Banner
Banner
Banner
Banner
E-mail



Canada Infrastructure Bank commits $300 million to Contrecoeur project

La Banque d'Infrastructures du Canada consacre 300 millions de dollars au projet Contrecoeur


2019-12-04

 

The Canada Infrastructure Bank announced today it is committing up to $300 million in financing to the Port of Montreal project to build a new container terminal in Contrecoeur. The port, which handled 1.7 million TEUs in 2018, is counting on the planned new terminal 25 miles downstream on the St. Lawrence River to meet future demands as container traffic growth in recent years is expected to soon stretch capacity in the five existing box terminals.

"It's excellent news," said Michael Fratianni, President and CEO of Montreal Gateway Terminals Partnership, largest terminal operator at the Port of Montreal. "Logistec and MGT are working collaboratively to see whether we can operate the facility at Contrecoeur," he told Maritime Magazine.

The project is valued at $750 million. The terminal would boost the port's capacity from 2.1 million TEUs to 3.5 million TEUs. Once final regulatory approvals are made and a full financing package (involving the port, government and industry stakeholders) is assembled, the Montreal Port Authority would set the wheels in motion for new terminal completion by 2023,

"The Contrecoeur expansion will strengthen and diversify our trade with other countries," said Pierre Lavallée, President and CEO of the CIB. "Given the Port's central role in the Canadian economy, this wealth creation will have an impact on the entire country."

 

As part of a joint press conference with the Port of Montreal, Mr. Lavallée also highlighted the eco-responsibility of the Contrecoeur project. "The CIB is now participating in seven projects. They are in different sectors, different regions, and all have potential for green benefits. Without the Contrecoeur terminal, ships would have to travel to U.S. ports, which would increase GHG and air pollutant emissions."

The CIB is a Crown Corporation that is investing $35 billion in infrastructure projects. The Contrecoeur project is its first major involvement in the transportation sector.
The Contrecoeur expansion will allow the Port of Montreal to increase its container handling capacity, noted Sylvie Vachon, President and CEO of the Port of Montreal. "We will be more competitive, which will strengthen Montreal's role as a hub for maritime trade in Eastern Canada. This will support national economic prosperity through job creation and supply chain development," she said.

According to the CIB, its financial commitment is a provision of long-term capital to bridge the gap between periods of construction, revenue growth and achieving profitability of the container terminal.
Canada's new Minister of Infrastructure and Communities, Catherine McKenna, welcomed the announcement. "The port's infrastructure will be modernized using sustainable development planning to reduce the project's greenhouse gas emissions. The new terminal for shipping containers will reduce capacity issues at the Port of Montreal, the largest port in Eastern Canada. In turn, this will strengthen Canada's economy and international trade by helping importers and exporters get their goods to market faster."

For his part, Transport Minister Marc Garneau pointed out that "Contrec?ur's project is central to the development of the Canadian supply chain and the Greater Montreal's positioning as a gateway to the North American market." (Artist rendering of Contrecoeur project from Port of Montreal).


La Banque du Canada pour l'infrastructure a annoncé aujourd'hui qu'elle s'engageait à financer jusqu'à 300 millions de dollars pour le projet du port de Montréal visant à la construction d'un nouveau terminal à conteneurs à Contrecoeur. Le port, qui a traité 1,7 million d'EVP en 2018, compte sur le nouveau terminal prévu à 25 milles en aval du fleuve Saint-Laurent pour répondre à la demande future, car la croissance du trafic de conteneurs au cours des dernières années devrait bientôt étirer la capacité des cinq terminaux existants.

«C'est une excellente nouvelle», a déclaré Michael Fratianni, président et chef de la direction de Terminaux Montreal Gateway, le plus important exploitant de terminaux au port de Montréal. «Logistec et MGT travaillent ensemble pour voir si nous pouvons exploiter les installations de Contrecoeur», a-t-il déclaré à Maritime Magazine.

Le projet est évalué à 750 millions de dollars. Le terminal ferait passer la capacité du port de 2,1 millions à 3,5 millions d'EVP. Une fois que les approbations réglementaires finales auront été approuvées et qu'un ensemble de financement complet (impliquant le port, le gouvernement et les parties prenantes de l'industrie) aura été rassemblé, l'Administration portuaire de Montréal mettra en branle le processus d'achèvement du nouveau terminal d'ici 2023,

«L'expansion de Contrecoeur renforcera et diversifiera nos échanges commerciaux avec d'autres pays», a déclaré Pierre Lavallée, président et chef de la direction de la CIB. «Étant donné le rôle central du port dans l'économie canadienne, cette création de richesse aura un impact sur l'ensemble du pays.»
Dans le cadre d'une conférence de presse conjointe avec le port de Montréal, M. Lavallée a également souligné l'écoresponsabilité du projet Contrecoeur. «La BCI participe maintenant à sept projets. Ils se situent dans différents secteurs, différentes régions et ont tous un potentiel d'avantages écologiques. Sans le terminal de Contrecoeur, les navires seraient obligés de se rendre dans les ports américains, ce qui augmenterait les émissions de GES et de polluants atmosphériques ».

La BCI est une société d'État qui investit 35 milliards de dollars dans des projets d'infrastructure. Le projet Contrecoeur constitue sa première participation majeure dans le secteur des transports.
L'agrandissement de Contrecoeur permettra au port de Montréal d'accroître sa capacité de manutention de conteneurs, a déclaré Sylvie Vachon, présidente et chef de la direction du port de Montréal. «Nous serons plus compétitifs, ce qui renforcera le rôle de Montréal comme plaque tournante du commerce maritime dans l'est du Canada. Cela soutiendra la prospérité économique nationale par la création d'emplois et le développement de la chaîne d'approvisionnement », a-t-elle déclaré.

Selon la BIC, son engagement financier consiste à constituer un capital à long terme afin de réduire l'écart entre les périodes de construction, la croissance des revenus et la rentabilité du terminal à conteneurs.
La nouvelle ministre canadienne de l'Infrastructure et des Collectivités, Catherine McKenna, a accueilli cette annonce avec satisfaction. «L'infrastructure du port sera modernisée à l'aide d'une planification du développement durable visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre du projet. Le nouveau terminal pour les conteneurs d'expédition réduira les problèmes de capacité du port de Montréal, le plus grand port de l'Est du Canada. En retour, cela renforcera l'économie canadienne et le commerce international en aidant les importateurs et les exportateurs à commercialiser leurs produits plus rapidement. "

Pour sa part, le ministre des Transports, Marc Garneau, a déclaré que «le projet de Contrec?ur est au c?ur du développement de la chaîne d'approvisionnement canadienne et du positionnement du Grand Montréal en tant que passerelle vers le marché nord-américain». Représentation artistique du projet Contrecoeur du port de Montréal).


 
Banner
Banner
Banner
Banner
Banner