Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content

Sur notre Forum: Il est temps pour un Conseil de l’Arctique 2.0

Par Alice Rogoff*

Pendant huit ans, depuis que des «petits hommes verts» anonymes de Russie ont envahi la Crimée, le Conseil de l’Arctique a continué à fonctionner sous l’illusion de la «collaboration pacifique» des nations arctiques. La Russie, avec sa moitié de la masse continentale de l’Arctique, est restée membre en règle du conseil et en est même devenue la présidente, dans le cadre de la rotation en place entre les huit nations arctiques tous les deux ans. Si cela semblait incongru avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie, cela semble impossible maintenant.

Cela laisse les sept autres États arctiques tenter d’enfiler une aiguille – pour maintenir la structure des membres du conseil intacte, tout en refusant également – dans une déclaration conjointe du 9 mars – de tenir des réunions en Russie ou avec la Russie, ou d’être perçus comme soutenant la Russie dans n’importe quel façon.

Nous semblons être au point de rupture de la coopération arctique. Cette aiguille ne peut pas être enfilée. Mais nous n’avons pas encore fait face à l’inévitable que la gouvernance au sein du Conseil de l’Arctique devra être modifiée en réponse aux différences inaltérables entre les sept autres nations arctiques et leur voisin expansionniste, hostile et menaçant, la Russie.

La différence n’est pas seulement l’agression indescriptible que la Russie déchaîne contre l’Ukraine, même si cela pourrait suffire à provoquer une rupture permanente.

Ce qui compte le plus dans l’Arctique, c’est que, avec relativement peu d’attention mondiale, la Russie a menacé la sécurité de ses voisins immédiats, la Finlande et la Suède.

Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, a déclaré lors d’une conférence de presse que « la Finlande et la Suède ne devraient pas fonder leur sécurité sur l’atteinte à la sécurité d’autres pays et leur adhésion à l’OTAN peut avoir des conséquences néfastes et faire face à des conséquences militaires et politiques ».

Cette menace directe contre deux autres membres du Conseil de l’Arctique rend impossible l’engagement pacifique qui a défini les relations du Conseil pendant 25 ans.

Pourtant, en vertu de la Déclaration d’Ottawa de 1996 qui a officiellement créé le Conseil de l’Arctique, il ne peut pas examiner ou discuter de questions de sécurité difficiles entre ses États membres.

Bien que cette limitation ait pu autrefois favoriser la coopération – ou du moins l’illusion de celle-ci –, elle semble maintenant être une construction qui cache simplement un conflit réel.

Le Conseil de l’Arctique, bien sûr, favorise une coopération réelle et importante dans des domaines autres que la sécurité, comme la recherche et le sauvetage et la collaboration scientifique. Mais en fin de compte, une menace existentielle pour certains membres par un autre détruit la capacité du conseil à continuer à faire un tel travail. Cela fait que le travail du conseil ressemble à la façade d’un village Potemkine – il a l’air bien tout en masquant le désarroi et les différences insurmontables.

L’épée de Damoclès russe

Tant que la Russie n’aura pas renoncé à sa menace d’action militaire contre la Finlande et la Suède si elles décident de rejoindre l’OTAN, il ne peut y avoir de véritable coopération dans l’Arctique. La Russie ne peut pas être à la table proverbiale de l’Arctique tout en tenant une arme à feu à deux des autres membres. Ignorer cette épée de Damoclès au profit d’une « collaboration pacifique » sur des questions relativement mineures revient à ignorer tacitement l’agression de la Russie.

Alors, que peuvent faire les sept autres États arctiques – que l’on a commencé à appeler les « 7 de l’Arctique » – sans ajouter à la tension ? Encore une fois, selon les règles de sa fondation, le conseil ne peut agir que par consensus. Cependant, une grande partie du travail important du conseil, généralement effectué au sein de ses groupes de travail, pourrait se poursuivre quoique de manière moins formelle.

Cela pourrait être un moyen de poursuivre le travail quotidien du conseil jusqu’à ce que la Norvège succède à la Russie à la présidence du conseil en mai 2023.

Personne ne peut encore prévoir comment ni quand la conflagration ukrainienne prendra fin. Jusqu’à ce qu’elle le fasse – et à des conditions qui permettront au monde civilisé de dépasser le règne de la terreur déclenché par le président Vladimir Poutine – la Russie est un paria dans l’Arctique. Quelle que soit la volonté des peuples suédois ou finlandais quant à leur sécurité, la Russie ne peut les menacer d’une part et espérer pouvoir « coopérer » avec eux d’autre part. Le Conseil de l’Arctique n’est pas un écran de fumée et ses membres n’ont qu’à se tourner vers l’Ukraine pour voir où mènent les menaces de Poutine.

Le Conseil de l’Arctique et son Conseil économique de l’Arctique affilié doivent continuer en tant que groupe de sept nations jusqu’à ce que ce règne de terreur russe soit fermement derrière nous. Si cela ne peut pas être fait officiellement, laissez-le être fait officieusement. Cela peut être fait par un consensus de sept nations. En fin de compte, si la Déclaration d’Ottawa doit être mise à jour pour refléter la réalité d’aujourd’hui, qu’il en soit ainsi. Peut-être que nous, les Arctic 7, nous sommes trompés sur nos intérêts réciproques avec notre voisin russe. Si tel est le cas, les termes de notre relation devront être ajustés.

L’année dernière, dans la Déclaration de Reykjavik du Conseil de l’Arctique marquant la fin de la période de deux ans de présidence islandaise du Conseil, le tout premier point était celui-ci :

« Réaffirmant notre engagement à maintenir la paix, la stabilité et une coopération constructive dans l’Arctique… »

Il n’y a aucune logique selon laquelle un État de l’Arctique menaçant un autre avec la force militaire ne pourrait jamais être conforme à cet engagement. Nos relations doivent commencer à refléter cette triste vérité. Il est temps pour un Conseil de l’Arctique 2.0.

Je ne sais pas encore exactement à quoi cela ressemblerait. Cela peut signifier des changements à la Déclaration d’Ottawa qui permettent de discuter de questions de sécurité difficiles. Il peut s’agir de mécanismes permettant de poursuivre les travaux sans l’exigence d’un consensus. Cela peut signifier tout autre chose. Mais ce qui est clair pour moi, c’est que nous devons commencer ces discussions maintenant.

*Alice Rogoff est éditrice de la plateforme d’information ArcticToday et co-fondatrice de The Arctic Circle Assembly. Ce commentaire est publié avec l’aimable autorisation d’ArcticToday.

(Photo des drapeaux des États membres du Conseil de l’Arctique et des participants permanents par Linnea Nordstrom, Secrétariat du Conseil de l’Arctique)

 

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
Partager sur email
Email