Le décompte 2020 des conteneurs au Port de Montréal sera meilleur que prévu

 

Par Leo Ryan, rédacteur en chef

L’été dernier, alors que la pandémie mondiale prenait de l’ampleur et que le secteur riverain de Montréal était frappé par une série de grèves de débardeurs, le port de Montréal prévoyait une chute d’environ 13% du fret total et de conteneurs pour toute l’année 2020. Mais comme cette année exceptionnellement difficile tire à sa fin, les chiffres définitifs semblent meilleurs – du moins sur le front des conteneurs.

«L’activité conteneurs affiche une baisse de 6%, ce qui est un excellent résultat étant donné que nous avons été confrontés à un blocage ferroviaire (en hiver), à une grève qui a duré 17 jours et à la pandémie», Tony Boemi, vice-président, croissance et développement , a déclaré a Maritime Magazine. Le trafic de conteneurs a fortement rebondi au cours des derniers mois.

En 2019, le débit de conteneurs de Montréal a atteint un record de 1,75 million d’EVP, tandis que le fret total a également atteint un sommet de 40,6 millions de tonnes.

Passant en revue les volumes cumulés de janvier à novembre, M. Boemi a noté une baisse de 24% du vrac liquide – «principalement en raison de la baisse de la consommation due aux personnes travaillant à domicile.

Il y a eu une baisse de 19% sur les produits en vrac, à l’exclusion des céréales. «Le minerai de fer a été durement touché par les grèves et cela a été le principal contributeur au ralentissement général. Le sel était également en baisse, même si je ne sais pas pourquoi, car ils auront besoin de sel pour l’hiver.

Sur le grain, le port a commencé l’année avec une chute de 18% due au blocage des trains. «Mais il y a eu une forte reprise et nous n’affichons maintenant qu’une baisse de 3% par rapport à l’année dernière.»

Les opérations de croisière ont été totalement annulées en 2020 en raison des sévères restrictions liées à Covid.

«En résumé,» a conclu M. Boemi, «nous prévoyons terminer l’année avec environ 35 millions de tonnes de fret total, contre 40 millions et plus l’an dernier, soit environ 12 à 13% de moins. La bonne nouvelle (pour 2021) est la tendance à une forte reprise sur les conteneurs, les céréales, le minerai de fer et peut-être, encore loin, une reprise de l’activité des croisières au 4e trimestre 2021. La seule matière première qui pourrait subir une reprise retardée est le pétrole. » (photo Port de Montréal)

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email

Articles récents

Abonnement

Recevez Maritime Magazine directement chez vous!

Magazine en ligne

Accédez à notre espace virtuel dans lequel vous trouverez nos différents magazines en format numérique ! Tout à un même endroit !

Catégories