Le PDG de Synergy Group milite pour des changements d’équipage collectifs

Le capitaine Rajesh Unni, fondateur et PDG de Synergy Group, basé à Singapour, appelle à des changements d’équipage gérés collectivement pour lutter contre la «bombe à retardement» de la crise de la libération des marins à la fin de leur contrat. «Je crois que des changements d’équipage collectifs et soigneusement gérés dans les ports désignés pourraient nous aider à faire face à cette crise», a déclaré le Capt Unni dans un communiqué. «Les gens de mer qui rentrent chez eux devraient bien sûr subir une période de quarantaines de 14 jours. Et ceux qui rejoignent des navires devraient passer un examen médical obligatoire, y compris un test Covid-19. «Même si les infections Covid-19 disparaissent, ce que nous espérons tous qu’ils feront, la mise en place d’un plan maintenant sera une bonne préparation pour l’avenir.» 

«La Chambre internationale de la marine marchande (ICS) a estimé qu’il y a environ 100 000 changements d’équipage par mois, mais la plupart sont différés à l’heure actuelle parce que les ports du monde entier interdisent de tels mouvements alors qu’ils tentent d’arrêter la propagation de la pandémie de COVID-19.»

«Dans de nombreux ports, les changements d’équipage sont tout simplement interdits», a déclaré le capt Unni. «Ailleurs, les navires de certaines origines sont maintenant obligés de demeurer au mouillage en quarantaine jusqu’à 14 jours avant de pouvoir accoster.’»Pour aggraver les choses, il devient également de plus en plus difficile pour l’équipage de s’approvisionner en fruits et légumes frais tels que les restrictions imposées aux agents portuaires et aux capitaines. Il a déclaré : Il s’agit d’une bombe à retardement. Même dans des circonstances normales, la navigation en mer est stressante et implique de passer de longues périodes loin des amis et de la famille.»

Dans un effort pour résoudre le problème, le Capt Unni a déclaré qu’il tendait maintenant la main à des parties prenantes partageant les mêmes idées pour accélérer les changements collectifs d’équipage. «Nous avons déjà parlé à un certain nombre d’armateurs de premier plan et ils conviennent que c’est une voie positive à suivre», dit-il. «Nous avons également déterminé un certain nombre de ports où nous pensons que cela peut être mis en oeuvre.»
«’Nous approchons maintenant les principales organisations de transport maritime et avons contacté l’OMI pour savoir comment faire avancer ce dossier le plus vite possible» a-t-il commenté : «J’ai entendu l’argument selon lequel les gens de mer sont plus en sécurité en mer en attendant que ça passe. Mais personne ne sait combien de temps durera cette pandémie. Ne rien faire n’est pas un plan.» L’incapacité à imposer des changements d’équipage est une menace pour la santé mentale des gens de mer. Ils ne peuvent pas rester en mer indéfiniment.» Synergy en tant que société emploie plus de 12 000 marins sur plus de 300 navires. Photo: Synergy Group

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email

Articles récents

Abonnement

Recevez Maritime Magazine directement chez vous!

Magazine en ligne

Accédez à notre espace virtuel dans lequel vous trouverez nos différents magazines en format numérique ! Tout à un même endroit !

Catégories