Plus de 4000 postes maritimes à combler au Québec

Québec, le 8 juillet 2020 – Une nouvelle étude rendue publique aujourd’hui par le Comité sectoriel de main-d’oeuvre de l’industrie maritime révèle que l’on compte 15 600 emplois directs dans l’industrie du transport maritime au Québec. Il s’agit d’une augmentation de 9 % par rapport à l’étude précédente qui datait de 2016. De plus, les organisations maritimes prévoient qu’elles auront plus de 4 000 postes à combler au cours des trois prochaines années. 

Ces données ont été obtenues au moyen d’un sondage web réalisé auprès des entreprises de l’industrie maritime de janvier à mars 2020. C’est la firme spécialisée en études démographiques Ad hoc recherche qui a été mandatée par le Comité sectoriel maritime pour procéder à l’enquête et au traitement des données collectées. Les organisations maritimes ont été divisées en quatre grands secteurs d’activités, soit le transport par navire (ce qui inclut le transport de marchandises et de passagers), les administrations portuaires, les services (opérations) portuaires et les services maritimes. L’étude renferme une grande quantité d’informations sur la population maritime québécoise comme la distribution régionale, la proportion d’hommes et de femmes par métier, les moyennes d’âge, le travail permanent et temporaire, etc. 

En comparant avec les résultats des études précédentes, on constate que la proportion des marins (personnel navigant) n’a pas changé par rapport à celle des travailleurs maritimes dits « terrestres », c’est-à-dire ceux qu’on retrouve dans les opérations portuaires, dans l’administration portuaire et dans les services maritimes. On trouve donc, au Québec, environ deux emplois maritimes à terre (10 000) pour un emploi sur les navires (5 600). 

La croissance de l’emploi ainsi que les besoins d’embauche reflètent la bonne vitalité que l’on observe dans l’industrie maritime depuis plusieurs années. Ce sont des nouvelles encourageantes, mais elles vont de pair avec une réalité difficile au niveau du recrutement. Beaucoup d’entreprises peinent énormément à trouver le personnel requis pour soutenir la progression de leurs activités. Certains postes, en particulier chez les officiers maritimes en navigation et en mécanique de navire, sont très difficiles à combler. 

L’industrie maritime québécoise est un fleuron de notre économie qui demeure malheureusement peu connu. Elle aura fort à faire au cours des prochaines années pour attirer davantage la relève vers les carrières qu’elle peut offrir, autant en mer qu’à terre. 

Photo : CSMOIM

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest
Share on email
Email

Articles récents

Abonnement

Recevez Maritime Magazine directement chez vous!

Magazine en ligne

Accédez à notre espace virtuel dans lequel vous trouverez nos différents magazines en format numérique ! Tout à un même endroit !

Catégories