Krusel vante le projet Laurentia lors d’un événement Cargo Logistics à Vancouver

Par Colin Laughlan

Vancouver – Don Krusel, l’ancien président et chef de la direction de l’Administration portuaire de Prince Rupert, considère le projet de terminal à conteneurs Laurentia au port de Québec à travers la même optique d’innovation qui a transformé le port de Prince Rupert en une porte d’entrée nord-américaine majeure dans l’ouest du Canada. « Je ne peux pas penser à un autre projet aussi passionnant dans l’industrie de la logistique qui a vu le jour dans cette industrie depuis Prince-Rupert », a déclaré M. Krusel dans son discours d’ouverture à l’Expo 2020 de Cargo Logistics Canada à Vancouver les 5 et 6 février.

Maintenant directeur général, Terminal à conteneurs, pour l’Administration portuaire de Québec, M. Krusel a expliqué que l’innovation était la clé du succès des chaînes d’approvisionnement enfermées dans les modes de pensée traditionnels. «Tout au long de ma carrière, j’ai l’impression d’avoir vécu cette expérience – d’introduire l’innovation dans les chaînes d’approvisionnement traditionnelles. Je suis un grand partisan de l’innovation; je suis un grand partisan de la stratégie. « 

Se référant à son succès sur le terminal à conteneurs de Prince Rupert, M. Krusel a déclaré que «la plupart des gens auraient dit que l’installation n’était pas une approche innovante du système de chaîne d’approvisionnement – beaucoup d’autres mots ont été utilisés, comme« idiot ».»

Après son lancement en partenariat avec CN Rail en 2007, Prince-Rupert est rapidement devenu l’un des ports à conteneurs à la croissance la plus rapide en Amérique du Nord. Dix ans plus tard, il avait augmenté sa capacité à 1,35 million d’EVP et à 1,8 million d’EVP en 2018. L’an dernier, le port a annoncé qu’il allait quadrupler sa capacité actuelle d’ici 2022.

«Aujourd’hui, l’industrie, à l’échelle internationale, fait référence au modèle de Prince Rupert comme une approche innovante pour ajouter de la capacité et ajouter de l’innovation à la chaîne d’approvisionnement», a déclaré M. Krusel. «De même, je pense que dans dix ans, les gens parleront de Québec et du modèle de terminal du port de Québec comme une raison pour laquelle nous, en tant que pays, remportons autant de succès. Le Canada gagne des parts de marché sur la côte ouest et perd des parts de marché sur la côte est. Le modèle de terminal à conteneurs du Québec va changer cela. »

Les partenaires commerciaux du projet de terminal à conteneurs du Québec sont le géant mondial des terminaux portuaires Hutchinson Ports, qui exploite 52 ports dans 27 pays, et CN Rail. À la suite de l’adresse de M. Krusel, les deux sociétés ont présenté leurs analyses de rentabilité le lendemain pour le nouveau terminal à conteneurs de 700 000 EVP.
James Pettifer, directeur financier de la division européenne de Hutchison Ports, a déclaré que son entreprise souhaitait «déplacer l’avantage concurrentiel de la côte ouest en raison des changements modaux dans l’industrie mondiale du transport maritime et des tendances changeantes de la fabrication de la Chine vers l’Asie du Sud-Est», notant que le la côte est est stratégiquement située pour accéder aux marchés américains.

«Le Québec se positionne comme un acteur moderne du transport par rail pour desservir le Midwest américain et l’Ontario et avec des temps de transit et des coûts de chaîne d’approvisionnement compétitifs à la fois vers New York / New Jersey et d’autres ports de la côte est de l’Amérique du Nord. Avec un port en eau profonde de 16 mètres entièrement intermodal, un accès toute l’année et une capacité de manutention de 13 000 EVP, la ville de Québec rivalisera avec d’autres ports de la côte est capables d’accueillir de gros navires », a déclaré M. Pettifer. « Le coût total du terminal sera de 775 millions de dollars (CAD) », a-t-il déclaré.

Dan Bresolin, vice-président du CN intermodal, a ajouté: «Ce que nous constatons est un changement fondamental dans l’origine des marchandises qui se produit rapidement de la Chine vers certains des pays de l’ANASE, et au fur et à mesure que vous allez plus au sud dans cette région, ce que cela fait est joué pour une meilleure connectivité dans les ports de la côte est » M. Bresolin a noté qu’un changement majeur entre 2015 et 2019 a vu environ 1 million d’EVP se déplacer des ports de la côte ouest vers la côte est. (photo Informa)

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email

Articles récents

Abonnement

Recevez Maritime Magazine directement chez vous!

Magazine en ligne

Accédez à notre espace virtuel dans lequel vous trouverez nos différents magazines en format numérique ! Tout à un même endroit !

Catégories