Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors

Nouvelle étude sur le gaz naturel liquéfié comme carburant marin pour l’arctique Canadien 

Une étude, menée par l’Alliance canadienne pour les véhicules au gaz naturel (ACVGN), VARD Marine et Clear Seas avec l’appui du Centre d’innovation de Transports Canada, a examiné la faisabilité, les avantages et les risques de l’utilisation du gaz naturel pour remplacer une partie ou la totalité du diesel et du mazout lourd actuellement utilisés dans l’Arctique canadien.

Principale conclusion

Les technologies qui soutiennent l’utilisation du GNL comme carburant marin sont éprouvées et il n’existe aucune barrière technologie empêchant l’utilisation du GNL dans les conditions arctiques. La faisabilité économique du GNL dépend de la différence de prix entre le gaz naturel et le pétrole, en raison de la période requise pour amortir le coût des systèmes au GNL – nouveaux ou convertis – à bord des navires.

La capacité du GNL à réduire la pollution de l’air et de l’eau peut entraîner l’augmentation de son utilisation en tant que carburant marin, au regard des réglementations actuelles et futures telles que l’interdiction de mazouts lourds dans l’Arctique. Les avantages environnementaux du GNL incluent la réduction du risque de déversement d’hydrocarbures et des émissions de dioxyde de carbone (CO2), d’oxydes de soufre (SOX), d’oxydes d’azote (NOX), de matières particulaires et de carbone noir. En revanche, les émissions de méthane, un puissant gaz à effet de serre à court terme, augmentent. Le changement dans le seuil du potentiel de réchauffement climatique, sur 100 ans, des émissions d’équivalent-CO2 dans l’Arctique canadien, associé aux différents scénarios de mise en œuvre étudiés dans le cadre du projet, dépend de la technologie moteur utilisée. Des avantages limités, voire nuls, sont associés à l’utilisation de moteurs à hautes émissions de méthane plus communs, alors qu’une réduction des émissions de gaz à effet de serre pouvant atteindre jusqu’à 29% est associée aux moteurs à faibles émissions de méthane, moins communs.

« Des alternatives aux carburants à base de pétrole comme le diesel et le mazout lourd dans l’Arctique sont nécessaires. L’étude fournit de l’information pertinente pouvant éclairer les décideurs et les membres de l’industrie et des communautés locales dans leurs décisions entourant l’utilisation du GNL. »   Clear Seas

Le rapport est disponible ICI

 

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
Email
Retour haut de page