La police de Montréal enquête sur un affrontement violent présumé au milieu d’une grève des débardeurs

Photo: SCFP 375

Par Leo Ryan, Rédacteur en chef

La police de Montréal enquête sur une confrontation entre des débardeurs en grève et le personnel de direction d’employeurs maritimes qui aurait dégénéré en violence mercredi soir, selon un rapport de l’agence de la Presse canadienne. L’Association des employeurs maritimes (AEM) a convoqué à la hâte une conférence de presse aujourd’hui (jeudi) pour condamner fermement l’incident.

Le syndicat, le SCFP 375, a appelé lundi à une grève de quatre jours pour 1 100 débardeurs après que de longues négociations avec l’AEM soient restées dans l’impasse. Les horaires de travail seraient le plus gros problème en suspens dans les négociations pour renouveler une convention collective qui a expiré le 31 décembre 2018.

La Presse canadienne a indiqué que la police de Montréal avait reçu un appel vers 19 h mercredi soir indiquant qu’une foule de débardeurs avait menacé et attaqué certains des cadres et leurs gardes de sécurité près du stade olympique. «Il y a eu des agressions et aussi des vols», a déclaré la porte-parole de la police Caroline Chevrefils.

Les débardeurs avaient quitté les lieux au moment où la police est arrivée pour recueillir les déclarations.

Lors d’une conférence de presse, le président de l’AEM, Martin Tessier, a déclaré qu’environ deux douzaines de gestionnaires (effectuant des travaux de remplacement) sortaient d’une navette après avoir aidé à déplacer des conteneurs au terminal à conteneurs de Termont lorsqu’un différend a éclaté avec au moins 50 débardeurs dans le stationnement du stade .

Il a affirmé que certains employés ont été frappés au visage et se sont fait voler leur portefeuille et leur téléphone, mais heureusement, personne n’a été gravement blessé.

«Nous avons formé des cadres (à la manipulation des conteneurs)», a déclaré M. Tessier. «Nous n’avons pas emmené des gens de l’extérieur pour faire le travail, mais le syndicat n’était néanmoins pas content.»

« Cela a mal tourné », a déclaré M. Tessier, ajoutant: « Il n’y a aucune provocation au monde qui mérite l’intimidation physique ou verbale. »

Plus tôt cette semaine, Michel Murray, porte-parole du SCFP 375, a déclaré que le déploiement de cadres pour gérer les tâches au bord de l’eau traditionnellement effectuées par des débardeurs constituait un «affront» équivalant à «une déclaration de guerre».  

Martin Tessier, président de l’AEM

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest
Share on email
Email

Articles récents

Abonnement

Recevez Maritime Magazine directement chez vous!

Magazine en ligne

Accédez à notre espace virtuel dans lequel vous trouverez nos différents magazines en format numérique ! Tout à un même endroit !

Catégories