondi de nouveau pour atteindre 4,2 % à la mi-janvier 2022. Après qu’Omicron ait été qualifié de « variant préoccupant » (VOC), de nombreux pays ont rapidement réimposé des mesures telles que des interdictions de voyager qui ont concerné les marins partout dans le monde. La plupart d’entre eux sont originaires de pays en développement.

Les restrictions imposées pour lutter contre la propagation de la pandémie ont empêché de nombreux marins de quitter leur navire. Ils sont restés bloqués en mer bien au-delà de l’expiration de leur contrat de travail et souvent au-delà de la période maximale par défaut de onze mois de service continu à bord, comme l’exige la convention du travail maritime de 2006.

Plus de 80 % du volume du commerce mondial de marchandises est transporté par voie maritime. Et tout au long de la pandémie, les 1,9 million de marins ont joué un rôle essentiel permettant de maintenir les navires opérationnels et en assurant la livraison de biens essentiels tels que nourriture, matériel médical et vaccins. (Photo Danica Crewing Service)

 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email

Articles récents

Abonnement

Recevez Maritime Magazine directement chez vous!

Magazine en ligne

Accédez à notre espace virtuel dans lequel vous trouverez nos différents magazines en format numérique ! Tout à un même endroit !

Catégories