Les débardeurs de Montréal lancent une grève partielle au port de Montréal

 

Par Leo Ryan

Dans une démarche fortement regrettée par les employeurs maritimes, le syndicat représentant 1 125 débardeurs au port de Montréal a annoncé que ses membres cesseront indéfiniment de faire des heures supplémentaires à partir de demain. La décision de plonger le deuxième plus grand port du Canada dans des troubles ravivés et de provoquer davantage de détournements de cargaisons a suivi la déclaration de samedi de l’Association des employeurs maritimes selon laquelle elle suspendait le revenu garanti, ou la disposition relative à la sécurité de l’emploi, dans le contrat existant « après une baisse de volume de 11% en mars, causée par l’incertitude et l’anxiété suscitées par la situation des relations de travail. »

Alors qu’à partir du 13 avril, les débardeurs ne feront pas d’heures supplémentaires ni ne participeront à des activités de formation, ils ne travailleront pas de quarts de fin de semaine à compter du 17 avril.

Lors d’une conférence de presse aujourd’hui, le chef syndical du SCFP 375, Michael Murray, a souligné que «nous ne fermons pas le port» et a affirmé que l’arrêt de travail partiel aurait peu d’impact sur les consommateurs.

Le port de Montréal a indiqué qu’il n’avait pas l’intention de commenter aujourd’hui.

Mais l’AEM a rapidement répondu: «Les moyens de pression prévus, à savoir l’arrêt des heures supplémentaires, des activités d’accostage, de la formation et du travail le week-end, sont présentés comme une réponse à l’arrêt du paiement des heures non travaillées.

«Cette grève illimitée place l’industrie portuaire de Montréal dans une situation précaire. Cette décision du syndicat entraînera très rapidement une congestion importante et aura un impact majeur sur la fluidité de la chaîne logistique, sapant ainsi la reprise économique au Québec et au Canada.

Après avoir déclaré qu’il évaluait actuellement toutes ses options, l’AEM a indiqué: «Nous souhaitons un règlement rapide et restons prêts à poursuivre les négociations dès que nous serons convoqués par les médiateurs.»

L’Association des manufacturiers et exportateurs du Canada a également pris la parole, exhortant Ottawa à intervenir pour assurer la continuité des services.

Les deux parties semblent avoir fait peu de progrès dans des négociations prolongées pour renouveler une convention collective qui a expiré le 31 décembre 2018. À la suite d’une série de grèves l’été dernier, elles ont conclu un armistice de 7 mois qui s’est terminé le 21 mars – et le même jour, le syndicat a rejeté à une écrasante majorité une offre formelle de l’AEM sans menacer immédiatement une grève et en exprimant le souhait de rouvrir les négociations avec les médiateurs fédéraux (comme cela s’est produit).

Lors de la conférence de presse, M. Murray a confirmé que les horaires de travail étaient un problème majeur en suspens pour les débardeurs dont le revenu annuel moyen est d’environ 125000 $ dans un système où un débardeur doit être disponible 19 jours sur 21, mais généralement cela ne dépasse pas 16 jours. «Ce que veut la nouvelle génération, c’est un meilleur équilibre entre le travail et la vie personnelle / familiale.»

Les derniers changements proposés par l’AEM donneraient aux débardeurs cinq jours de congé supplémentaires le week-end, plus de possibilités d’échanger avec des équipes, des heures de travail plus fixes et la création d’un comité paritaire pour «réformer» les horaires de travail.

Dans ses commentaires, M. Murray a également contesté les facteurs évoqués par l’AEM pour la récente baisse de 11% du tonnage des conteneurs.

Il alléguait tout d’abord, «il n’était pas surprenant de voir moins de conteneurs à Montréal. Il ne faut pas blâmer les débardeurs pour la baisse du trafic face à la hausse des coûts de transport des conteneurs entre la Méditerranée et Montréal.

À cet égard, il a fait allusion à une prime de 500 $ récemment imposée par la compagnie maritime française CMA-CGM sur des conteneurs de 20 pieds sur la route Méditerranée-Atlantique (principale source d’activité de conteneurs pour Montréal).

Il a également évoqué ce qu’il a appelé «une congestion monstrueuse dans les ports du nord de l’Europe. Les navires à destination de Montréal ont donc été retardés.

Enfin, M. Murray a fait allusion aux pressions exercées par la Chine pour obtenir des conteneurs vides afin de répondre à d’énormes demandes d’expédition.

(photo Port de Montréal)

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email

Articles récents

Abonnement

Recevez Maritime Magazine directement chez vous!

Magazine en ligne

Accédez à notre espace virtuel dans lequel vous trouverez nos différents magazines en format numérique ! Tout à un même endroit !

Catégories