L’IMO tient des discussions cruciales sur la décarbonisation du transport maritime

 

Londres – Des mesures vitales pour réduire davantage les émissions de gaz à effet de serre des navires seront discutées par les gouvernements cette semaine du 16 au 20 novembre par le Comité de protection du milieu marin de l’OMI au milieu des requêtes du secteur maritime mondial à adopter une proposition de recherche et de développement de 5 milliards de dollars US financée par l’industrie. Ce dernier catalyserait la transformation de l’industrie de la dépendance aux combustibles fossiles à l’exploitation avec des sources d’énergie zéro carbone.

Lors de la réunion, il sera particulièrement intéressant de savoir si la délégation américaine dirigée par les garde-côtes américains insistera sur une position climatique forte conformément aux objectifs de l’Accord de Paris tels que proposés par le président élu Joe Biden – ou soutiendra-t-elle le président sortant Donald Trump avec une dimension climatique faible et aucun élément d’application ou de sanction.

«Répondre aux ambitions de la stratégie de réduction des gaz à effet de serre de l’OMI nécessite des actions immédiates, ce que les États membres de l’OMI ont clairement indiqué il y a quelques semaines. Maintenant, nous attendons avec impatience de voir les États membres donner du poids à leurs appels à l’action et faire avancer notre proposition, qui peut réellement aider l’industrie à développer la technologie nécessaire pour atteindre nos objectifs de décarbonisation », a déclaré le secrétaire général adjoint Lars Robert Pedersen, BIMCO.

Bien que les émissions totales du transport maritime soient inférieures d’environ 7% à celles de 2008, il y a une limite à ce qui peut être réalisé tant que les navires restent dépendants des combustibles fossiles et que la demande mondiale de services maritimes continue de croître. Les réductions de carbone requises par l’objectif de l’OMI de réduire les émissions totales du transport maritime international d’au moins 50% d’ici 2050 par rapport à 2008 proviendront uniquement de l’identification et du développement de nouvelles technologies zéro carbone afin que les navires zéro carbone commercialement viables puissent commencer à fonctionner dans les années 2030.

Il existe plusieurs solutions potentielles, telles que l’hydrogène ou l’ammoniac produit à partir de sources d’énergie renouvelable, mais celles-ci n’existent pas encore à une échelle ou sous une forme qui puisse être appliquée aux grands navires océaniques. Une multitude de questions techniques complexes restent à résoudre, y compris la sécurité, le stockage, la distribution, les considérations de densité énergétique et les impacts sur le cycle de vie. Bref, nous ne savons pas encore quels seront les carburants du futur.

L’industrie maritime a donc proposé un programme de R&D de 5 milliards USD, supervisé par l’OMI et financé par une contribution R&D requise de 2 USD par tonne de carburant marin consommée. Le programme de RD serait géré par une organisation non gouvernementale de recherche et de développement – un Conseil international de recherche et de développement maritime ou IMRB. Les co-commanditaires soulignent que pour que la proposition fonctionne, les contributions de R&D doivent être imposées via un règlement de l’OMI, afin de garantir que toutes les compagnies maritimes contribuent globalement, de manière juste et équitable, et que les fonds nécessaires seront générés pour atteindre les objectifs du programme.

Un certain nombre de gouvernements sont considérés comme favorables à la proposition, sous réserve de traiter des questions telles que la gouvernance.

L’industrie est impatiente de travailler avec les gouvernements pour veiller à ce que cette initiative soit mise en œuvre le plus rapidement possible et demande au Comité de protection du milieu marin de l’OMI de soutenir le développement du concept de l’IMRB lors de sa réunion critique du 16 novembre. Les objectifs climatiques de l’OMI 2050 ne peuvent être atteints qu’avec l’accélération immédiate des carburants et des technologies à zéro émission de carbone, et l’IMRB est un véhicule essentiel pour faire avancer les progrès nécessaires à la construction d’une industrie du transport sans carbone.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email

Articles récents

Abonnement

Recevez Maritime Magazine directement chez vous!

Magazine en ligne

Accédez à notre espace virtuel dans lequel vous trouverez nos différents magazines en format numérique ! Tout à un même endroit !

Catégories