Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content
Post Type Selectors

Le Canada se joint aux pays qui enquêtent sur les pratiques de transport anticoncurrentielles

Le Bureau de la concurrence du Canada s’est joint aux autorités de la concurrence des États-Unis, de l’Australie, de la Nouvelle-Zélande et du Royaume-Uni dans un nouveau groupe de travail axé sur le partage d’informations pour identifier et prévenir les comportements potentiellement anticoncurrentiels dans l’approvisionnement et la distribution mondiaux de biens.

Le groupe de travail réunit le Bureau, le ministère américain de la Justice, l’Australian Competition and Consumer Commission (ACCC), la New Zealand Commerce Commission et l’U.K. Competition and Markets Authority.

À la lumière des perturbations des marchés mondiaux liées à la pandémie, les cinq autorités de la concurrence partageront des informations sur les comportements potentiellement anticoncurrentiels affectant les chaînes d’approvisionnement mondiales et nationales. L’objectif du groupe de travail est d’aider à identifier les tentatives des entreprises d’utiliser les perturbations de la chaîne d’approvisionnement comme couverture pour la fixation des prix ou d’autres activités collusoires qui impliquent que des concurrents coopèrent au lieu de se concurrencer.

Des prix et des choix de produits compétitifs sont essentiels pour les consommateurs et les entreprises, en particulier ceux qui ont du mal à joindre les deux bouts à la suite de la pandémie. Les marchés concurrentiels jouent également un rôle clé dans la reprise et la croissance économiques, au profit de tous les Canadiens.

Le Bureau de la concurrence travaillera en étroite collaboration avec ses homologues internationaux et n’hésitera pas à prendre des mesures contre toute conduite contraire à la Loi sur la concurrence du Canada.

« Bien que le Bureau de la concurrence ait offert aux entreprises la flexibilité de contribuer aux efforts légitimes de réponse à la pandémie qui profitent aux Canadiens, nous voulons être clairs : nous avons une tolérance zéro pour toute tentative d’utiliser les perturbations de la chaîne d’approvisionnement liées à la pandémie comme couverture pour une collusion criminelle qui nuit aux consommateurs. et nuit à l’économie du Canada », a déclaré Matthew Boswell, commissaire de la concurrence

« Il s’agit d’une annonce opportune et bienvenue que les autorités de la concurrence du monde entier partagent les inquiétudes des chargeurs quant au comportement des marchés », a déclaré James Hookham, directeur exécutif du Global Shippers’ Forum. « Les transporteurs devraient le considérer comme un » avertissement verbal « sur la façon dont les tarifs et la capacité devraient se comporter alors que l’économie mondiale émerge de la pandémie. »

La principale association commerciale du Royaume-Uni pour les entreprises de transport de fret et de logistique, la British International Freight Association (BIFA), déclare que ses membres sont extrêmement préoccupés par le fait que les pratiques des compagnies maritimes de conteneurs, ainsi que les servitudes et les exemptions qui leur sont accordées en vertu du droit de la concurrence, faussent le fonctionnement du marché libre au détriment du commerce international.

En particulier, les membres de la BIFA ont exprimé leurs inquiétudes quant à l’annulation de leurs tarifs contractuels par les compagnies maritimes de conteneurs, les forçant à se tourner vers le marché au comptant plus cher. La limitation de l’accès au marché suscite de vives inquiétudes chez les expéditeurs.

«Nous sommes convaincus que le chaos bien documenté au sein du secteur du transport maritime de conteneurs conduit à une concentration croissante du pouvoir commercial, ce qui entraîne une diminution du choix et de la concurrence sur le marché et des conditions de marché faussées. Il sera intéressant de voir si les cinq autorités de la concurrence constatent que les perturbations actuelles de la chaîne d’approvisionnement sont le résultat direct d’un comportement anticoncurrentiel », a déclaré le directeur général du BIFA, Robert Keen. (Photo du port de Hambourg)

 

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
Email
Retour haut de page