Les débardeurs du port de Montréal feront une grève de quatre jours

Leo Ryan, rédacteur en chef

Plus de 1100 débardeurs syndiqués du port de Montréal prévoient de lancer une grève de 4 jours à compter de lundi à 7 h 00, ce qui aura un impact significatif sur le flux de marchandises au deuxième plus grand port du Canada après Vancouver, alors que de longues négociations avec le L’Association des employeurs maritimes (MEA) sont restées dans l’impasse. Les débardeurs sont sans nouvelle convention collective depuis le 31 décembre 2018. Les conditions de travail, y compris les horaires, seraient un enjeu clé.

L’action de grève des membres de la section locale 375 du SCFP faisait suite à une tactique de pression, un arrêt de travail de 40 heures le 2 juillet, limité aux deux terminaux de Montreal Gateway Terminals Partnership, le plus grand opérateur de conteneurs du port de Montréal.

Dans un avis publié vendredi soir, l’Administration portuaire de Montréal (APM) a indiqué que les services d’amarrage et de manutention des marchandises habituellement fournis par les débardeurs seront suspendus jusqu’au vendredi 31 juillet à 6 h 59. Cela comprendra les opérations au terminal de Contrecoeur. La manutention en vrac liquide, le terminal céréalier de Viterra et le service d’expédition Oceanex avec Terre-Neuve via le terminal Bickerdike ne sont pas touchés.

L’APM s’est dite «préoccupée par cette situation, car les activités portuaires sont essentielles pour maintenir le bon fonctionnement de l’économie et, dans certains cas, pour assurer la santé et la sécurité publiques. Un arrêt prolongé ou un ralentissement des opérations portuaires n’est pas le bienvenu, non seulement pour la logistique et la chaîne d’approvisionnement, mais aussi pour les entreprises et les citoyens qui bénéficient de la circulation des marchandises. »

Comme d’autres ports dans le monde, Montréal a ressenti la piqûre de la pandémie COVID-19. Après avoir traité un trafic total record de 40,6 millions de tonnes et un fret conteneur record de 1,75 million EVP en 2019, les volumes ont diminué d’environ 9% au cours des six premiers mois de 2020.

Dans une prévision récente datant d’avant la dernière grève, Tony Boemi, vice-président de la croissance et du développement, a déclaré au Maritime Magazine que le trafic total pourrait baisser de 12% et le trafic de conteneurs de 13% cette année (photo MPA).

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest
Share on email
Email

Articles récents

Abonnement

Recevez Maritime Magazine directement chez vous!

Magazine en ligne

Accédez à notre espace virtuel dans lequel vous trouverez nos différents magazines en format numérique ! Tout à un même endroit !

Catégories