L’élévation du niveau de la mer forcera une expansion massive des ports maritimes mondiaux

Photo: port de Los Angeles

L’empreinte des ports maritimes devra s’étendre jusqu’à 3689 kilomètres carrés (1424 miles carrés) dans le monde au cours des trois prochaines décennies pour faire face à la combinaison de l’élévation du niveau de la mer et de la demande croissante, selon une nouvelle étude publiée dans Earth’s Future, une revue scientifique axée sur le changement climatique et la durabilité future.

La nouvelle étude a modélisé la croissance du commerce et la demande portuaire jusqu’en 2050 sous quatre combinaisons d’interventions de politique climatique et d’augmentation de la température mondiale. Tous les scénarios conduisent à une augmentation du trafic dans les ports, nécessitant le doublement ou le quadruplement des zones portuaires.

Selon la nouvelle étude publiée par AGU, une organisation mondiale soutenant 130 000 passionnés et experts des sciences de la Terre et de l’espace, le coût de la construction de nouvelles capacités portuaires pour répondre à la demande de trafic de fret dépassera les coûts d’adaptation à l’élévation du niveau de la mer. Le scénario avec les restrictions minimales de gaz à effet de serre a produit les projections de coût les plus élevées, soit 750 milliards de dollars américains, générés principalement par l’expansion des ports pour répondre à la demande croissante.

Des études antérieures sur les impacts économiques du changement climatique sur les ports se sont concentrées sur les coûts d’adaptation des installations portuaires existantes à l’élévation du niveau de la mer et aux tempêtes plus fortes et plus fréquentes. Mais la demande de services portuaires continuera également d’augmenter, selon les projections de l’ONU sur le commerce maritime et l’industrie.

Selon la nouvelle étude, les politiques conçues pour limiter l’augmentation de la température mondiale à 2 degrés Celsius d’ici la fin du siècle devraient ralentir la croissance du commerce dans son ensemble, et modifier la distribution des biens échangés, augmentant, par exemple, le mouvement des produits bioénergétiques et la demande en baisse des combustibles fossiles. Les matières premières énergétiques représentent actuellement environ 40% du commerce maritime.

Les navires transportent 80% des marchandises commerciales dans le monde. Les ports se sont développés depuis les années 80 pour répondre à la croissance croissante du secteur tirée par la libéralisation des échanges, l’ouverture de l’économie chinoise et l’utilisation accrue des conteneurs.

Selon les auteurs de l’étude, l’intégration de stratégies d’adaptation dans les nouvelles constructions est un moyen relativement peu coûteux de prévenir les perturbations futures dues aux effets du changement climatique. 

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest
Share on email
Email

Articles récents

Abonnement

Recevez Maritime Magazine directement chez vous!

Magazine en ligne

Accédez à notre espace virtuel dans lequel vous trouverez nos différents magazines en format numérique ! Tout à un même endroit !

Catégories