L’Islande crée une zone stricte de contrôle des émissions de soufre

Le ministère de l’Environnement et des Ressources naturelles d’Islande a promulgué une zone stricte de contrôle des émissions de soufre (SECA) en vertu de laquelle les navires faisant escale sur l’île à partir de l’année prochaine ne seront autorisés à brûler que 0,1% de soufre.

Le ministre national de l’environnement et des ressources naturelles, Guðmundur Ingi Guðbrandsson, a déclaré: «Les navires peuvent utiliser des types légers de mazout jusqu’à ce qu’ils passent à d’autres sources d’énergie. J’espère que cela se produira dans un proche avenir, mais le mazout lourd est le plus sale; il est donc extrêmement important d’arrêter son utilisation. »

Les navires peuvent cependant continuer à brûler du fioul lourd (HFO) s’ils utilisent des méthodes approuvées de réduction des émissions pour réduire les émissions de dioxyde de soufre, ce qui empêche la plupart des émissions de soufre dans l’atmosphère ainsi que la pollution par la suie.

L’Association islandaise pour la nature et la conservation et la Clean Arctic Alliance applaudissent les restrictions de l’Islande sur les émissions de soufre, mais n’ont pas tardé à signaler une «lacune» dans la législation étant donné que certains navires continueront de brûler du HFO en utilisant des épurateurs, y compris des épurateurs en boucle ouverte qui ont principalement été adoptés.

Árni Finnsson, de l’Association islandaise pour la conservation de la nature, a déclaré que «La seule avancée viable est pour l’Islande d’interdire complètement l’utilisation et le transport de mazout lourd de ses eaux territoriales, avant une interdiction de l’Organisation maritime internationale actuellement en cours d’élaboration pour interdire son utilisation et son transport dans l’Arctique.»

Il existe actuellement deux principales régions du monde désignées comme SECA, où les navires doivent consommer du carburant à très faible teneur en soufre (ULSFO): l’Europe du Nord (mer du Nord, mer Baltique et Manche); et l’Amérique du Nord, y compris le Canada et certaines parties des Caraïbes.

Bien sûr, cela ajoute à la complexité de l’exploitation des navires à partir du 1er janvier, mais c’est une bonne nouvelle pour les armateurs qui ont investi dans des épurateurs. Avec des fichiers de Theloadstar. Image: Pixabay

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest
Share on email
Email

Articles récents

Abonnement

Recevez Maritime Magazine directement chez vous!

Magazine en ligne

Accédez à notre espace virtuel dans lequel vous trouverez nos différents magazines en format numérique ! Tout à un même endroit !

Catégories