Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content

Mission to Seafarers élargit le fonds de secours alors que le conflit en Ukraine s’aggrave 

Alors que l’invasion russe de l’Ukraine s’intensifie, la Mission auprès des gens de mer a annoncé une augmentation des efforts de secours pour les membres d’équipage dans des situations très difficiles. Dans le même temps, le révérend chanoine Andrew Wright, secrétaire général de la mission, a déclaré que ses aumôniers dans de nombreux ports ont observé « une anxiété et un stress énormes » parmi les marins russes et ukrainiens qui se sont parfois retrouvés à travailler côte à côte en tant que compagnons de bord.

« La Mission to Seafarers renforce immédiatement son Fonds du Samaritain pour permettre des paiements supplémentaires à l’appui de la fourniture de communications au niveau local, y compris via des cartes SIM et des unités MiFi », a déclaré la Mission. « Notre fonds d’urgence peut également être accédé pour aider les marins bloqués si cela devient nécessaire. »

En priorité, la mission a ajouté qu’elle cherchait des moyens de fournir un soutien amélioré en santé mentale dans sa « langue personnelle » ukrainienne/russe, en s’appuyant sur ce qui est déjà en place dans le cadre de ses programmes WeCare.

Le révérend Wright donne un résumé de certaines des histoires émouvantes de témoins oculaires qui sont venues des aumôniers des équipes de la mission au cours des premiers jours du conflit.

Du Panama : « Une visite émotionnellement stimulante pour cet équipage charmant, chaleureux et accueillant après plusieurs mois. Le premier maître est originaire de Mariupol, en Ukraine. Il est régulièrement au téléphone avec sa femme qui est effrayée et profondément bouleversée par l’invasion. Mariupol est actuellement encerclée et il n’y a aucun moyen pour elle ou sa famille de partir. Il doit débarqué le 3 mars et n’a aucun moyen de rentrer chez lui. Il a décidé de s’envoler pour l’Allemagne afin qu’il puisse rester chez des parents qui y vivent dans l’espoir que les négociations entre l’Ukraine et la Russie aboutiront et lui permettront de rentrer chez lui. Il est clairement bouleversé et inquiet de l’escalade de la violence et de ne pouvoir rien faire de concret pour aider ou soutenir sa famille… »

Depuis la Nouvelle-Zélande : « Wi-Fi fourni à l’arrivée. Triste. Sept Ukrainiens et six Russes à bord. Pas de bagarre, mais très triste. Ils ne peuvent pas rentrer chez eux. Ils ne peuvent pas avoir de changement d’équipage. Certains à bord pendant 9,5 mois. La dernière fois que j’ai visitée, ils étaient si joyeux, tout simplement horribles avec ce qu’ils traversent. Je leur ai dit de m’appeler jour et nuit s’ils veulent parler. Ils reviennent une fois de plus pour que je puisse vérifier et voir comment ils vont ensuite.

Des États-Unis : « Visité pour livrer un dernier colis. Quinze nouveaux membres d’équipage à bord ce matin. Nous avons pu parler avec un nouvel officier ukrainien de la situation chez nous. Il s’inquiète pour sa famille, qui fuit actuellement vers l’Espagne à la suite des récents attentats à la bombe. Ils seront dans nos prières. »

 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email

Articles récents

Abonnement

Recevez Maritime Magazine directement chez vous!

Magazine en ligne

Accédez à notre espace virtuel dans lequel vous trouverez nos différents magazines en format numérique ! Tout à un même endroit !

Catégories