Les ports à conteneurs canadiens ferons face au pire impact de la Covid-19 en mai

Par Leo Ryan, rédacteur-en-chef

Bien qu’ils soient sans doute pleinement opérationnels au milieu de la crise sanitaire de la Covid-19, les principaux ports à conteneurs du Canada se préparent à une baisse importante du fret en avril, avec le plus fort impact à ce jour de la pandémie qui devrait frapper en mai.

Dans une entrevue, Tony Boemi, vice-président de la croissance et du développement pour le port de Montréal, a révélé que le premier trimestre de cette année a montré de façon surprenante une augmentation de 5,6% du trafic de conteneurs, avec des augmentations à deux chiffres avec l’Asie, la Méditerranée, le Midwest, l’Afrique et le Moyen-Orient. Il y a même eu une augmentation modérée de 2% avec l’Europe, parmi les régions les plus touchées au monde.

Cependant, M. Boemi s’attendait à une baisse du fret au cours des deux dernières semaines d’avril – «et mai pourrait être un mois maussade et sombre avec des pics dans la mauvaise direction. Les biens de consommation sont en baisse. Les importations en provenance d’Asie sont désormais en baisse en raison de la baisse de la demande et de l’espace de stockage limité. »

Un autre facteur contribuant au déclin général probable de cette année (trop tôt pour estimer) est la baisse des exportations vers l’Asie, car les expéditeurs ont du mal à réserver de l’espace sur des navires transatlantiques vers l’Europe, où ils seraient généralement transbordés sur des navires à destination de l’Asie.

L’Administration portuaire de Montréal a indiqué qu’actuellement, tous les terminaux fonctionnent à pleine capacité et que «les temps de conteneur et de séjour aux quais et aux chaînes de traitement des camions sont normaux. De plus, l’Administration portuaire de Montréal surveille de près les conséquences possibles de la fermeture temporaire d’entreprises non essentielles. »

Au port de Prince Rupert, Brian Friesen, vice-président du développement commercial et des communications, a noté qu’à la fin de février, les volumes intermodaux avaient en fait augmenté d’une année à l’autre. «Cependant, le rapport de performance de mars n’est pas encore disponible. Il y a eu un certain nombre de départs à blanc en mars et nous prévoyons que cette tendance se poursuivra en avril, ce qui aura un impact sur le volume. »

Sinon, il a déclaré à Maritime Magazine: «La porte océane Prince Rupert est pleinement opérationnelle, car le fret continue de circuler de manière sûre et efficace dans le port. Les activités ferroviaires du CN demeurent également fluides, sans perturber sa capacité à servir les clients en toute sécurité et à s’assurer que les fournitures essentielles arrivent sur le marché. »

Interrogé sur la façon dont le port se prépare à une augmentation attendue avec des transporteurs rétablissant les escales dans les ports chinois, M. Friesen a répondu: «Le terminal Fairview de DP World a une capacité annuelle effective de 1,35 million d’EVP aujourd’hui, avec une capacité à s’adapter au volume de surtension au-delà. L’été dernier, par exemple, le terminal a fonctionné à près de 1,5 million d’EVP sur une base annualisée pendant plusieurs mois. »

Il a indiqué que le port du nord de la Colombie-Britannique a exécuté plusieurs scénarios évaluant l’impact du COVID-19 sur les volumes intermodaux – « mais c’est une situation très fluide et nous ne souhaitons pas spéculer pour le moment ».

Pour le port de Vancouver, les temps particulièrement difficiles sont illustrés par des développements tels que les transitaires internationaux et les entreprises de logistique signalant des plongeons pouvant atteindre 85% du volume de marchandises chinoises arrivant à la plus grande passerelle maritime du Canada alors que la pandémie commence à perturber les chaînes d’approvisionnements. 
Après un débit record de 3,4 millions d’EVP en conteneurs en 2019, Vancouver a vu son volume cumulé de boîtes baisser de 13,3% pour atteindre 497 000 EVP fin février. Les importations de charges ont diminué de près de 20%.

Les analystes de l’industrie considèrent que la baisse totale pour l’ensemble de 2020, à moins d’une reprise spectaculaire au dernier trimestre, pourrait dépasser 20% – comme le prévoient largement les ports américains de la côte ouest de l’Amérique du Nord.

«Nous ne pouvions pas demander plus aux parties prenantes de s’adapter remarquablement pour trouver des solutions de chaîne d’approvisionnement», a fait remarquer Robert Lewis-Manning, président de la Chamber of Shipping de Vancouver. «Les exportations en vrac de produits agricoles et autres se maintiennent. Mais la cargaison de conteneurs dépend du marché des biens de consommation. »

Pendant ce temps, au port de Halifax, le porte-parole Lane Farguson a déclaré que tous les partenaires travaillent dur pour maintenir la fluidité de la chaîne d’approvisionnement. «Bien que le port d’Halifax n’ait effectué aucun voyage à blanc, la COVID-19 a entrainé une certaine baisse des cargaisons d’importation et d’exportation.»

(Photos du port de Montréal et de Prince Rupert)

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest
Share on email
Email

Articles récents

Abonnement

Recevez Maritime Magazine directement chez vous!

Magazine en ligne

Accédez à notre espace virtuel dans lequel vous trouverez nos différents magazines en format numérique ! Tout à un même endroit !

Catégories