Banner
Banner
Banner
E-mail




Krusel extols Laurentia project at Cargo Logistics event in Vancouver

Krusel vante le projet Laurentia lors d'un événement Cargo Logistics à Vancouver

2020-02-11

 

By Colin Laughlan

Vancouver -Don Krusel, the former President and CEO of the Prince Rupert Port Authority, views the proposed Laurentia container terminal project at the Port of Québec through the same innovation lens that transformed the Port of Prince Rupert into a major North American gateway on Canada's west coast. "I can't think of another such exciting project in the logistics industry that has come around in this industry since Prince Rupert," said Mr. Krusel in his keynote speech at Cargo Logistics Canada's 2020 Expo in Vancouver February 5 and 6.

Now Managing Director, Container Terminal, for the Québec Port Authority, Mr. Krusel spoke about innovation being the key to successful supply chains locked into traditional ways of thinking. "Throughout my entire career I feel I lived this experience - of introducing innovation into traditional supply chains. I'm a big believer in innovation; I'm a big believer in strategy."

Referring to his Prince Rupert container terminal success story, Mr. Krusel said "most people would have said that facility was not an innovative approach to the supply chain system - a lot of other words were used, like 'silly'."

Following its launch as a partnership with CN Rail in 2007, Prince Rupert quickly became one of North America's fastest growing container ports. Ten years later it had expanded its capacity to 1.35 million TEU and to 1.8 million TEU in 2018. Last year the port announced it will quadruple its current capacity by 2022.

"Today the industry, internationally, refers to the Prince Rupert model as an innovative approach to adding capacity and adding innovation to the supply chain," said Mr. Krusel. "Likewise, I think in ten years from now, people are going to talk about Québec City and the Port of Québec terminal model as a reason why we, as a country, are gaining so much success. Canada is gaining market share on the west coast and losing market share on the east Coast. The Québec container terminal model is going to change that."

 

Business partners in the Québec container terminal project are global port terminal giant Hutchinson Ports, which operates 52 ports in 27 countries, and CN Rail. Following Mr. Krusel's address, both companies presented their business cases the next day for the new 700,000 TEU container terminal.

James Pettifer, Finance Manager, Hutchison Ports European Division, said his company wanted "to shift the competitive advantage from the west coast due to modal changes in the global shipping industry and changing trends in manufacturing from China to South East Asia," noting that the east coast is strategically located to access US markets.

"Québec is positioned as a modern ship-to-rail player to serve the US Midwest and Ontario and with  competitive transit time and supply chain costs both into New York/New Jersey and other east coast North American ports. With a fully intermodal 16-meter deep water port, all year access, and capability of handling 13,000 TEU vessels, Québec City will rival other east coast ports capable of handling big ships," said Mr.  Pettifer. "Total terminal cost will be $775-million (CAD)," he said.

Dan Bresolin, Vice President, Intermodal CN, added: " What we're seeing is a fundamental shift in the origin of goods happening rapidly from China into some of the ASEAN countries, and as you go further south into this region what that does is plays for better connectivity into east coast ports." Mr.  Bresolin noted that a major shift between 2015 and 2019 saw about 1-million TEUs moving from west to east coast ports. (photo Informa)


Par Colin Laughlan

Vancouver - Don Krusel, l'ancien président et chef de la direction de l'Administration portuaire de Prince Rupert, considère le projet de terminal à conteneurs Laurentia au port de Québec à travers la même optique d'innovation qui a transformé le port de Prince Rupert en une porte d'entrée nord-américaine majeure dans l'ouest du Canada. "Je ne peux pas penser à un autre projet aussi passionnant dans l'industrie de la logistique qui a vu le jour dans cette industrie depuis Prince-Rupert", a déclaré M. Krusel dans son discours d'ouverture à l'Expo 2020 de Cargo Logistics Canada à Vancouver les 5 et 6 février.

Maintenant directeur général, Terminal à conteneurs, pour l'Administration portuaire de Québec, M. Krusel a expliqué que l'innovation était la clé du succès des chaînes d'approvisionnement enfermées dans les modes de pensée traditionnels. «Tout au long de ma carrière, j'ai l'impression d'avoir vécu cette expérience - d'introduire l'innovation dans les chaînes d'approvisionnement traditionnelles. Je suis un grand partisan de l'innovation; je suis un grand partisan de la stratégie. "

Se référant à son succès sur le terminal à conteneurs de Prince Rupert, M. Krusel a déclaré que «la plupart des gens auraient dit que l'installation n'était pas une approche innovante du système de chaîne d'approvisionnement - beaucoup d'autres mots ont été utilisés, comme« idiot ».»

Après son lancement en partenariat avec CN Rail en 2007, Prince-Rupert est rapidement devenu l'un des ports à conteneurs à la croissance la plus rapide en Amérique du Nord. Dix ans plus tard, il avait augmenté sa capacité à 1,35 million d'EVP et à 1,8 million d'EVP en 2018. L'an dernier, le port a annoncé qu'il allait quadrupler sa capacité actuelle d'ici 2022.

«Aujourd'hui, l'industrie, à l'échelle internationale, fait référence au modèle de Prince Rupert comme une approche innovante pour ajouter de la capacité et ajouter de l'innovation à la chaîne d'approvisionnement», a déclaré M. Krusel. «De même, je pense que dans dix ans, les gens parleront de Québec et du modèle de terminal du port de Québec comme une raison pour laquelle nous, en tant que pays, remportons autant de succès. Le Canada gagne des parts de marché sur la côte ouest et perd des parts de marché sur la côte est. Le modèle de terminal à conteneurs du Québec va changer cela. »

Les partenaires commerciaux du projet de terminal à conteneurs du Québec sont le géant mondial des terminaux portuaires Hutchinson Ports, qui exploite 52 ports dans 27 pays, et CN Rail. À la suite de l'adresse de M. Krusel, les deux sociétés ont présenté leurs analyses de rentabilité le lendemain pour le nouveau terminal à conteneurs de 700 000 EVP.
James Pettifer, directeur financier de la division européenne de Hutchison Ports, a déclaré que son entreprise souhaitait «déplacer l'avantage concurrentiel de la côte ouest en raison des changements modaux dans l'industrie mondiale du transport maritime et des tendances changeantes de la fabrication de la Chine vers l'Asie du Sud-Est», notant que le la côte est est stratégiquement située pour accéder aux marchés américains.

«Le Québec se positionne comme un acteur moderne du transport par rail pour desservir le Midwest américain et l'Ontario et avec des temps de transit et des coûts de chaîne d'approvisionnement compétitifs à la fois vers New York / New Jersey et d'autres ports de la côte est de l'Amérique du Nord. Avec un port en eau profonde de 16 mètres entièrement intermodal, un accès toute l'année et une capacité de manutention de 13 000 EVP, la ville de Québec rivalisera avec d'autres ports de la côte est capables d'accueillir de gros navires », a déclaré M. Pettifer. "Le coût total du terminal sera de 775 millions de dollars (CAD)", a-t-il déclaré.

Dan Bresolin, vice-président du CN intermodal, a ajouté: «Ce que nous constatons est un changement fondamental dans l'origine des marchandises qui se produit rapidement de la Chine vers certains des pays de l'ANASE, et au fur et à mesure que vous allez plus au sud dans cette région, ce que cela fait est joué pour une meilleure connectivité dans les ports de la côte est » M. Bresolin a noté qu'un changement majeur entre 2015 et 2019 a vu environ 1 million d'EVP se déplacer des ports de la côte ouest vers la côte est. (photo Informa)


 
Banner
Banner
Banner