Banner
Banner
Banner
Banner
E-mail



Sea-Intelligence rains on parade of decarbornisation

Sea-Intelligence lance un pavé dans l'eau de la décarbornisation


2019-12-04

 

While shippers are increasingly interested in tracking their carbon footprint, Copenhagen's Sea-Intelligence, a leading provider of innovative analysis in the container transport sector, reveals in an explosive report that CO2 data provided by the main lines of containers can be extremely misleading. The organization goes so far as to say that the online CO2 calculators used by ten of the 15 largest carriers are useless.

According to analysts "None can be validated," Sea-Intelligence stated, adding: "They are riddled with absurdly poor data quality, sailing distances from China to New York range from 878 km to 1.5 times around the world. One CO2 calculator has not been updated in at least 2.5 years. Avoid them all!"

Comparing the data of two identical services operated by OOCL and CMA-CGM between Shanghai and New York one of the services would emit 96.84 tons while the other would emit 56.80 tons, a reduction of 41.3%.

"What makes this feat even more incredible (literally incredible) is that they are the exact same services! Same vessels! Same rotation! With everything exactly identical, the only difference would be the paint on the container," Sea-Intelligence pointed out in a report amusingly headlined, 'Colour of box saves 77% CO2.'

Another sobering example is that COSCO, the parent company of OOCL, offers a service identical to the services mentioned above, with reported CO2 emissions of only 22.36 tonnes, a "staggering" reduction of 76.9%. The Chinese carrier must not shine in geography, assuming that the distance travelled between Shanghai and New York is only 878 km, about the same distance as between Quebec and Toronto.

 

"CO2 calculators are entirely pointless: Not only are they littered with horrendously poor and outdated data - for some services the data is at least 2.5 years old - even when they are calibrated somewhat as intended, the absence of any stated calculation methodology and with no standards applied across the carriers, means that CO2 calculators would still be completely useless, even if they worked," added the research firm.

According to Sea-Intelligence analyst Lars Jensen, "the very short version (of the report published on their Sunday Spotlight- subsciption required) is that they are incredibly unreliable and any notion that you can compare performance across carriers should be abandoned.

In a simple example, it turns out that you can reduce your CO2 footprint by 77% by switching from one carrier to another - even though the container would literally move on the same vessel as both carriers are part of the same alliance.

In another example, it also turns out that the carriers do not quite agree on the physical distance between Shanghai and New York. According to their CO2 calculators, this distance can vary from 878 km (yes, less than a thousand) to 62.469 km (yes, 1½ trips around the world).

Much more detail is available in the Sunday Spotlight, but the bottom line is very simple: These calculators look nice and in many cases also authoritative - quite a few even certified by classification societies. However, based on the actual numbers they produce, no one should use them as a basis for decision-making, and no one should believe that they can be used for any kind of environmental comparison across carriers. With files from SPLASH 24/7. Image Michael Zöllner Pixabay



Alors que les chargeurs sont de plus en plus intéressés à suivre leur empreinte carbone, Sea-Intelligence de Copahagen, un des principaux fournisseurs d'analyses innovantes dans le secteur du transport de conteneurs, révèle dans un rapport explosif que les données sur le CO2 fournies par les grandes lignes de conteneurs peuvent être extrêmement trompeuses. L'organisme va jusqu'à affirmer que les calculateurs en ligne de CO2 utilisés par dix des 15 plus grands transporteurs sont nuls.

Selon les analystes «Aucune ne peut être validée», ajoutant: «Ils sont criblés de données d'une qualité incroyablement médiocre citant comme exemple les distances de navigation entre la Chine et New York qui peuvent varier de 878 km à une fois et demie le tour du monde. Un de ses calculateurs de CO2 n'a pas été mis à jour depuis au moins 2,5 ans. Évitez-les tous!»

En comparant les données de deux services identiques opérés par OOCL et CMA-CGM entre Shanghai et New York un des services émettrait 96,84 tonnes alors que l'autre en émettrait 56,80 tonnes soit une réduction de 41,3%.

«Ce qui rend cet exploit encore plus incroyable (littéralement incroyable), c'est que ce sont exactement les mêmes services! Les mêmes navires! Même rotation! Tout est identique sauf la couleur des conteneurs souligne ironiquement la firme dans une section intitulée «La couleur de la boîte permet d'économiser 77% de CO2».

Un autre exemple décapant relate que COSCO, la société mère d'OOCL, propose un service identique aux services cités plus haut, avec des émissions de CO2 déclarées de seulement 22,36 tonnes, soit une réduction «stupéfiante» de 76,9%. Le transporteur chinois ne doit pas briller en géographie, supposant que la distance parcourue entre Shanghai et New York n'est que de 878 km, soit à peu près la même distance qu'entre Québec et Toronto.

«Les calculateurs de CO2 sont totalement inutiles: non seulement ils regorgent de données ahurissement pauvres et obsolètes - pour certains services, les données datent d'au moins deux ans et demi - même lorsqu'elles sont calibrées un peu comme prévu, l'absence de toute méthode de calcul déclarée et aucune norme appliquées par tous les transporteurs signifie que les calculateurs de CO2 seraient toujours totalement inutiles, même s'ils fonctionnaient » rajoute la firme de recherche.

Selon l'analyste de Sea-Intelligence, Lars Jensen, «la version très courte(du rapport publié sur leur Sunday Spotlight-abonnement requi) est qu'ils sont incroyablement peu fiables et toute notion selon laquelle il est possible de comparer les performances d'un transporteur à un autre devrait être abandonnée.

Dans un exemple simple, il s'avère que vous pouvez réduire votre empreinte CO2 de 77% en passant d'un transporteur à un autre, même si le conteneur se déplaçait littéralement sur le même bateau, car les deux transporteurs faisaient partie de la même alliance.

Sunday Spotlight contient beaucoup plus de détails, mais le résultat final est très simple: ces calculatrices sont jolies, et dans de nombreux cas, elles font également autorité, et même quelques-unes certifiées par des sociétés de classification. Cependant, sur la base des chiffres réels qu'ils produisent, personne ne devrait les utiliser comme base de la prise de décision, et personne ne devrait croire qu'ils peuvent être utilisés pour une quelconque comparaison environnementale entre transporteurs.»
Avec fichiers de SPLASH 24/7. Image Michael Zöllner Pixabay




 
Banner
Banner
Banner
Banner
Banner