Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content

L’OMI adopte une mesure volontaire sur la réduction des émissions de carbone dans le transport maritime dans l’Arctique

Selon un rapport publié sur la plate-forme d’information Maritime-Executive, la réunion de la semaine dernière du comité de protection de l’environnement marin (MEPC) de l’OMI n’a pas pris de mesures concernant les ambitions climatiques de l’industrie du transport maritime – mais elle a adopté une mesure volontaire et non contraignante pour encourager la réduction d’émissions de carbone noir dans le transport maritime dans l’Arctique.

Le noir de carbone est un polluant à courte durée de vie responsable d’environ 20 % de l’impact climatique du transport maritime. Il se dépose sur la glace et la neige, où il absorbe la chaleur supplémentaire du soleil et accélère la fonte. Le noir de carbone provenant du transport maritime dans l’Arctique a augmenté avec l’augmentation du trafic maritime dans la région, doublant presque de 2015 à 2019.

Une mesure proposée par 11 pays – dont le Canada, la France, l’Allemagne, les Pays-Bas, la Norvège, la Suède, le Royaume-Uni et les États-Unis – appelait à « l’utilisation volontaire de carburants plus propres par les navires opérant dans ou à proximité de l’Arctique ».

Il a recueilli le soutien de 27 États membres, mais s’est heurté à l’opposition de la Russie, de la Chine, de l’Inde, du Japon, de l’Arabie saoudite, des Émirats arabes unis et de l’Angola, selon la Clean Arctic Alliance. L’ONG a affirmé qu’au cours des négociations, « le libellé a été systématiquement et méticuleusement édulcoré par les pays opposés ».

La liste des opposants chevauche étroitement le groupe de nations qui s’opposaient au programme de recherche sur les carburants verts de la Chambre internationale de la marine marchande.

« Alors que la Clean Arctic Alliance est ravie, l’OMI a finalement discuté et accepté la proposition d’une résolution sur le noir de carbone. . . nous sommes déçus que dans l’effort pour apaiser une petite, mais bruyante coterie de pays opposés, une substance importante ait été perdue dans le projet de résolution original, nous laissant avec une version édulcorée », a déclaré le Dr Sian Prior, conseiller principal de la Clean Arctic Alliance « Cependant, ce qui est important, c’est que cette résolution envoie maintenant un message fort que l’action nationale et régionale pour réduire les émissions de noir de carbone des navires doit se poursuivre. »

L’objectif initial de l’alliance est de promouvoir un passage au carburant distillé dans les eaux arctiques. Brûler uniquement des distillats dans l’Arctique réduirait de 44 % les émissions de carbone noir provenant du transport maritime dans la région. La mesure telle qu’adoptée encourage « les exploitants de navires à utiliser volontairement du distillat ou d’autres carburants alternatifs ou méthodes de propulsion plus propres » lorsqu’ils se trouvent dans l’Arctique ou à proximité. (Photo: GCC)

 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email

Articles récents

Abonnement

Recevez Maritime Magazine directement chez vous!

Magazine en ligne

Accédez à notre espace virtuel dans lequel vous trouverez nos différents magazines en format numérique ! Tout à un même endroit !

Catégories