La crise des gens de mer en cours: les affréteurs ont-ils un cœur? (FORUM)

Largement considéré comme le porte étendard du journalisme maritime mondial, Michael Gray* propose dans notre section FORUM, un autre commentaire passionné et une suggestion urgente pour l’intervention de BIMCO sur des marins si inhumainement traités pendant la crise croissante du COVID.

Les gens de mer ont-ils une âme? Sont-ils des êtres humains sensibles, avec des droits naturels, ou, lorsque la dernière amarre est glissée, deviennent-ils inanimés comme les équipements du navire, comme le séparateur d’eau huileuse ou le guindeau? Et en réfléchissant à ces questions, qui sont vraiment plus pratiques que philosophiques ou théologiques, on peut aussi se demander si les affréteurs ont un cœur? 

Vous devez vous demander, alors que les rapports sur la manière dont les gens de mer ont été traités par leurs semblables, depuis que la peste du Covid-19 a provoqué sa réaction de panique dans les ports du monde. Personne avec une once de décence ne peut manquer d’être enragé par le sort épouvantable du vraquier Anastasia, se balançant autour de son ancre pendant près de six mois au large du port de Caofeidan en Chine du Nord, accompagné d’une petite flotte de navires chargés en attente de places à quai. 

Le navire est exploité par MSC, mais les restrictions du Covid et le refus général des affréteurs de considérer le besoin de secours de l’équipage ont vu les cœurs adamantins de ces derniers exposés au pire degré. Toutes sortes de solutions ont été proposées – la relève de l’équipage au mouillage a été rejetée, tandis que la proposition de détourner le navire vers un port japonais où les autorités sont sympathiques a été refusée par les affréteurs. Les opérateurs, pris entre un rocher et un endroit dur, craignent que le navire ne soit arrêté s’ils tentaient d’ordonner au capitaine de chercher du secours ailleurs, l’équipage ne devenant plus que des pions pour encore bien plus longtemps. 

Pendant ce temps, l’équipage, principalement d’origine indienne, a sollicité l’intervention des autorités indiennes et australiennes, bien qu’aucun des deux gouvernements ne puisse être considéré comme entretenant des relations cordiales avec celui de Pékin. Le navire était à court d’eau douce, mais ce qui était fourni s’est avéré être effectivement non potable, après que plusieurs de ceux qui en buvaient sont tombés malades. 

Qui se soucie de cela, à part l’équipage et leurs proches? Les institutions et les agences font leur part bien sûr, mais en ce qui concerne les droits, il semble que les droits inanimés des affréteurs l’emportent toujours sur tout le reste et les protestations tombent sur un terrain pierreux – cela est ignoré. Il est à noter que le Secrétaire général de l’Organisation maritime internationale s’est senti obligé, pendant la période des fêtes, de prononcer des paroles très fermes sur la pratique tout à fait honteuse des affréteurs qui cherchaient à insérer une clause «pas de secours à l’équipage» dans diverses chartes-parties. Vous aimeriez penser que cela pourrait faire une différence, mais cela n’arrêtera probablement pas la pratique, car les brutes trouveront simplement une autre façon astucieuse de contourner le libellé. Rappelez-vous que les droits de l’affréteur sont sacro-saints, comme cela est établi dans de nombreux cas de droit de l’amirauté. Il ne sert donc à rien de se mettre en colère au sujet des droits des gens de mer. 

Un autre élément qui a touché une corde sensible pour toutes les mauvaises raisons à l’approche de Noël est venu du petit port néo-zélandais de Napier, où un cargo général a subi un grave incendie de cale alors qu’il était à quai, obligeant l’équipage à évacuer. Le navire avait passé 17 jours en mer, l’équipage était apparemment en bonne santé, mais on croirait, en voyant la rage suscitée par les médias locaux, qu’ils importaient la peste bubonique en offrant refuge à cette compagnie de marins. Certes, la Nouvelle-Zélande (en grande partie à cause de sa géographie) a étonnamment réussi à gérer la pandémie, mais cela n’a pas du tout été amusant pour les gens de mer dont ce petit pays dépend totalement pour ses importations et ses exportations, pendant toute la durée de la pandémie. 

Napier était l’un de mes ports préférés sur la côte kiwi, une petite ville balnéaire où les locaux, qui affluaient au port pour regarder les navires le week-end, étaient l’âme même de l’hospitalité. Il y avait des courts de tennis et des verts de rouler à moins de cinq minutes à pied du navire, et certains des plus beaux coins de pays que vous puissiez imaginer non loin de là. Cela m’a en quelque sorte attristé de lire la détérioration des relations humaines au fil des ans, alors que les gens de mer dont ce pays dépendait sont devenus invisibles, comme ils l’ont fait partout ailleurs. 

Si rien d’autre, cette crise de Covid, maintenant utilisée comme excuse pour une législation assez désagréable et des projets insensés de «rebâtissement» et de véganisme, ne montre-t-elle pas la nécessité de revoir correctement la relation entre propriétaires et affréteurs, sans parler de la garantie qu’est l’équipage? Il est temps de se demander si la jurisprudence ancienne, constamment citée par de savants juristes, est appropriée au style et à l’aspect pratique de la navigation et du commerce maritime modernes. Ma suggestion est de constituer une Commission de haut niveau, présidée par la BIMCO, qui conserve sa réputation d’équité, d’impartialité, mais surtout de professionnalisme pratique, mais avec une représentation de ceux qui ont intérêt à un résultat final juste et décent. Et ce serait terriblement bien si, quelque part dans les petits caractères, on pouvait reconnaître que les gens de mer ont une âme.

*Publié avec l’aimable autorisation de Maritime Advocate Online.

 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email

Articles récents

Abonnement

Recevez Maritime Magazine directement chez vous!

Magazine en ligne

Accédez à notre espace virtuel dans lequel vous trouverez nos différents magazines en format numérique ! Tout à un même endroit !

Catégories