Banner
Banner
Banner
Banner
E-mail


Flying Angel report shows seafarers are happier but worried about IMO 2020

Les gens de mer seraient plus heureux, mais inquiets de l'implantation d'OMI 2020


2019-11-05

 

 

 

The latest Seafarers Happiness Index report has shown a marked improvement in happiness levels amongst seafarers across all sectors of the industry

Undertaken by The Mission to Seafarers and supported by leading P&I insurer the Shipowners' Club, the index is a gauge for measuring the feelings and experiences of seafarers across the global maritime industry. Conducted every quarter, in the latest report overall seafarer happiness has risen from 6.27/10 to 6.59 - a very promising sign for the industry.

Happiness regarding interaction with other crew members has also increased notably, up to 7.28 from 6.85 last quarter. This is one of the highest figures provided in the five years since the report began and suggests a growing sense of comradery amongst seafarers.

While results across the board were generally very positive, the anecdotal evidence from seafarers identified a number of ongoing concerns. The impending IMO 2020 sulphur cap appears to be a source of stress for many seafarers. The report indicates that there is a widespread fear of blame for non-compliance, suggesting that some seafarers don't feel prepared for the cap, which comes into effect in the New Year. Many participants reported concerns that discrepancies in data, in addition to tougher inspection regimes, could result in seafarers facing prosecution by authorities.

 

 

While there has been much attention given to the financial impact of IMO 2020 on shipowners, this evidence shines a light on the day-to-day pressures on those serving at sea and the need for governments and shipowners to prepare seafarers for the change. The report indicates that the companies investing more resources into training have happier crews - highlighting the importance of seafarers feeling confident in their own abilities and with the responsibilities placed upon them by new regulations.

Understandably, salaries also play a significant role in helping seafarers to feel stable in their careers. Whilst youngest seafarers appear to be the happiest - reflecting enthusiasm about seeing new parts of the world, with a very high 7.9/10 - many reported that low wages were making them question their future careers. This is concerning for the future of the maritime industry, with the potential for a 'talent-bleed' if seafarers are lost to other industries.

Overall, this report has shown a more promising set of results for the end of this year. It would appear that industry-wide changes in attitudes could influence widespread progress in 2020, and there is a strong sense that some of the improvements that The Mission and others have been advocating may be gaining traction.

To read the full report online, click here. Photo: Mision to Seafarers


Le dernier rapport sur l'indice du bonheur des gens de mer a montré une nette amélioration du niveau de bonheur des gens de mer dans tous les secteurs de l'industrie.

Réalisé par Mission to Seafarers et soutenu par le plus important assureur P & I, le Shipowners Club, cet indice permet de mesurer les sentiments et les expériences des gens de mer du secteur maritime mondial. Dans le dernier rapport, réalisé tous les trimestres, le bonheur général des marins est passé de 6,27 / 10 à 6,59 - un signe très prometteur pour le secteur.

Le bonheur concernant l'interaction avec les autres membres de l'équipage a également considérablement augmenté, passant de 6,85 au dernier trimestre à 7,28. C'est l'un des chiffres les plus élevés connu au cours des cinq années écoulées depuis le début du rapport et suggère un sentiment croissant de camaraderie entre les gens de mer.

Bien que les résultats soient globalement très positifs, les témoignages anecdotiques de gens de mer ont mis en évidence un certain nombre de préoccupations persistantes. Le plafond de soufre IMO 2020 imminent semble être une source de stress pour de nombreux marins. Le rapport indique qu'il existe une peur généralisée du blâme pour non-respect, suggérant que certains marins ne se sentent pas préparés au plafond, qui entrera en vigueur au début de l'année. De nombreux participants ont fait part de leurs préoccupations selon lesquelles des disparités dans les données, en plus de régimes d'inspection plus sévères, pourraient entraîner des poursuites des autorités contre des marins.

L'impact financier d'OMI 2020 sur les armateurs a suscité beaucoup d'attention, mais il en va de même pour les pressions exercées au quotidien sur ceux qui servent en mer et la nécessité pour les gouvernements et les armateurs de préparer les gens de mer au changement. Le rapport indique que les entreprises qui investissent davantage de ressources dans la formation ont des équipages plus heureux, soulignant l'importance pour les gens de mer d'être confiants dans leurs propres capacités et dans les responsabilités que leur impose la nouvelle réglementation.

On comprend que les salaires jouent également un rôle important en aidant les marins à se sentir stables dans leur carrière. Alors que les plus jeunes marins semblent être les plus heureux - reflétant leur enthousiasme à l'idée de découvrir de nouvelles régions du monde, avec un taux très élevé de 7,9 / 10 - beaucoup ont déclaré que les bas salaires les incitaient à s'interroger sur leur future carrière. C'est inquiétant pour l'avenir de l'industrie maritime, avec le risque de perte de talent si les marins disparaissent au profit d'autres industries.

Globalement, ce rapport a montré un ensemble de résultats plus prometteurs pour la fin de cette année. Il semblerait que les changements d'attitudes à l'échelle de l'industrie pourraient influer sur les progrès généralisés d'ici 2020, et que certaines des améliorations préconisées par la mission et d'autres pourraient gagner du terrain.
Pour lire le rapport complet en ligne, cliquez ici.  Photo: Mision to Seafarers

 


 
Banner
Banner
Banner
Banner
Banner