La misère des uns peut-elle faire le bonheur des autres?

 

Récemment, le Christophe de Margerie est entré dans l’histoire en devenant le premier navire commercial à traverser de la glace épaisse sur la route maritime du Nord sans escorte en février.

Chose certaine, le ministère russe de l’Énergie n’a pas hésité à déclarer que le canal de Suez bloqué mettait en évidence la sécurité et la durabilité de la route maritime du Nord (NSR) et des pipelines d’énergie russes.

Selon Reuters, le ministère russe a déclaré que ceux-ci «sont hautement sécurisés et occupent des positions concurrentielles en termes de coûts de transport ainsi que de fiabilité par rapport aux itinéraires alternatifs».

La Russie s’attend à ce que les cargaisons augmentent via la route maritime du Nord, qui atteint l’Asie, coupant environ 4000 milles marins de l’alternative sud via le canal de Suez.

De plus, les volumes ont atteint près de 33 millions de tonnes en 2020 et le ministère de l’Énergie prévoit que ce montant atteindra 80 millions par an d’ici 2024.

Enfin, le ministère a rappelé que ses oléoducs vers l’Europe comprennent l’oléoduc Druzhba et la liaison gazière Nord Stream.

À venir sur le même sujet: Aker Arctic présente sa dernière étude: un porte-conteneurs brise-glace arctique.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email

Articles récents

Abonnement

Recevez Maritime Magazine directement chez vous!

Magazine en ligne

Accédez à notre espace virtuel dans lequel vous trouverez nos différents magazines en format numérique ! Tout à un même endroit !

Catégories