Les négociations du secteur riverain de Montréal atteignent une phase critique

 

Par Leo Ryan, rédacteur en chef

Après avoir repris mercredi en présence de médiateurs, les négociations intensifiées entre le syndicat des débardeurs de Montréal et les employeurs du port ont atteint une phase critique au milieu des informations faisant état de détournements croissants de cargaisons, alors qu’une trêve de sept mois se terminant le 21 mars se rapproche de plus en plus de la fin.

«Lundi ou mardi pourrait s’avérer être un tournant pour éviter d’éventuels arrêts de travail» a déclaré une source proche des négociations entre le syndicat SCFP 375 représentant 1 125 débardeurs et l’Association des employeurs maritimes (AEM).

Montréal est le deuxième plus grand port du Canada, avec 35 millions de tonnes de fret et 1,6 million de conteneurs par an.

Les débardeurs sont sans convention collective depuis le 31 décembre 2018. Les deux parties seraient restées très éloignées, en particulier sur les heures de travail et les régimes d’horaires plutôt que sur les questions de revenus.

L’été dernier, les retards et les arriérés causés par une série de grèves tournantes ont coûté aux grossistes 600 millions de dollars de ventes sur une période de deux mois, selon Statistique Canada. Quelque 21 porte-conteneurs ont été détournés vers Halifax, Saint John et même New York. Mais Halifax et Saint John se sont avérés ne pas disposer d’une capacité ferroviaire suffisante pour transporter de manière efficace les conteneurs supplémentaires vers des destinations telles que le Midwest américain et l’Ontario.

Plus tôt cette semaine, quelque 16 groupes d’entreprises ont exhorté le gouvernement fédéral à «utiliser tous les outils à sa disposition» pour aider à faciliter une résolution de l’impasse amère. Jusqu’à présent, les autorités d’Ottawa ont refusé d’imposer une loi de retour au travail, préférant exprimer «leur foi dans le processus de négociation collective».

Medtech Canada, une association nationale, a également écrit au ministre fédéral du Travail Filomena Tassi, soulignant que la vie des gens pourrait être en jeu pendant la pandémie mondiale. Les produits médicalement nécessaires doivent transiter par le port de Montréal.

«Ce n’est pas un problème uniquement au Québec. Tous les centres de dialyse au Canada sont à risque, car ces fournitures sont distribuées à travers le Canada », a déclaré Medtech.

À la mi-février, les responsables du port de Montréal ont exprimé leur inquiétude quant à l’impact global du front de mer prolongé pour les entreprises canadiennes et l’économie du Grand Montréal, notant que les expéditeurs de fournitures vitales de COVID-19 avaient commencé à détourner les marchandises vers d’autres ports.

Dans un courriel récent aux expéditeurs clients, Hapag-Lloyd a commencé à encourager les clients à explorer des alternatives à l’acheminement par Montréal.

Et le 5 mars, dans ce qui semblait être une décision au moins en partie liée au conflit de Montréal, Maersk Line, le plus grand transporteur de conteneurs au monde, a informé ses clients: «Pour mieux soutenir votre chaîne d’approvisionnement de la porte d’entrée de l’Atlantique avec une flexibilité supplémentaire à l’entrée et à la sortie du Canada, nous prévoyons un essai à Saint John (Nouveau-Brunswick) avec notre Service Express Canada Atlantique (CAE) – dans le cadre d’un test pour un produit à plus long terme pour les clients.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email

Articles récents

Abonnement

Recevez Maritime Magazine directement chez vous!

Magazine en ligne

Accédez à notre espace virtuel dans lequel vous trouverez nos différents magazines en format numérique ! Tout à un même endroit !

Catégories