Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content

Le PDG de Maersk propose une lourde taxe carbone sur les combustibles de soute

 

Le PDG de la plus grande ligne de conteneurs au monde a appelé à une taxe carbone sur le carburant de soute qui dépasse toute autre proposition similaire de décarbonisation des intérêts maritimes.

Dans une déclaration surprise, Søren Skou de Maersk a recommandé une taxe sur le carbone d’au moins 450 $ par tonne de combustible de soute (150 $ par tonne d’équivalent CO2).

La proposition dépasse de loin celle de l’International Chamber of Shipping ou du plan fiscal de 100 $ des Îles Marshall, bien qu’elle soit encore nettement inférieure à l’estimation de Trafigura de 750 à 900 $ par tonne de soutes (250 à 300 $ par tonne d’équivalent CO2) pour un impôt GES efficace.

« Nous proposons une taxe carbone sur le carburant des navires d’au moins 450 $ par tonne de carburant (150 $ par tonne de CO2), une taxe pour combler l’écart entre les combustibles fossiles consommés par les navires aujourd’hui et les alternatives plus vertes qui sont actuellement plus chères », a déclaré M. Skou. « Nous avons tous une responsabilité commune de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour réduire les émissions de carbone. Nous le devons aux clients, aux consommateurs et à la société en général. »

Le groupe Maersk est le plus grand acheteur mondial de combustible de soute, représentant environ huit pour cent de l’ensemble du volume mondial. La taxe doublerait approximativement ses dépenses de carburant aux prix actuels des soutes. Mais lors d’un récent webinaire organisé par le Forum économique mondial, M. Skou a suggéré que quelques milliards de dollars supplémentaires par an en coûts de carburant pour Maersk représenteraientque des sous de dépenses supplémentaires pour le consommateur.

De plus, les plus gros clients de Maersk fixent des objectifs d’émissions scientifiques pour leur chaîne d’approvisionnement, et ils demandent des solutions. « Nous voyons cela comme une opportunité de marché, pas un problème de coût », a-t-il déclaré.

Pour s’assurer que les options à faible émission de carbone sont compétitives, M. Skou a demandé des« règles du jeu équitables » mandatées par l’OMI sous la forme d’une taxe de soute uniforme. « Aujourd’hui, nous savons quelles seront les solutions [future carburant]. Ce sera une sorte de combinaison entre le méthanol et l’ammoniac. »

Pendant ce temps, selon le média en ligne basé au Danemark ShippingWatch, la proposition de prix de M. Skou a reçu « un accueil mitigé de la part d’autres armateurs. Beaucoup attribuent la frustration causée par le fait de traîner les pieds de l’OMI comme l’une des raisons de sa déclaration. »

ShippingWatchconsidère que M. Skou a peut-être été motivé par les circonstances chaotiques qui ont précédé la 76e session du 10 au 17 juin du Comité de protection du milieu marin de l’OMI. (photo Maersk)

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email

Articles récents

Abonnement

Recevez Maritime Magazine directement chez vous!

Magazine en ligne

Accédez à notre espace virtuel dans lequel vous trouverez nos différents magazines en format numérique ! Tout à un même endroit !

Catégories